mardi 22 mars 2011

LASKY Kathryn (Usa)
Pseudo = Kathryn Lasky Knight, E.L. Swann
Née en 1944 aux Etats-Unis, Kathryn Lasky fut d’abord enseignante et éditrice, avant de se lancer dans l’écriture, seule ou avec son mari. On lui doit de nombreux romans pour la jeunesse, dont la série « Les gardiens de Ga’Hoole » inspiré de sa passion pour les chouettes et les hiboux
La légende des gardiens
(Recueil) Jeunesse / Fantasy animalière
POCKET JEUNESSE-Hors Collection, 9/2010 — 523 p., 16 €
SERIE : Les gardiens de Ga’Hoole. Omnibus 1
TO : Guardian’s of Ga’Hoole
TRADUCTION : Cécile Moran
COUVERTURE : Affiche du film
SOMMAIRE :
L'enlèvement
Le grand voyage
L'assaut
→ A l'occasion de la sortie du dessin animé de Zach Snyder consacré à l'univers des chouettes de Ga'Goole, les éditions Pocket ont décidé d'éditer un premier omnibus grand format qui reprend les trois premiers opus de cette série que l’on ne manquera pas de rapprocher du cycle de Silverwing de Kenneth Oppel (Bayard) avec les chauves-souris en héroïnes et du Royaume de Kirrick de Clive Woodall (Albin Michel) où cette fois l’histoire des volatiles à dimension humaine est vue sous l’angle des corbeaux. Voici donc comment se développe le récit à travers ces trois romans. L'enlèvement nous introduit au sein d’une série de fantasy animalière qui se situe dans un monde imaginaire où les chouettes parlent, pensent et rêvent comme des êtres humains, tout en se comportant selon les critères de leur espèce. On y fait la connaissance de Soren, une jeune chouette effraie qui coule des jours paisibles dans le sapin creux qu’il occupe avec sa famille au cœur de la forêt de Tyto. Bien sur il y a ces rumeurs de disparitions d’œufs et de jeunes poussins qui empoisonnent un peu l’atmosphère, mais rien de bien méchant jusqu’au jour où, étant tombé du nid, Soren est kidnappé à son tour. C’est ainsi qu’il découvre le sinistre orphelinat de Saint-AEgolius, sous la direction de l’infâme Crocus des poussins venus de tout le royaume y subissent un étrange enseignement. On apprend aux oiseaux nocturnes à dormir la nuit ou bien aux mâles à couver, tout cela pour de sinistres desseins que Soren et sa nouvelle amie Gylfie, la petite chouette chevêchette elfe, rêvent de révéler au monde des chouettes. Cependant, pour y parvenir, il leur faut conquérir leur liberté, ce qu implique apprendre à voler. Une difficile gageure qu’ils comptent bien tenir afin de réaliser leur rêve : rejoindre les légendaires chevalier de Ga’Hoole, les sages gardiens de la nuit, afin de combattre à leurs côte l’ignoble Crocus et sa bande de scélérats qui veulent dominer tous les royaumes des chouettes et de hiboux sur terre et qui, pour y arriver, confectionnent des armes meurtriers. Risquant le tout pour le tout dans une héroïque évasion, Soren et Gylife trouveront bientôt l’appuie de Perce-Neige, la grande chouette laponne, avec qui ils partiront à la recherche de l’arbre géant de Ga’Hoole où siègent les chevaliers de la légende. Le second volume, Le grand voyage, reprend l'histoire juste après l'évasion du sinistre orphelinat de Saint-Aegolius des chouettes Soren et Gylfie qui ont rencontré deux nouveaux compagnons, Perce-Neige et Spéléon. Ayant abandonné l’espoir de retrouver leurs parents, ils sont désormais motivés par un seul but : atteindre le Grand Arbre de Ga’Hoole d’où les Gardiens, pareils à de valeureux chevaliers, s’élancent chaque nuit afin de combattre le mal qui envahit le monde. Cependant, pour arriver à leurs fins, les quatre amis endurent un éprouvant et périlleux voyage. Malgré tout, ils parviennent à bon. Là cependant, alors que Soren retrouve sa sœur perdu Eglantine, de nouvelles épreuves les attendent. Car, on ne devient pas aussi facilement un Gardien de la Nuit. Placé sous l’égide d’un formidable mentor, Ezylryb le vieux hibou, Soren devra démontrer qu’il possède toutes les aptitudes requises pour devenir un chevalier à part entière. Enfin, le troisième opus, L'assaut, nous ramène au Grand Arbre de Ga'Hoole, la base opérationnelle des fameux Gardiens de la Nuit qui luttent contre l’emprise des Ténèbres qui se referme sur le monde où Soren, la jeune chouette effraie, croyait bien pouvoir jouir de quelques jours paisibles après avoir retrouvé sa jeune sœur Eglantine. Mais voilà que son mentor, le vieux hibou Ezylryb, disparaît mystérieusement. Afin de le retrouver il partira avec ses trois amis, Gylfie, Perce-Neige et Spéléon, dans une nouvelle et hasardeuse quête. Celle-ci le conduira à affronter un féroce ennemi armé d’un redoutable bec de fer. Ce n’est qu’au tout début du combat qu’il s’apercevra que ce dernier n’est autre que Kludd, son frère maléfique. A suite d’une série de fantasy animalière avec les chouettes au premier rang, le tout parfaitement rendu grâce à la grande connaissance que l’auteur possède sur la vie et les mœurs de ce timide animal nocturne. Depuis longtemps passionnée par les chouettes et les hiboux Kathry, Lasky entrepris tout d’abord d’écrire un essai, illustré par des photos de son mari sur ces animaux. Mais voyant qu’ils étaient difficiles à localiser et à approcher, elle opta plutôt pour un roman C’est ainsi qu’est née la série de Ga’Hoole empruntant les codes de son intrigues à tout un lot de références au sein du légendaire et de la Fantasy. On pensera au cycle arthurien pour les fameux chevaliers, à la topographie de Tolkien pour la cartographie de ce monde imaginaire, à Poudlard d’Harry Potter en ce qui concerne l’orphelinat de Saint-AEgolius, et même la bipolarité Bien contre Mal de la guerre des étoiles avec des Gardiens de Ga’Hoole tenant quelque par de l’Ordre des Jedi. Ecrits avec un souci minutieux du détail, extrêmement bien documentés, les romans de cette série plongent les jeunes lecteurs dans un univers extraordinaire dont ils auront beaucoup de mal à s’extirper.
Les autres titres de la série :
1.L’enlèvement
2.Le grand voyage
3.L’assaut
4.Le siège
5.Le guêt-apens
6.L’incendie
7.L'éclosion
8.L'exil
9.Le devin
10.Le prince
11.La reconquête
12.L'arbre d'or
13.Le sixième royaume
*La légende de Ga'Hoole. Omnibus 1
Adaptation cinématographique : La légende de Ga'Hoole (Zack Snyder, 2010)

Aucun commentaire: