lundi 25 juillet 2011

Bankgreen
(Roman) Dark Fantasy
AUTEUR : Thierry Di Rollo (Fr)
EDITEUR : Le Bélial-Fantasy, 2/2011 — 356 p., 20 €
COUVERTURE : Jean-Sébastien Rossbach
PREFACE : Pierre Pelot
Critiques : http://www.actusf.com/  (Jérôme Vincent-Interview et critique) ; http://www.cafardcosmique.com/  (Nolive) ; http://www.elbakin.net/  (Gillosen-Un entretien avec Thierry di Rollo) ; http://www.scifi-universe.com/  (Manu B.) ; http://www.yozone.fr/  (Nicolas Sofray)
Mordred est le dernier des varaniers, ces mercenaires invincibles engoncés dans des armures qui dissimulent leur visage. D'un seul regard il peut prédire le moment de votre mort et la rendre plus douce dans le cas où celle-ci serait des plus pénibles. Depuis de slustres Mordred arpente la planète Bankgreen, la mauve et noire, sur Rod, le varan gigantesque qui lui sert de monture. Et à présent qu'une nouvelle guerre entre Dogtères et Arfans se profile à l'horizon, il prend la direction du front afin de prendre part à un conflit primordial pour l'avenir de la planète. Cinq hommes 'inscrivent dans son sillage, cinq hommes qui vont devoir s'entretuer durant le voyage qui les amène sur le champ de bataille, car seule le survivant de cet affrontement pourra accompagner le varanier au coeur des combats.Une impressionnante fuite en avant qui n'est pas la seule image forte de ce roman inclassable vacillant sur les berges de la dark fantasy et du fantastique. On peut également y découvrir des rats géants à qui ont arraché les yeux travaillant dans une mine aux conditions de vie épouvantables. Mais on y rencontre également sur GrandeEau le navire Nomoron commandé par l'Hunum tricent Silmar assisté du rat télépathe Yphor veillant sur les peuples de Gnomes de Katémens et d'Emules qui y ont trouvé refuge. Et si cela ne suffit pas, on peut consulter les Runes, femmes bleues et ailées, qui croît détenir le destin de la planète entre leurs mains. Oeuvre violente à la beauté sensuelle voisine du chaos, Bankgreen continue de décliner l'obessession perpétuelle de Thierry di Rollo envers la mort qui hante la plpart de ces précédents romans. Premier ouvrage de fantasy de l'auteur qui a voulu s eprouver qu'il était capable d'aborder un genre totalement différent de ses écrits habituels et de se l'approprier, ce livre s'inscrit de façon originale dans la trame de ce courant littéraire, laissant une empreint indélébile au sein des productions de ce début d'année tant par sa profondeur que par la ciselure envoûtante des mots et des phrases qui le composent, Un roman préface par Pierre Pelot, qui a suscité de nombreux commentaires de la part de la critique, élogieux pour la plupart.

Aucun commentaire: