mercredi 15 avril 2009

NICHOLLS Stan (Gb)
Ami de David Gemmell, mari de Anne Gay, Stan Nicholls est l’une des figures de proue du renouveau de l’heroic fantasy britannique. Anthologiste, journaliste et critique, il a été le premier manager de la célèbre librairie londonienne Forbidden planet. « Orcs », son premier cycle, narrant les aventures de monstres habilement transformés en héros, lui a valu de figurer parmi les meilleures ventes du genre à travers le monde
Séries
Orcs
◊ La légion du tonnerre (Roman) Heroic Fantasy
Bragelonne-Milady, 1/2009 — 476 p., 28 € — Ser. : Orcs 2 — Orcs, first blood 2.Legion of thunder, Golancz, 1999 — Tr. : Isabelle Troin — Couv. : Didier Graffet
Précédentes publications :
● Bragelonne-Fantasy, 4/2002 — 304 p., 20 € — Couv. : Didier Graffet
● in Orcs intégrale, Bragelonne-Fantasy, 4/2007 — 672 p., 27 — Tr. : Isabelle Troin — Couv. : Didier Graffet
Critiques : Khimaira 15 (C.Van de Ponseele) ; Lanfeust 45 (A.L. Dometoff) ; Ravage 13 (Anonyme)
→ Réjouissez-vous, amis des Orcs et autres créatures réputées peu fréquentables, dans ce second volume de la série qui leur est consacrée ils ont toujours le beau rôle face à des humains qui ont endossé pour la circonstance le costume d’ignominie qui leur est habituellementd réservé. Nous continuons donc de suivre les aventures épiques de la compagnie des Renards partis en quête d’étoiles mystérieuses qui ont le pouvoir de changer le monde pour le compte de la reine Jennesta. Une quête qui leur attirera bien des ennuis puisque, ayant décidé de garder leurs premières trouvailles, ils ne tarderont pas à devenir la cible des kobols, des trolls et des humains, dont l’extrémiste Uni Kimball Hobrow qu’ils ont dépossédé de l’une des étoiles, ainsi que de leurs anciens compagnons d’arme. Bientôt séparé du reste de la troupe, le valeureux capitaine Stryke est parti au secours du caporal Coilla, faite prisonnière par des chasseurs de primes humains alors qu’elle essayait de rattraper le perfide sergent Haskeer, parti avec deux des précieuses reliques. Guidé par Serapheim le conteur, ils pénétreront ensuite dans le territoire des Centaures, prêt à leur céder leur étoile en échange d’une larme d’Apdar, la reine des Nyadds, mais aussi la sœur de Janesta, que cette dernière avait maudite, car elle avait refusé son alliance pour traquer les Renards. Tombée dans le coma à la suite de ce sortilège Apdar fut une proie facile pour Stryke et les Renards qui récupérèrent la larme recherchée. Toutefois leur intru sion dans le royaume des Nyadds n’était pas passé inaperçu et désormais fondaient sur eux, non seulement Jennesta à la tête d’une armée de dix mille Multis, mais également Kimball Hobrow avec sa propre armée d’Unis. En infériorité numérique et attaqués par ces derniers, ils durent s’enfuir. Mais Styke fut désarçonné. Alors qu’il allait être rattrapé par ses poursuivants le dragon de Glozellan la brownis, pourtant chargée par Jennesta de le capturer, le sauva et le déposa indemne au sommet d’une montagne isolée où Serapheim se manifesta un court instant, avant de disparaître aussi mystérieusement qu’il était apparu. On le voit le chemin de cette compagnie continue d’être semé d’embûches qui donnent l’occasion à Stan Nicholls de nous montrer tout son talent dans la maîtrise des scènes de combats, spécialité où il se montre aussi à l’aise que son compatriote David Gemmell. Mon nom est Stryke. Longtemps, il fut synonyme de mort et de désolation. Fier d'être né orc, j'ai mené mes guerriers à la victoire, portant haut la bannière de Jennesta, et j'ai tué trop d'humains pour me souvenir de tous ! Aujourd'hui, je sais qu'il y a une autre voie. En rêve, j'ai vu un monde harmonieux où les orcs, les elfes, les nains et même les humains peuvent vivre en paix. Ce songe doit devenir réalité ! Poursuivi par les sbires de Jennesta, traqué par des chasseurs de primes, maudit par toutes les races ; je vaincrai ! Je vaincrai ou la guerre qui éclatera nous balaiera tous ! Dans la tourmente à venir, vous serez avec moi ou contre moi. Et sachez que la pitié est un luxe que je ne pourrai plus me permettre ! Voici la mise en bouche d’un livre où Stan Nicholls parvient, grâce à une habile inversion des rôles, à insuffler des valeurs morales et un but respectable à des êtres jusque là considérés comme des brutes sanguinaires au sein de l’univers de la fantasy. L’histoire est une parabole sérieuse sur la conquête des Amériques par l’homme blanc et l’extermination des Amérindiens. [ici humains et orcs]. Un récit original de l’autre côté du miroir où les monstres sont les héros, avec toute la violence qui peut les caractériser. Un récit original de l’autre côté du miroir où les monstres sont des héros, avec toute la violence qui peut les caractériser. Nicholls offre une alternative à la vision commune des orcs. Un récit dans l’air du temps, mais à contre courant. - Stan Nicholls est l’ami et le critique de Gemmell en Angleterre, et a se sent ! De l’action dans tous les sens avec une couche d’humour noir font de ce livre un objet dont on se sépare avec regret avec en avoir goulument englouti les pages.
Les autres titres de la série :
1.La compagnie de la foudre
2.La légion du Tonnerre

Aucun commentaire: