mardi 21 juillet 2009

GOODKIND Terry (Usa)
Cet écrivain américain de fantasy né en 1948 à Obama (Nebraska) a fortement été influencé dans ses oeuvres par la philosophie objectiviste d’Ayn Rand. Son cycle de « L’épée de vérité » a déjà conquit un vaste public à travers le monde, le plaçant dans le peloton de tête des héritiers de Tolkien, le manichéisme en moins
Lempire des vaincus (Roman) High Fantasy
Bragelonne-Fantasy, 9/2008 — 643 p., 25 € — Ser. : L’Epée de Vérité 8 — Sword of truth 8.Naked empire, Tor, 7/2003 — Tr. : Jean-Claude Mallé — Couv. : Keith Parkinson — Carte : Terry Goodkind
Critiques :
www.cafardcosmique.com (Muad’dib)
→ Depuis le premier tome de la série, La première leçon du sorcier, on sait que Richard Cypher, qui a sauvé de la mort Khalan, la belle mère inquisitrice à qui tout amour est interdit à cause de son pouvoir magique, est le détenteur de l’Epée de Vérité qui lui permet de combattre Darken Rahl, le maître du puissant empire d’Haran, mais aussi son père. Devenu un puissant sorcier de guerre Richard s’efforce de retrouver Kahlan condamnée à mort par une prophétie. Ayant maille à partir avec les Sœurs de l’Obscurité, une société secrète servent le Gardien, il parvient grâce à la Pierre des Larmes à reformer le Voile séparant le nouveau monde de l’Ancien, la demeure des morts. Puis il doit combattre le Sang de la Déchirure, une force loyale à l’Ordre Impérial, qui entend éliminer toute la magie du monde. En même temps il doit secourir Nathan Rahl, le prophète, mais aussi l’un de ses ancêtres, qui a planifié sa venue avec l’aide de la puissante Mère Abesse. Mais la guerre entre le Nouveau Monde et l’Ordre Impérial se fait de plus en plus rude, et ce dernier marche déjà sur les contrées du milieu faisant ployer tous les peuples sous son joug. Tandis que Richard s’efforce d’insuffler aux opprimés sa foi en une liberté retrouvée, Khalan, accompagnée de Warren et Zedd, deux Sœurs de Lumière, et d’une vaillante armée, affronte les troupes de l’empereur Jagang. Cependant, Richard devra bientôt se mesurer à un autre ennemi, Oba, le fils de Draken Rahl et donc son demi-frère, bien décidé à s’emparer de sa part d’héritage. Pour cela il enlève Khalan, que Richard parvient à délivrer aux abords des piliers de la création où il a retrouvé une demi-sœur en la personne de Jennsen Rahl. Lorsque débute ce huitième volume du cycle, Richer, le Sourcier de Vérité, a toujours autant de mal à contrôler le don dont il a hérité. De plus il est empêtré dans un faisceau d’événement que Cara, l’amie et garde du corps de Khalan, a déclenché en touchant une statue à l’effigie de cette dernière. Toutefois, tout ne va pas si mal puisqu’il a puisé dans la révolution qui a tout changé à Altur’Rang une source d’inspiration pour un plan visant à miner de l’intérieur le pouvoir de Jagang, l’homme qui rêve de conquérir et d’écraser le Nouveau Monde. Alors que le danger rôde autour de lui, symbolisé par des animaux qui obéissent à un sorcier à la solde de l’Ordre Impérial, il néglige la requête d’Owen, un étranger venu à sa rencontre. Mais il devra bientôt accéder à se demande et aider l’étrange empire des vaincus, alias les Bandakars, à repousser l’Ordre Impérial dont leur philosophie prônant le pacifisme à l’outrance avait jusque là nié les méfaits. Et pour cela il lui faudra lutter contre un ancien sorcier doté du pouvoir de voler les âmes. Pendant ce temps, la situation sur le front nord se complique. La cité d’Aydindril, plaque tournant des Contrées du Milieu, est tombée entre les mains de l’ennemi. Pire, Zedd, son ami de toujours, grand père naturel de Kahlan et sorcier connu sous le nom de Zeddicus Zul Zorander, unique défenseur de la Forteresse du Sorcier avec la vaillante Addie, est fait prisonnier par une Sœur de l’Obscurité qui entend bien lui arracher tous ses secrets, dont celui de la toile de lumière dont naguère Zedd s’est servi pour anéantir une grande partie de son armée. Des révélations qui pourraient faire tourner le sort des armes à l’avantage de l’Ordre Impérial, d’autant plus de Jagang dispose désormais de colosses insensibles à la magie que rien ne semble pour voir arrêter. Comme toujours un tome riche en actions et rebondissements dans ce huitième opus d’une série qui devrait compter en tout onze volumes et qui est désormais classée parmi les plus grandes fresques de la Fantasy contemporaine. Un roman qui comme les précédents nous permet de découvrir une nouvelle leçon du sorcier, la huitième en l’occurrence : « mérite la victoire », et qui, lors de sa parution française fut longtemps en tête des ventes dans le domaine de la Fantasy et de la SF. A noter que l’on peut en apprendre plus sur Terry Goodkind et discuter de son œuvre sur le site français qui lui est consacré : www.terrygoodkind.fr , et sur www.lesourcierdeverite.fr , le site consacré aux livres du cycle ainsi qu’à la série télévisée de Sam Raimi qui en a été tirée sous le titre : Legend of the skeeper.
Les autres titres de la série :
1.La première leçon du sorcier
2.La pierre des larmes
3.Le sang de la déchirure
4.Le temple des vents
5.L’âme du feu
6.La foi des réprouvés
7.Les piliers de la création
8.L’empire des vaincus
Adaptation télévisée : Legend of the Skeeper, série produite conjointement par Sam Raimi, ABC et les studios Disney
- 1 er saison : 22 épisodes adaptant La première leçon du sorcier, diffusés aux USA à partir du 1er novembre 2008. (cf. le site www.lesourcierdeverite.fr )

Aucun commentaire: