jeudi 25 août 2011


La folie des anges ou La résurrection de Matthew Swift
(Roman) Urban Fantasy
AUTEUR : Kathe GRIFFIN (Gb)
EDITEUR : Eclipse-Urban Fantasy, 2/2011 — 560 p., 19 €
SERIE : Matthew Swift 1
TO : A madness of angels : Or the resurrection fo Matthew Swift, Orbit, 4/2009
TRADUCTION : Benoît Domis
COUVERTURE : Jean-Sébastien Rossbach
Critiques : http://www.elbakin.net/ (Zedd)
Lorsque il se réveille dans son lit avec, ancré au fond de la tête, le souvenir d'avoir été tué, Matthew Swith est pour le moins désorienté. Il le sera encore plus en déclarant que ses nouveaux yeux d'un bleu électrique dissimule une réalité encore plus extravagante : il partage désormais son corps avec un ange électrique et détient des pouvoirs bien supérieurs à la normale. Dés lors pour Matthew Smith sonne l'heure de la vengeance et il se met aussitôt en quête de lui qui, alors qu'il l'apprenti sorcier du puissant sorcier Robert James Bakker, a perpétré son assassinat et de son mystérieux commanditaire. Des investigations qui nous entraîne dans son sillage au cœur d'une cité londonienne débordant de magie où l'on peut croiser toutes sortes de créatures, les unes plus malfaisantes que les autres. A mi chemin entre le Neverwhere de Gaiman, le dessus du pavé de la Fantasy Urbaine, et les plus conventionnels Dossier Dresden de Jim Butcher, les Nightside de Simon R. Green et les Felix Castor de Mike Carey, ce premier roman grand public de l'auteur britannique Kathe Griffin (pseudonyme de Catherine Webb à qui l'on doit La guerre des rêves chez Gallimard Jeunesse) réussit à créer une atmosphère étrange où le fantastique se coule à merveille au sein de la réalité. Narré à la première personne, il n'en rend que plus attachant le protagoniste principal mu par une intense pulsion de vengeance qui lui confère une criante humanité au même titre que sa fiévreuse recherche de réponse aux questions qui le hantent : Qui l'a tué ? Qui l'a ramené à la vie ? Quel est la mystérieuse entité qui l'habite ? Des question qui ne trouveront bien sûr pas toutes des réponses dans ce premier opus, ce qui permet au lecteur d'attendre avec impatience la sortie du prochain tome. A noter que pour se faire une opinion de la couverture de Jean-Sébastien Rossbach, qui a ses détracteurs et ses inconditionnels, on consultera avec profit le Work in progress 4 mis en ligne par les éditions Eclipse sur leur blog, à l'adresse suivante : http://editionseclipse.wordpress.com/.

Aucun commentaire: