jeudi 23 juillet 2009

SALVATORE R(obert) A(nthony) (Usa)
Robert Anthony Salvatore est né en 1959 à Léominster dans le Massassuchetts, aux Etats-Unis. Il est surtout connu en tant qu’écrivain de Fantasy et, en particulier, par sa contribution à la série des « Royaumes Oubliés », notamment avec le cycle d’Ombre-Terre et de la Légende de Drizzt Do’Urden
◊ Le roi orc (Roman) High Fantasy
Bragelonne-Milady, 9/2008 — 498 p., 23.50 € — Ser.: Les Royaumes Oubliés. Transitions 1 — Transitions 1.The orc king, Wizards of the Coast, 2007 — Tr. : Claire Jouanneau — Couv. : Todd Lockwood
→ Drizzt Do’Urden, le rejeton d’Ombre Terre, n’avait rien oublié de la haine viscérale qu’il vouait à Obloud IV, le monstrueux roi des orcs responsable de la mort de nombreuses personnes qui lui étaient chères dans sa furia de conquête. Mais le féroce souverain semblait marquer une pause dans sa progression. Désormais, plus que conquérir de nouvelles terres, il voulait bâtir un royaume, mieux, une civilisation. Cependant, au sein même de son peuple, certains considéraient cela comme de la lâcheté. Parmi eux Dnark, le chef de la tribu de la Gueule-Lupine, allié au chaman Ung-thol et à Toogwik Tulk, le chaman de la tribu du Croc Jauni, ont décidé de passer à l’action en précipitant les événements. Pour cela ils ont fait sortir d’Outreterre le clan Karuck, prés de trois cents demi-ogres et demi-orcs placés sous le commandement de leur chef Grguch et du redoutable prête guerrier Hakuun. Ce sont eux qui, reniant le pacte de non agression passé entre les orcs, les nains et les elfes, vont passer à l’attaque massacrant tout sur leur passage avec dans leur rang l’aide de Jack le Gnome, un mage à l’allure de serpent qui avait eu jadis maille à partir avec les magiciens elfes et qui étaient capables de protéger les orcs des attaques ensorcelées de ces derniers. Pendant ce temps, alors que Cattie-Brie se remet peu à peu à Castelmithral,la cité forteresse du roi Buenor, de sa blessure à la hanche causé par un rocher lancé par un géant, Wulfgar le barbare, l’ami de Drizzt, s’est lancé à la recherche de sa fille adoptive, Colson. L’elfe noir aurait pourtant besoin d’un lui pour affronter les divers ennemis qui se dressent à nouveau sur sa route : de monstrueux lézards venus de plans différents qui se dressent sur sa route dans sa recherche avec Bruenor de Gontelgrime, la légendaire cité des nains, mais surtout Tos’un, un autre elfe noir, possesseur de l’épée démoniaque Khazid’hea qui ne rêve que d’être brandie par Drizzt, capable de transpercer les roches les plus dures et jamais rassasiée de victimes. Tos’un, qui fut un temps l’allié du roi Obloud, entretenait un étrange lien avec les elfes qui l’avaient jadis recueilli. Toutefois, Drizzt le soupçonnait d’avoir aidé par sa magie les orcs à anticiper les sorts de magiciens elfes, et il voulait en avoir le cœur net. Cependant, ce que l’elfe noir veut éviter à tout prix c’est une nouvelle guerre avec le premier Obloud du Royaume des Flèches et la grande armée des Marches d’Argent conduite par Bruenor Marteaudeguerre. Mais pour cela il lui faudra empêcher que les visées meurtrières de Grguch l’emportent chez les orcs qui envisagent de renverser Obloud pour mettre Dnark à sa place afin de poursuivre une guerre qui ferait encore des milliers de morts. Une nouvelle incursion dans l’univers des Royaumes Oubliés sur les traces de l’un des ses plus célèbres héros, Drizzt Do’Urden, l’elfe noir, qui partage cet honneur avec Elminster le Mage, et qui, au fil de ses aventures, ne plus s’abandonner à la haine qui consumait ses entrailles pour rechercher une vérité supérieure plus empreinte de pragmatisme et de tolérance. A noter la saisissante couverture de Todd Lockwood qui fait jaillir du papier le personnage emblématique de l’elfe noir accompagné de sa panthère magique.

Aucun commentaire: