dimanche 20 janvier 2013

La fille du roi des elfes
(Roman) High Fantasy
AUTEUR : Lord DUNSANY (Irlande)
EDITEUR : Gallimard-Folio SF 440, 1/2013 — 304 p., 7.50 € 
TO :The king of Elfland's daughter, G.P. Putnam's Sons, 1924
TRADUCTION : Brigitte Mariott
COUVERTURE : Aurélien Police
Précédentes publications :
Denoël-Présence du Futur 2006, 1976 — 256 p., 7 € — Tr. : Odile Pidoux — Couv. : Stéphane Dumont
Denoël-Présence du Futur 2006, 2/1992 & 10/1997 — 256 p., 7 € — Tr. : Odile Pidoux — Couv. : Florenc Magnin
Denoël-Lunes d'Encre, 10/2006 — 256 p., 22 € — Tr. : Brigitte Mariot — Couv. : Guillaume Sorel
Critiques :www.actusf.com ( Aymeric Arnoux) ; Bifrost 46 (Laurent Leleu) ; www.elbakin.net (Gillossen) ; www.noosfere.com (Bruno para) ; www.scifi-univers.com (Nicolas B.)
→ « Nous voulons être gouvernés par un prince enchanté » tel est le caprice que le seigneur du Pays des Aulnes se voit contraint de passer aux Sages de son Parlement à qui, lui qui s'enorgueillait de toujours obéir aux volontés du peuple, ne pouvait rien refuser. Il demande alors à son fils Alveric de partir au Royaume Enchanté, cette contrée magique dont les riverains ignorent volontairement l'existence, et d'épouser Lirazel, la fille du Roi des Elfes. Le jeune homme, qui rêve en secret de l'envoûtante jeune fille, récupère chez Ziroonderel, une vieille sorcière qui la prise sous sa protection, une épée enchanté qui l'aidera à vaincre les maléfices du royaume elfique. Muni de cet arme il parvient jusqu'au palais du Roi des Elfes et réussit à séduire Lirazel en lui vantant les beautés des Contrées Familières où vivent les Mortels et où le temps s'écoule. Bravant l'interdit du Roi des Elfes, les deux tourtereaux s'enfuient poursuivit par la malédiction du monarque enchanté qui possédait trois incantations pour retrouver sa fille. Bien longtemps après, pour les mondes des hommes, mais dans une clignement de paupière, pour celui des elfes, Alveric et Lirazel sont parvenus à vivre ensemble en tolérant leurs différences respectives. Ils se sont mariés et on eu un fils Orion, à moitié elfe et à moitié humain. Mais le Roi des Elfes n'a pas renoncé à récupérer sa fille. A cet effet il envoie un Troll délivrer à Lirazel un message magique qui la force à revenir sur ces terres de naissance, puis il fait disparaître par magie le Royaume Enchanté. Le reste du roman nous raconte à la fois la quête désespérée d'Alveric parti à la recherche de son épouse et ne parvenant pas à retrouver les Contrées Crépusculaires désormais dissimulées par les ombres de la magie, et celle d'Orion qui, en grandissant sous la protection de la sorcière Ziroonderel, découvre les plaisirs de la chasse à la licorne et de la culture humaine, avant de ressentir l'appel étrange de la frontière crépusculaire que son père rêve de traverser. Villageois avides de magie, Trolls curieux tels Lurulu le rabatteur d'Orion, ce récit qui remonte à l'entre-deux guerres, pose pour les amateurs du genre les basses de la Fantasy moderne. Sorte de livre charnière il empreinte la thématique victorienne des contes merveilleux (Chanson de geste, odes classiques, contes populaires, scaldes scandinaves) pour l'insérer dans un écrin plus moderne formé d'une succession de courts chapitres à l'écriture parfois ampoulée qui trahissent le profond amour pour la poésie de Lord Dunsany. Essentiellement écrit pour l'aristocratie britannique de son époque avec son éloge de la chasse à cour et son hymne à la nature, ce roman nous présente un Fantasy très proche du merveilleux où le Royaume Enchanté est constitué par les créatures de nos mythologies qui y ont trouvé refuge. Un univers peuplé d'êtres non immortels, mais atemporel (c'est à dire perpétuellement tourné vers la contemplation et sans la moindre activité) où les elfes ressemblent à des trolls et dont l'environnement humains s'apparente au Moyen Age des contes. Rare roman de cet auteur publié en France cette réédition, reprenant la traduction intégrale de Brigitte Mariot, nous permet de découvrir Edward Mortton Drax Plunkett (1878-1957), plus connu sous son titre de Lord Dunsany, et considéré par beaucoup comme l'un des pères fondateurs de la Fantasy actuelle, qui fut un modèle pour des écrivains tels que H.P. Lovecraft, Robert E. Howard, Fletcher Pratt ou Clark Ashton Smith et que les éditions Terre de Brumes ont tenté récemment de nous faire apprécier en reprenant plusieurs de ses recueils de nouvelles (Contes d'un rêveur, Les dieux de Pegäna, Encore un Wiskey Monsieur Jorkens ?, L'épée de Welleran, Les fabuleux voyage de M Jorkens, Le livre des Merveilles, Le nouveau livre des Merveilles, Le temps des dieux).


Aucun commentaire: