dimanche 8 juillet 2012

L'opéra du dragon
(Théâtre)
AUTEUR : Heiner MÜLLER (Allemagne)
EDITEUR : Editions Théâtrales, 3/2000 — 75 p., 11,80 €
TRADUCTION : Renate et Maurice Taszman
Adaptations théâtrales :
Compagnie Carcara, Poitier, 1/2000 (pièce de théâtre)
● Johanny Bert, Théâtre des Célestin, Lyon, 9/2010 (specacle de marionnettes)
Les habitants d'une ville se sont eux-même placés sous l'empire du dragon par crainte du choléra. En contrepartie, l'énergumène à griffes et à écailles réclame son tribut de chair fraîche que les citoyens livrent sans rechigner. Jusqu'au jour où débarque Lancelot, sauveur acharné, déterminé à libérer la ville surtout depuis qu'il a vu les yeux d'Elsa, fille du grand archiviste Charlemagne promise au sacrifice. Sauf que les tyrannisés n'ont jamais demandé à ce freluquet de les débarrasser de leur «Dradra». La lecture d'un livret d'opéra, à quelques exceptions près, ne suscite pas toujours l'enthousiasme. Mais Heiner Müller, on s'en doute, nous convie à une tout autre expérience. Très librement inspiré d'une pièce d'Evguéni Schwarz (et d'un conte d'Andersen) écrite pendant la dernière guerre et qui ne connu qu'une représentation, Staline, qui se sentait visé, l'interdit., cet Opéra du dragon sent le souffre et crache le feu. En 1968, l'allemand Heiner Müller, l'un des dramaturges les plus importants (et les plus contreversés) de la guerre froide l'adapta pour un opéra au livret signé Paul Dessau.Texte "percussif", comme martelé sur l'enclume d'un Héphaïstos euphorique (iconoclaste, Müller fait de son Lancelot un nouvel Héraclès), reliques ciselées, griffées ou badigeonnées comme des graffitis sur le mur, l'économie de moyens, la sobriété incisive contrastent avec une inventivité constante. L'ironie est mordante, la liberté totale, la poésie omniprésente. Müller se joue des contraintes du genre, se les approprie pour produire cet opéra presque inmontable : donné en 1969 par le Staatsoper, il ne sera à peu près plus représenté, cette édition faisant suite à sa création à Poitiers, en janvier 2000, par la compagnie Carcara.
Heiner MÜLLER est un Dramaturge allemand né en 1929 à Eppendorf (Saxe) et mort d'un cancer d ela gorge en 1995. Directeur de théâtre, poète et anarchiste, Heiner Müller a liassé une oeuvre essentiellement composée de réécritures d'anciens mythes, tout en défendant une thèse précisant que capitaliseme et socialisme ont montré deux manières différentes de contrôler la production (économique) et d'assurer la discipline de travail ; et que depuis la « fin des idéologies » en Occident, les gens ont commencé à remettre en question la validité du conflit idéologique qui oppose ces deux courants de pensée

Aucun commentaire: