dimanche 14 août 2011


Dragon Master. L'intégrale
(Recueil) Heroic Fantasy / Dragons
AUTEUR : Chris BUNCH (Usa)
EDITEUR : Bragelonne-Fantasy, 2/2011 — 787 p., 25 €
SERIE : Dragon Masters
TRADUCTION : Dominique Beugras & Virginie Tarall
COUVERTURE : Lee Gibons — Sommaire :
Les ailes de l'orage (Storms of wind, 2002 — Bragelonne Milady-Grand Format, 4/2009)
L'ordre du Dragon (Knighthood of the Dragon, 2003 — Bragelonne Milady-Grand Format, 10/2009)
La dernière bataille (The last battle, 2004 — Bragelonne Milady-Grand Format, 4/2010)
La trilogie Dragon Masters est avant tout un récit guerrier élaboré par un maître du genre, ancien soldat de la guerre du Vietnam, qui connaît sur le bout des doigts les différentes tactiques guerrières et qui prend un réel plaisir à les faire partager à ses lecteurs. Dans le premier volet de la série, Les ailes de l'orage, nous faisons la connaissance du héros du cycle, Hal Kaifas, un jeune paysan chassé de chez lui par la guerre et enrôlé de force dans l'armée où il pourra exorciser sa haine de l'ennemi et réaliser son vœux le plus cher : voler à dos de dragons. Car dans le conflit qui oppose les royaumes instables de Deraine, Sagène et Roche, la dragons sont devenus de véritables armes vivantes dont l'apparition et l'utilisation se heurte souvent aux préjugés de la hiérarchie militaire qui n'aime guère être bousculé. Passé de corps d'observation à réelle troupe de combat, le corps des dragonniers, comme l'aviation lors de la Première Guerre Mondiale, devra faire ses preuves sur le champ de bataille, et il peut compter pour cela sur l'un de ses plus vaillants représentants : l'ambitieux Hail Kailas. Dans le second opus de la série L'ordre du dragon, les dragonniers ont acquis leurs titres de gloire auprès de leurs camarade de combat. Déchaînant le pouvoir des dragons, ils ont fondu sur l'ennemi, semant mort et destruction sur leur passage. Mais avoir conquis le respect des siens et propagé la crainte dans les rangs adverses ne suffit pas quand il faut affronter un adversaire contre lequel même les vols de dragons seront impuissants. Pourtant, s'il veut sauver Deraine et Sagène de la voracité des troupes de Roche, Hal Kaifas devra se monter à la hauteur de sa réputation naissance et ne pas avoir peur d'affronter le cortège de morts et de massacres qui semble lié à sa destiné. Enfin, l'ultime titre de la trilogie, La dernière bataille (rien à voir avec le titre homonyme de Clive Staples Lewis, 7ème volume des Chroniques de Narnia) continue de nous emporter dans un tourbillon d’aventures dont dépend la survie de la race des dragons, mais aussi de celle des hommes. Car, si la grande guerre contre Roche est terminée, le monde en est sorti ravagé et grandement affaibli. A présent que la menace a disparu, tout le monde a tendance à oublier les dragonniers et leurs montures qui ont jugulé le péril. Hal Kailas redoutait cette ingratitude prévisible, mais ce qu’il n’arrive pas à totalement maîtriser c’est la morosité qui a contaminé son mariage sans que lui-même ni dame Khiri n’en saisissent les raisons profondes. Cependant un autre événement va captiver son attention. L’histoire semble se répéter et il a l’impression de revenir à la période ayant précédé le conflit quand il apprend que les monstres ont été massacrés par un mystérieux ennemi sur leurs propres terres. Dés lors il va repartir en croisade afin de protéger les dragons. Il ne sait pas encore que la bataille qu’il va livrer auprès du magicien Bodrugan sera l’une des plus terribles de son existence et que les démons qu’il devra affronter se montreront des ennemis coriaces capables de venir à bout de toutes les résistances à moins qu’une aide imprévue ne survienne des profondeurs du ciel. La suite d’une série qui rappelle les grandes batailles du blitz lors de la Seconde Guerre Mondiale, les Spitfire britanniques et les Messerschmitt allemands étant remplacés par les dragons et les démons se livrant à des acrobaties aériennes où la moindre erreur est sanctionnée par un mort immédiate, un peu comme dans la série Téméraire de Naomi Novik publiée chez Pygmalion et reprise chez Pocket.

Aucun commentaire: