lundi 17 décembre 2012

Oblium
(Roman) Space Opera
AUTEUR : Brian HERBERT & Kevin J. ANDERSON (Usa)
EDITEUR : Calmann-Lévy-Orbit, 11/2012 448 p., 22,50 €
SERIE : La constellation du Diadème 1
TO : Hellhole, Yot Book, 3/2011
TRADUCTION : Patrick Dussoulier
COUVERTURE : Manchu
Critiques : www.orbitbooks.fr (interview des auteurs)
Fond de l’Enfer n’a rien d’un Paradis et c’est bien pour cette raison que le gouvernement de la Constellation du Diadème a décidé d’y exiler les vaincus de la guerre civile qui ont osé s’opposer aux nobles corrompus qui dirigent d’une main de fer les 74 mondes de la Constellation. Planète stérile dont la civilisation extraterrestre a été anéantie par une catastrophe provoquée par la chute d’un astéroïde, éloignée des voies principales de communication, balayée par de terribles tornades et ravagée par de fréquentes irruptions volcaniques, Fond de l’Enfer est un voyage sans retour pour les laissés pour compte de l’humanité chez qui ont entendu supprimer tout espoir auquel se raccrocher. Mais c’est sans compter avec le général Adolphus, le fer de lance de la rébellion, qui n’entend pas abdiquer aussi facilement face à l’adversité. S’appuyant sur ses anciens partisans regroupés au sein de cet univers de parias, il met tout en œuvre pour développer une société viable sur cette colonie perdue. Bientôt cependant, la révélation d’un fascinant secret dissimulé au sein de cette planète maudite va devenir le point de départ d’une étrange religion qui attire désormais sur ce monde des gens issus des quatre coins de la Constellation. Dés lors Adolphus envisage de passer à la phase suivante de son plan de conquête du pouvoir : un complot visant à saper les bases mêmes des autorités qui l’on condamné à l’exil. Récit largement influencé par l’histoire de l’indépendance des USA, avec des analogies entre Adolphus et le général Washington, ainsi que par la conquête de l’Ouest américaine où la religion a tenu une place prépondérante, tout en abordant la thématique de la disparition d’une civilisation extraterrestre, ce roman mêle avec bonheur action, amour et aventure dans un perpétuel mélange d’intrigues d’où émergent des personnages à la profonde densité émotionnelle. Déjà habitué à travailler ensemble sur la suite de l’univers de Dune crée par Frank Herbert, le père de Brian, ces deux auteurs exploitent dans le début de cette trilogie toute la palette de leur processus créatif qui s’appuie sur de bonnes connaissances scientifiques, ainsi que sur une solide expérience en philosophie et religion comparée, le tout mis en musique par un art consommé de créateurs d’univers et de conducteurs d’intrigues. De quoi déboucher sur une vaste fresque inter temporelle digne des meilleurs space opera du genre.

Aucun commentaire: