lundi 17 septembre 2012



Les chroniques des elfes. Intégrale
(Recueil) High Fantasy
AUTEUR : Jean-Louis FETJAINE (Fr)
Né en 1956 et diplômé de philosophie et d’histoire médiévale, c ejournaliste a fait une entrée fracassante de le domaine de la fantasy avec sa « Trilogie des elfes » publiée à partir de 1998 aux éditions Belfond. Depuis, il n’a pas quitté le domaine du merveilleux où il a même créé un collection portant son nom éditant de remarquables ouvrages centrées sur les paysages et les peuples de la féerie.
EDITEUR : Pocket-Fantasy 7121, 8/2012 — 648 p., 13,90 € — Couv. : Jessica Jung
SOMMAIRE :
Llane
Précédentes publications : Fleuve Noir-Hors collection, 5/2008 — 265 p., 19 € — Ser. : Les chroniques des elfes 1 — Couv.: Sandrine et Jean-Baptiste Rabouan & PocketFantasy 5991, 4/2009 — 320 p., 8 € — Couv. : John William Waterhouse
Critiques : www.elbakin.net (Gillossen-Interview) ; Khimaira 15 (Christophe Sambre) : Lanfeust 110 (Dometoff, Gaspérini & Cie)
L'elfe des Terres Noires
Précédentes publications : Fleuve Noir-Hors Collection, 4/2009 — 264 p., 19 € — Ser. : Les chroniques des elfes 2 — Couv.: Sandrine et Jean-Baptiste Rabouan & PocketFantasy 7021, 4/2010 — 256 p., 7 € — Couv. : John Simmons & John William Waterhouse
Critiques : www.elbakin.net (Alethia-Interview) ; www.noosfere.com (Lucie Chenu) ; www.yozone.fr (François Schnebelen)
Le sang des elfes
Précédentes publications : Fleuve Noir-Hors Collection, 4/2010 — 300 p., 19 € — Ser. : Les chroniques des elfes 3 — Couv.: Sandrine et Jean-Baptiste Rabouan & PocketFantasy 7063, 5/2011 — 268 p., 7,40 € — Couv. : John William Waterhouse
Critiques :www.elbakin.net(Vermithrax) ;  www.yozone.fr(François Schnebelen)
→ Une intégrale qui reprend les trois opus de la série Chroniques des elfes, retraçant les événements s'étant produits avant la fameuse Trilogie des elfes qui a déboulé dans le domaine de la Fantasy francophone comme un Ovni littéraire encensé par la critique, permettant à son auteur, Jean-Louis Fetjaine, d'être reconnu comme l’un des meilleurs représentants du genre et de toucher un innombrable public. Le premier tome, intitulé llane, nous ramène à une époque où les hommes avaient oublié les anciens dieux et vénéraient un être supplicié sur une croix frère Edern et ses ouailles s’aventurèrent dans la Forêt, le domaine séculaire du peuple de Dana. Les archers elfes les massacrèrent. Mais Maheolas, un jeune moine, échappa à la tuerie. Après une pénible errance dans ces bois Eliande, il est capturé par les elfes de Cill Dara et placé sous la garde du druide Gwydion. Dirigée par Arianwen, la reine des elfes, le conseil du peuple de Dana aurait décidé sa mort, si Gwydion ne s’y était pas opposé. En effet, en jetant les runes, il a découvert que le destin de Maheolas est étroitement lié à celui de Llane, la propre fille de la reine, et que de leur sort dépendra l’avenir du monde. Un monde où résonnent désormais les rumeurs de guerre. Et pour les elfes la principale menace ne représente plus désormais l’avancée des hommes guidés par leur nouvelle religion, mais plutôt d’énormes loups noirs qui attaquent leurs clans de chasse. Car ceux-ci sont guidés par les kobolds, les hommes-chiens, maîtres des grands loups de guerre. Ames noires des loups, ces derniers sont la voix de Celui-qui-ne-peut-être-nommé, et leur réapparition en grand nombre annonce le retour de cette créature de l’En-Dessous désireuse de plonger le monde dans d’insondables ténèbres. Bientôt des hordes de monstres, loups, kobolds, orcs et autres créatures démoniaques se répandent à travers les bois en une intarissable armée contre laquelle les humains sont impuissants. Le prince Pellehun les combat sans merci dans le bourg de Bassecombe envahi et ravagé. Tandis qu’il attend avec appréhension les renforts venus de Loth avec à sa tête son père le roi Kern, qui se dirige tout droit dans le piège tendu par les monstres, il envoie les derniers survivants de sa troupe dans les montagnes, afin de rejoindre Seuil-des-Roches, le village des barbares des Marches. Pendant ce temps les elfes d’Ellande, conduits par le roi Morvryn et la reine Arianwen, livrent une féroce bataille contre l’armée des Terres Noires. Mais Lliane disparaît au cours de l’affrontement, ainsi que le moine Maheolas, qui s’est échappé et qui, capturé par les orcs, a fini par s’agenouiller devant Celui-qui-ne-peut-être nommé. Le second volet, L'elfe des Terres Noires, nous invite à retrouver Llane, princesse héritière des elfes d’Eliande. Retenue prisonnière au sein des Terres Noirs, chasse gardé de Celui-qui-ne-peut-être-nommé, elle doit se familiariser avec les mœurs cruelles de ses habitants, si elle veut survivre. Mais elle fait mieux, elle découvre peu à peu un d’humanité dans les orcs et les gobelins. Créatures réelles, et non uniquement êtres magiques surgis du néant, ils naissent, grandissent, se nourrissent, dorment au sein d’une organisation sociale qui leur est propre, avec des villes, comme la ténébreuse cité d’Omkünz où la princesse héritière est détenue en même temps que le moine novice Maheolas. Au fil des rencontres de Llane, on apprend que ces créatures maléfiques peuvent également éprouver des sentiments. C’est donc sur certains d’entre eux qu’elle s’appuiera pour préparer son évasion afin de rejoindre un monde où le contexte belliqueux se durcit car les hommes et les elfes s’apprêtent à y livrer une nouvelle bataille. Un monde où Dubricius, l’évêque de Logres, cherche à engager Pellehun, le fils du roi Ker, dans sa croisade fanatique contres les hérétiques, incluant les elfes, sensé détenir le graal, dans le même panier que les créatures du ténébreux royaume de Lug. Alors que Celui-qui-ne-peut-pas-être-nommé semble posséder un esprit d’ouverture qui pourrait rallier à sa cause des elfes et même des hommes. Un seul peuple pour un seul dieu, la doctrine prônée par Lug s’apparente à celle d’Hitler et de ses Nazis qui, avant de déferler sur l’Europe, avait su séduire les foules par des arguments autres que la violence pure (égalité sociale, justice territoriale, etc…). De son côté l’Evêque brandit l’étendard d’une croisade destinée à éradiquer toute forme de survivance païenne et tout foyer d’hérésie en devenir, incluant l’extermination des humains réfractaires et des elfes, bien entendu. Unifier les peuples et soumettre le monde dans la douleur et le sang, tel est le but avoué des adorateurs de Lug. Un objectif que partage le Prince des Hommes et les plus hautes autorités de l’Eglise, chacun d’entre eux étant prêt à toutes les bassesses, à toutes les trahisons et à toutes les ignominies pour y parvenir. Les plus improbables alliances naîtront donc dans le second tome de cette série dont l’intrigue se déroule telle une judicieuse partie d’échec traversées par des personnages en devenir du prochain triptyque et par d’autres qui n’apparaîtront pas dans la Trilogie des elfes, et qui vivent ici des histoires parallèles. Enfin, Le sang des elfes, vient conclure cette nouvelle et remarquable trilogie. Évadée des Terres Noires, Lliane a été recueillie par les Nains. Chez eux elle a rencontré le roi Troïn qu’elle s’est efforcée de convaincre que seule un alliance des peuples en périls pourrait permettre de contrer les projets d’invasion de Celui-qui-ne-peut-être-nommé, d’autant plus que ces derniers seront en première ligne lorsque les troupes d’orcs et de gobelins déferleront sur le monde. De retour chez les siens, Lliane, devient logiquement la reine des elfes. L’alliance des trois peuple semble en bonne voie, mais la mort subite du roi Ker, compromet sa réalisation, car son fils Pellehun qui l’a remplacé à la tête du royaume de Logres, doit beaucoup à Dubricius, le puissant évêque qui prône une hégémonie des hommes sur les autres races. Désormais c’est sur les épaules de Lliane que repose la survie de cette primordiale coalition. Et le temps presse, car les hordes démoniaques sont passées à l’attaque. Déjà elles déferlent sur la forteresse d’Agor-Dôl où les nains leur offrent une héroïque résistance se sacrifiant ainsi pour le salut des hommes des plaines et des elfes de la forêt d’Eliande. Ce sont ensuite les elfes qui subiront le second assaut. Galvanisés par la mort de leur souveraine Arianwen, ils plient mais ne rompent pas face à la furia des troupes démoniaques. Fascinés par leur courage et persuadés avec patience et diplomatie par l’active nouvelle reine, les hommes finiront par se joindre à eux afin de combattre leurs mortels ennemis, bientôt rejoint dans cette bataille de la dernière chance par les valeureux nains de Torïn. Complétant à merveille son tour horizon des divers peuples de son monde, agrandissant sa galerie de personnages et apportant la dernière touche aux intrigues nouées dans les précédents tomes, Jean-Louis Fetjaine, en conteur émérite, nous délivre un récit épique qui plante les bases de son fascinant univers déjà exploité dans sa célèbre Trilogie des elfes. Un peu à la manière d’un érudit découvrant sur les rayonnages de la bibliothèque d’un monastère un vieux manuscrit aux pages poussiéreuses, nous plongeons dans ce livre qui nous entraîne aux racines d’une histoire légendaire dont les soubresauts n’ont pas encore fini d’agiter les mondes des elfes, des hommes et des nains et dont certaine pages ne sont pas sans entretenir un rapport étroit avec des morceaux de notre propre Histoire encombrée par tout un lot de tombereaux d’horreur. Nullement gêné par le fait de décrire un monde dont la fin a déjà été abordée dans la série précédente, Jean-Louis Fetjaine prend un malin plaisir non à raconter comment les personnages meurent, mais comment ils deviennent des acteurs-clés du récit. En cela il rejoint la longue liste des créateurs de préquelles, Elric des dragons pour l’Elric des Moorcock, les préquelles au Larmes d’Artamon de Sarah Ash, celles des Chroniques de Dragonlance de Weis et Hickman, ou de Robin Hobb avec Retour au pays pour les cycles de L’Assassin Royal et des Aventuriers de la mer pour ne citer qu’eux…, et nous confirme, une fois de plus, son immense talent d’écrivain.
Les séries de l'auteur :
La Trilogie des elfes
1.Le crépuscule des elfes
2.La nuit des elfes
3.L'heure des elfes
Les chroniques des elfes
1.Lliane
2.L'elfe des Terres Noires
3.Le sang des elfes
A lire pour en savoir plus :
► « Jean-Louis Fetjaine, l’ami des elfes. Rencontre avec l’auteur de la trilogie des Chroniques des elfes  » par Christophe Van de Poseele, sur le site www.khimaira-magazine.com , 5/2009.
► « Interview » par Alethia à propos de la parution de L’Elfe des Terres Noires sur le site www.elbakin.net, 4/2009.
► « Interview » par Gillossen à propos de la parution de Lliane sur le site www.elbakin.net, 5/2008.
► « Interview de Jean-Louis Fetjaine pour ses séries sur les elfes » par Kobold sur le site http://peuple-feerique.com, 5/2009.

Aucun commentaire: