jeudi 23 avril 2009

GENTLE Mary R(osalyn) (Gb)
Née en 1956 dans le Sussex, en Angleterre, Mary Gentle a effectué les métiers les plus divers avant de reprendre ses études à l’université de Bournemouth où elle a acquis de précieuses connaissances littéraires, historiques et géographiques. En 1995, elle obtenait une maîtrise d’étude des tactiques de guerre, des bases qui, avec l’aide de son compagnon spécialiste en histoire médiévale, lui permettront d’écrire ses plus grands succès comme la série des « Livres de Cendres » ou « L’énigme du cadran solaire »
Séries
◊ La dispersion des ténèbres (Roman) Fantasy Médiévale / Uchronie
Gallimard-Folio SF 326, 1/2009 — 336 p., 9,60 € — Ser. : Le Livre de Cendres 4 — The book of Ash 4. Lost Burgundy, HarperCollins Eos, 12/2000 — Tr. : Patrick Marcel— Couv. : Alain Brion
Précédente publication : Denoël-Lunes d’Encre, 3/2005 — 743 p., 25 € — Couv. : Guillaume Sorel
Critiques : www.actusf.com (Tony Sanchez) ; Bifrost 36 (Patrick Imbert) ; Faeries 20 (François Manson) ; Présences d’Esprits 46 (Yohan Vasse)
→ Le dernier volume de la saga du Livre de Cendres, retraçant l’histoire d’une femme mercenaire dans une « autre » Bourgogne du 15ème siècle et de ses mémoires soudain découvertes au XXI° siècle dont l’étude ouvre à certains chercheurs d’incroyables perspectives sur l’existence de mondes parallèles. Lorsque commence ce dernier volet l’Europe a été envahie par les Wisigoths venus de Carthage et leurs golems maléfiques conduits par la Faris, une générale sœur jumelle de Cendres, qui transmet les ordres de la machina rei militari, un puissant ordinateur stratégique conçus par les Machines Sauvages qui veulent éradiquer l’humanité de la face du monde. Seule la Bourgogne, menée par son Duc, est épargnée par la chape de ténèbres répandues par les envahisseurs. Après un pénible passage au sein des geôles de Carthage, Cendres a été délivrée par ses compagnons. Désormais elle a repris la tête de sa compagnie retranchée dans les murs de Dijon assiégée par les Carthaginois. Le Duc de Bourgogne mort, c’est Florian, la chirurgienne travestie de la compagnie, qui devient duchesse à sa place, car elle fait partie de la lignée d’individus sélectionnés depuis des générations par les bourguignons en présence desquels aucun miracle n’est possible. Dés lors, tant qu’elle vivra, elle est le seul obstacle pouvant empêcher la destruction du monde par les Machines Sauvages. Forcée de sacrifier l’âme du père Geoffrey, de pactiser avec sa sœur la Faris, qui s’est livrée aux assiégées de Dijon, d’accepter que Fernando, son ancien mari, tombe amoureux de sa jumelle, la redoutable mercenaire n’est pas prête cependant à se résoudre à la fin de l’Humanité. Car les leçons de l’histoire hurlent encore devant les murs de la ville assiégée : « Cendres ne perd jamais ». Dès lors, elle n’a plus qu’un but : détruire les Machines Sauvage. Pour cela il lui faut tout d’abord se débarrasser du calife Gelimer, celui qui a remplacé la Faris à la tête des troupes wisigothes. Elle s’y emploie dans un ultime combat, véritable boucherie qui se termine par une paix signée avec Leofric, son propre père, devenu le nouveau calife après la disparition de Gelimer. Mais la trahison de Frédéric de Hasbourg, qui brigue lui aussi le trône carthaginois, entraîne la grave blessure de Florian. Alors, pour sauver la Bourgogne et échapper au plan d’extermination des Machines Sauvages qui veulent sauver l’espèce humaines de ses errements de l’avenir, Cendres, devenue leur plus remarquable instrument déplacera la Bourgogne dans une dimension parallèle, permettant ainsi à Mary Gentle, non seulement de s’appuyer sur un point noeudal qui aurait pu permettre à l’Histoire de tourner autrement, mais aussi de faire réfléchir sur la nature de l’Histoire elle-même, comme elle l’explique dans sa postface, 1477 et le reste. Des lignes qui viennent s’ajouter à La logistique de l’Empire, une longue nouvelle portée par deux personnages secondaires qui nous entraînent sur les côtes de l’Afrique du Nord où une troupe de mercenaire européens participe dans les rangs des ottomans à la guerre que ceux-ci mènent désormais contre Carthage, la capitale gothique des rois califes wisigoths. La fin d’une fresque magnifique qui invite à la découverte d’une Europe médiévale transformée en gigantesque champ de bataille où se décide le sort de l’humanité confrontée à un farouche agresseur déterminé à la détruire.
Les autres titres de la série :
1.La guerrière oubliée
2.La puissance de Carthage
3.Les machines sauvages
4.La dispersion des ténèbres

Aucun commentaire: