samedi 19 mars 2011

MOORAT A. E. (Gb)Pseudo de Andrew HolmesPseudonyme de l'auteur britannique Andrew Holmes, A. E. Moorat a écrit de nombreux thrillers sombres et a également travaillé en tant que musicien avec New Order et le bassiste de Joy Division. Vivant dans la campagne britannique avec ses deux enfants, il est aussi l'auteur du délicieusement horrifique « Victoria, reine et tueuse de démons »Victoria, Reine et tueuse de démons(Roman) Dark Fantasy / Uchronie
ECLIPSE-Horreur, 1/2010 — 416 p., 18 €
SERIE : Victoria 1
TO : Queen Victoria : Demon Hunter, Hodder Paperbacks, 10/2009
TRADUCTION : Carine Roulet
COUVERTURE : Roberto Parada & Richard Aquan
 Critiques : http://www.actusf.com/ (Jérôme Vincent)
→ Nous sommes à Londes, en 1938, la reine Victoria vient d'être couronnée. Elle a reçu l'orbe et le sceptre, mais ausssi le poids d'une révélation qui relègue ses angoisses de jeune fille au second plan. Tout a commencé avec l'irruption d'un démon dans sa chambre, suivi de prêt par une jeune femme maniant fort élégamment l'épée qui se présente comme la protectrice officielle de la noblesse. Victoria apprend alors qu'avec le trône elle a hérité de la charge de tueur de démons et que, pour cela, elle dispose de tout un arsenal d'armés terrifiantes et d'un garde rapprochée chargée de la protéger contre les perfides attaques des créatures infernales. Un rôle plutôt inattendue qu'elle n'est pas encore prête à jouer, d'autant plus que toutes ses pensées sont tournées vers le prince Albert, un jeune homme qu'on ne lui a pas choisi, et dont elle est amoureuse. Bien entendu ce début de règne, alors que la Grande Bretagne s'apprête à devenir le plus grand Empire du monde, sera marqué par toutes sortes de complots, car, aussi bien dans le monde des humains que dans les sphères surnaturelles certains ne voient pas d'un très bon oeil l'arrivée de cette jeune souveraine. Dés lors nous sommes plongés dans une intrigue héroï-comiques serviteurs zombies, des enfants ramoneurs et décapiteurs, des loups-garous en perruques et toutes sortes de créatures invraisemblables et des personnages savoureux, tels que pervetissime Quimby, qui naviguent autour d'une jeune reine désirant avant tout vivre tranquille avec le prétendant qu'elle s'est choisie, mais capable de faire preuve de courage et de détermination lorsque ses proches et son pays sont en danger. Un remarquable moment de lecture, gore et enthousiaste à souhait, retour en force vers l'imaginaire d'un écrivain déjà connu outre-Manche pour le côté sombre de ses thrillers qui nous brosse le portrait d'une jeune femme encore plus étonnante que celui tracé dans les livres d'Histoire et dont l'épitaphe aurait pu être: « Elle aimait son pays, et elle détestait les zombies! ».

Aucun commentaire: