dimanche 25 septembre 2011

Le manuscrit de Grenade
(Roman) Fantasy uchronique
AUTEUR : Marianne LECONTE (Fr)
EDITEUR : Pygmalion-Fantasy, 2/2011 — 274 p., 19,90 €
COUVERTURE : Alain Brion
Critiques : http://www.actusf.com/ (Jérpome Vincent + interview) ; http://www.elbakin.net/ (Belgarion) ; http://www.phenixweb.net/ (Véronique de Laet)
1491, Andalousie. Sous le règne implacable des rois catholiques d'Espagne, il ne fait pas bon être juif ou musulman... Condamnée pour sorcellerie, une femme se tord dans les flammes du bûcher. Elle laisse à sa fille, la rousse Myrin, une prophétie aux mots énigmatiques et une pierre de lune aux étranges pouvoirs... Traquée par le Grand Inquisiteur Alfonso Jimenez et son chien de garde Koldo, Myrin se lance dans une fuite éperdue sur les routes d'une Espagne ensanglantée par la Reconquista, en compagnie de Pedro le maître d'arme, un musulman converti, et d'Isabeau, une jeune noble catholique promise au couvent car née androgyne. Au terme de leur périlleux voyage: Grenade la légendaire, dernière cité maure qui résiste encore aux assauts des armées chrétiennes... Un roman basé sous le signe de l'uchronie, puisque dans l'histoire imaginée par Marianne Leconte, l'Italie a été envahie par les Arabes. Trois femmes en construisent l'intrigue, Isabeau la catholique, Myrin la juive, et Yasmin la musulmane, condamnée par son père pour ne pas avoir dénoncé ses sœurs amoureuses de deux chevaliers chrétiens. Des femmes plongées dans l'univers impitoyable de l'Espagne du XV° siècle minée par les affres de la Reconquête conduite par des rois catholiques engagées dans une croisade du sang pur qui n'est pas sans rappeler de sinistres et plus proches souvenirs. Fidélité du détail, profondes recherches historiques et grande place laissée aux émotions humaines sont la marque de fabrique de ce récit que nous devons à une passionnée d'Histoire marquée par un voyage en Andalousie qui lui a donné l'idée de ce roman, directrice de revue (Horizons du Fantastique), ainsi que de collections (Titres/SF chez Lattès), avant de se consacrer elle-même à l'écriture.

Aucun commentaire: