lundi 25 mai 2009

KLOETZER Laurent (Fr)
Né en 1975, Laurent Kloetzer a débuté une prometteuse carrière littéraire chez l’éditeur Mnémos, grand découvreur de talents francophones, avec « Mémoire vagabonde » (prix Julia Verlanger 1998), puis « La voie du cygne ». Ont suivi Réminiscences 2012, première incursion de l'auteur dans la science-fiction et, Le royaume blessé, œuvre monumentale qui place définitivement l'auteur parmi les grands de la fantasy contemporaine.
◊ Le royaume blessé (Roman) Heroic Fantasy
Gallimard-Folio SF 333, 2009 — 800 p., 13 € — Couv. : Alex Alice
● Précédente publication : Denoël-Lunes d’Encre, 5/2006 — 752 p., 29 € — Couv. : Alex Alice
● Critiques :
www.actusf.com (Clément Bourgoin) ; www.actusf.com (Tony Sanchez + Interview) ; Bifrost 44 (Sam Lermite) ; www.cafardcosmique.com (Lunatik) ; www.noosfere.com (Bruno Para)
→ " Écoutez ! Allander Ap'Callaghan est mort ! Le rassembleur des clans a rejoint les bruines dont on ne revient pas ! Il n'est resté qu'un seul héritier pour toutes ses conquêtes, son frère Eylir, caché dès le plus jeune âge par sa mère dans le palais des Atlans. Mais on ne peut grandir dans l'ombre d'un géant sans être soi-même poussé un jour sur les chemins de gloire. Voici l'histoire d'Eylir Ap'Callaghan, aventurier, bandit, soldat de fortune, mendiant et roi. Voici l'histoire de l'homme qui a posé sur sa tête la couronne du Roi des Rois, a atteint le bord du monde et a réussi à faire trembler l'orgueilleuse Atlantys. Voici le portrait de l'homme qui a osé réclamer pour lui le royaume blessé. "Fresque guerrière, quête aux accents picaresques, sincère hommage aux maîtres fondateurs de l'épopée fantastique Robert E. Howard, Fritz Leiber, Michael Moorcock et J.R.R. Tolkien , qui furent les lectures d’adolescence de l’auteur, Le royaume blessé nous ouvre les portes d'un univers sensuel et dangereux, un monde écartelé entre Moyen Age barbare et Renaissance fantasmée. Un livre dont l’originalité première réside dans la narration qui n’est pas simplement celle de l’histoire du héros Kelte, mais celle d’un narrateur lancé dans une quête éperdue à la poursuite d’Eylir, et qui revit son existence à travers les confessions rapportées par des personnages qui ont un jour croisé le chemin du grand guerrier. Dés lors toute l’ambivalence repose entre la figure du narrateur, humble citadin, faible et peureux, embarqué dans une aventure qui le dépasse, et le puissant conquérant, séducteur de femmes et grand meneur d’hommes. Tout le long de cette quête tumultueuse le lecteur voit s’esquisser, touche par touche, la silhouette d’Eylir, héros insaisissable oscillant entre humain et héros légendaire. Mais il note également les changements dans la psychologie du narrateur qui, à force de vivre par le truchement de l’existence de l’homme qu’il piste, finit par s’identifier à celui qu’il pourchasse, au risque de sombrer dans la folie. Ecrit dans un style lyrique mais nullement ennuyeux ce livre, précédé par une carte situant ce monde imaginaire dans un non temps imprégnée de magie rappelant à la fois l’Europe et l’Afrique, comporte en appendice une scène coupée racontant la rencontre d’Eylir avec un autre personnage légendaire considérablement raccourcie dans la version finale du roman. A noter également que la revue Faeries a publié dans son numéro 6 une nouvelle de Laurent Kloetzer, Moira Ap’Callaghan, racontant l’histoire d’une autre membre du clan Callaghan.

Aucun commentaire: