jeudi 23 juillet 2009

HEITZ Markus (Allemagne)
Né en 1971, cet auteur allemand qui a étudie la philologie germanique et l’histoire, a travaillé en tant que journalise avant de publier un premier roman, « Schatten über Uldart (Ombres sur Ulldart) » prélude à une épopée intitulée Ulldart (L’Age Sombre) qui a obtenu un immense succès dans son pays. Depuis il est également l’auteur de la série des « Nains » qui a rendu Tungdil, son principal personnage, aussi célèbre que Gimli, le nain du « Seigneur des Anneaux »
◊ Le passage de pierre (Roman) High Fantasy
Bragelonne-Milady, 6/2008 — 401 p., 22 € — Ser. : Les nains 1 — Die zwerge, Piper Verlag GmbH, Munich 2004 — Tr. : Yannick Van Belleghem — Couv. : Didier Graffet — Carte : Alain Janolle
→ Poursuivant dans sa politique de traduction d’auteurs d’héroic fantasy allemands, les éditions Bragelonne, sous leur label Milady, nous proposent, après Bernard Hennen, de découvrir Marcus Heitz. Si Hennen s’attaquait aux elfes dans son cycle de romans, Heitz a lui pris le parti de s’occuper des nains, autres créatures emblématiques du monde de l’imaginaire. L’histoire se focalise sur le jeune Tungdil, un nain orphelin qui a grandi parmi les humains et qui a été élevé par le mage Lot-Ionan, souverain du royaume magique d’Ionandar. Il aurait pu vivre une existence tranquille de forgeron si son tuteur ne l’avait pas envoyé porter une sacoche renfermant un précieux artefact à son ami Gorén. Pendant qu’il chemine à travers le pays, une réunion des six mages du royaume est organisé et le traître Nudin le Curieux, un mage ensorcelé par Nôd’onn, maître du Pays des Morts, en profite pour éliminer ses congénères, puis part à la recherche de Tundgil qui transporte avec lui le secret qui peut tuer Nôd’onn. Or c’est justement le jeune nain qui découvre une armée d’Orcs et d’Ogres progressant sans que rien ne les arrête et prête à déferler sur le Pays Sûr depuis que le passage de Pierre que les nains gardaient s’est effondré. A la tête de cette force d’invasion se trouvent les Albes, des êtres cruels et maléfiques (chez Hennen il s’agissait plutôt de créatures bénéfiques) qui ont le pouvoir de ramener les morts à la vie. C’est dés lors à Tungdil de prévenir les siens et d’endosser ainsi le costume des héros. Au cours de ses aventures il se fait de vrais amis, deux nains jumeaux, Boindil, dit Furbiar, et Boëndal Cloue-de-la-Main, qui le protègeront dans son voyage. Il rencontre également une Andôkai l’Impétueuse, souveraine du royaume magique de Brandôkai, une mage que Nôd’onn croyait avoir tué, accompagnée de Djerûn, créature énorme vêtue d’une armure et dotée d’une force phénoménale. De leurs côtés les rois nains des différentes Maisons se livrent des querelles intestines, Gandobar, de la Deuxième Maison, mal conseillé par Bislipur, qui prône la guerre conte les elfes au lieu de l’unité envers les forces du mal, revendiquent le trône de Gandrabur, roi de tous les nains, qui est très vieux. Pour contrer les ambitions de Gandobar, Balendilin, le conseiller du roi de tous les nains, propose Tungdil comme prétendant à la couronne. Cinq épreuves devront des lors les départager. Le premier tome d’une série phare de l’heroic fantasy allemande, énorme pavé que les éditions allemandes, pour la deuxième fois seulement depuis leur création (cf. les volumes du cycle SF de L'étoile de Pandore) ont été obligées de publier en deux parties pour des problèmes de coût de production qui auraient mis la traduction en un seul tome à un prix trop élevé.
Les autres titres de la série :
1.Le passage de pierre
2.Lame de feu

Aucun commentaire: