mardi 1 octobre 2013

Multiversum
(Roman) Jeunesse / Univers parallèles
AUTEUR : Leonardo PATRIGNANI (Italie)
EDITEUR : Gallimard Jeunesse-Hors Collection, 5/2013 — 333 p., 15 €
TO : Multiversum, Arnoldo Mondadori, Milan, 2012
TRADUCTION : Diane Ménard
COUVERTURE : Roberto Oleotto
Critiques : www.actusf.com (Anne-Sophie Riveloux)
Les traductions d'auteurs italiens en France dans le domaine de la jeunesse ne sont bien sûr pas aussi nombreuses que celles des romanciers anglo-saxons, mais cependant assez notables (cf. le cycle de Geronimo Stilton chez Albin Michel) pour qu'on en parle. Pour preuve ce roman de Leonardo Patrignani, auteur italien né à Moncalieri en 1980 qui publie avec Multiversum le premier tome d'une trilogie, ainsi que son premier roman. Chanteur et compositeur au sein d'un groupe de Heavy Metal, doubleur professionnel, ce jeune écrivain nous plonge au sein d'un monde basé sur le postulat des univers multiples, canevas pétris de rebondissements sur lequel il épingle la romance de deux adolescents charismatiques, Alex, qui vit à Milan, en Italie, et Jenny, résidant à Melbourne, en Australie. Ces deux jeunes gens sont unis par un lien télépathique qui devient de plus en plus puissant au fur et à mesure de leurs contacts. Mais tout bascule le jour où ils décident de se rencontrer, car ils s'aperçoivent qu'ils vivent en réalité dans des dimensions parallèles. Dés lors l'essentiel d el'intrigue va reposer sur les efforts d'Alex pour rejoindre son amie interdimensionnelle. En cela il est grandement aidé par Marco, petit génie de l'informatique cloué sur un fauteuil roulant depuis un terrible accident, qui l'empêche de sombrer dans la folie tout au long des fabuleuses découvertes qu'entraîneront ses premiers au cœur du Multiversum. Cet ensemble de dimensions (qui pourrait s'apparenter au Multivers de Michael Moorcock dans sa version adulte) serait le fruit des divers choix que l'on prend au cours de sa vie, créant ainsi des trames d'univers chaque fois différentes. Voyageant sans cesse à travers ces réalités parallèles, Alex découvre des mondes de plus en plus sombres et de plus en plus dangereux sur lesquels plane l'ombre d'une formidable menace visant à confirmer les plus sinistres hypothèses de Marco le geek. Petit à petit, au fil des révélations, un étau angoissant se referme sur les principaux protagonistes et leur entourage, projetant le lecteur dans un bain de mystères d'où rejaillissent des interrogations sur Thomas Becker, l'étrange auteur du livre Multiversum, sur les pouvoirs d'Alex et Jenny, capables de figer les gens quand ils s'embrassent et les rapports qu'ils entretiennent avec le domaine des souvenirs, et sur tout un lot d'autres implications qui prouvent la grande richesse de l'imaginaire de cet auteur qui pourra encore mieux s'exprimer dans les deux prochains tomes du cycle, Memoria et Utopia, inscrit au catalogue des éditions Gallimard jeunesse pour les prochains mois.

Aucun commentaire: