lundi 18 mars 2013

Gravité
(Roman) SF / Space Opera / Hard-Science
AUTEUR : Stephen BAXTER (GB)
EDITEUR : Pocket SF 7022, 2/2013 — 348 p., 8.10 €
SERIE : Cycle des Xeelees 1
TO : Raft, 1991
TRADUCTION : Guillaume Fournier
COUVERTURE : Blacksheep (photographie)
SOMMAIRE : « Introduction à la Baxtériologie » préface de Emmanuel Tollé
Précédente publication : Le Bélial, 9/2008 — 304 p., 21 € — Couv. : Manchu
Critiques : www.actusf.com (Arkady Knight) ; Bifrost 53 (Jean-Pierre Lion) ; www.cafardcosmique.com (Arrakan) ; www.noosfere.com (René-Marc Dholen) ; www.scifi-universe.com  (Manu B)
Ce premier volume du cycle des Xeelees nous propulse dans La Ceinture, un agrégat de matériaux archaïques peuplé de mineurs. C’est là qu’évolue le héros du roman, Rees, une jeune orphelin qui passe le plus clair de son temps à creuser le cœur de fer de l’étoile morte autour de laquelle la Ceinture gravite, et out cela pour le seul bénéfice des nantis du radeau, une sorte de cité dortoir, siège du savoir scientifique dont tous les mineurs dépendent depuis des générations. En fait, depuis qu’un vaisseau spatial humain s’est échoué au centre d’une nébuleuse à l’air respirable et à l’hyper-gravité entraînant des tas de conséquences sur les races humaines et non-humaines qui occupent désormais les lieux. L’explosion d’une fonderie et les confidences d’une Taupe, ces machines capables de répondre aux questions correctement posées,  finit de convaincre Rees, adolescent introverti et bourré de curiosité, que la nébuleuse est en train de mourir. Pour en savoir plus, il va partir à bord d’un vaisseau-arbre piloté au brasero, en direction du Radeau, vestige d’un vaisseau spatial originel, afin de trouver les réponses aux multiples questions qu’il se pose. Là-bas, il vivra toutes sortes d’aventures le transformant en sorte de prophète messianique destiné à sauver l’humanité de la nébuleuse agonisante. Un parcours initiatique qui permettra aux lecteurs de découvrir, en même temps que Reis où et comment vit le reste de la population humaine, ce qu’elle fait là, quel est cet endroit, le tout sur fond de civilisation extraterrestre inconnue, les Xeelees et de rencontres extraordinaires comme les fascinantes baleines volantes et les mystérieux Osseux. Premier roman de l’auteur britannique Stephen Baxter, ce récit, dont le cadre initial fait parfois penser à L’Anneau-Monde de Larry Niven, mélange à la fois le space opera et la hard-science, deux thématiques rendues abordables dans ce livre grâce au talent de conteur de l’auteur et à sa facilité à romancer les notions complexes de la physique. Jouant avec brio du sens of wonder apprécié par les amateurs de SF, de l’extrapolation scientifique chère aux fans de hard-science, d’une certaine misanthropie sociale condensé à travers une rude lutte des classes, de l’aventure juvénile à la Citoyen de la galaxie de Heinlein, Stephen Baxter inaugure ici un cycle qui sera suivi de Singularité, Flux et Accrétion et qui permettra aux lecteurs français de parfaire leurs connaissance sur ce romancier déjà bien traduit en France à travers des œuvres comme la Trilogie des Univers multiples (Temps, Espace, Origine), celles des Enfants de la destinées (Coalescence, Exultant et Transcendance) ses trois dyptiques Evolution et Voyage, Arche et Déluge, ses romans tels que Poussière de lune, Les vaisseaux du temps, sa collaboration avec Arthur C. Clarke pour la trilogie L’Odyssée du temps (L’œil du temps, Tempête solaire et les Premiers-Nés). Un ivre qui a fait d’un abondant matériel critique sur les sites et revues francophones comme le prouve la liste énumérée ci-dessus et qui vous permettra, éventuellement, de vous faire une idée plus approfondie de cette œuvre.
Autre couverture :

Aucun commentaire: