vendredi 8 mai 2015

Omale 2
(Recueil de romans & nouvelles) Science-Fiction
AUTEUR : Laurent GENEFORT (France)
EDITEUR : Gallimard-Folio SF 508, 2/2015 992 p., 9.99
COUVERTURE : Manchu
SOMMAIRE :
Introduction : Au sujet d’Omale
La muraille sainte Omale
Les omaliens
Aparanta
Un roseau contre le vent
La septième merveille d’Omale
L’affaire du Rochile
Croisées
Arbitrage
Patchwork
Lexique
Précédente publication : Denoël-Lunes dEncre, 10/2012 sous le titre « Omale, laire humaine tome 2 » 848 p., 29 Couverture de Manchu
→ Second recueil de la reprise de l’intégrale d’Omale chez Folio SF, ce livre nous propose d’abord le troisième roman de la série, La muraille saint Omale, précédemment paru dans la collection Millénaires de chez J’Ai Lu en 2004. On y retrouve l’univers particulier d’Omale dont les principaux protagonistes pensaient pouvoir jouir de quelques moments de tranquillité bien gagnés. Mais le ver était toujours dans le fruit, car une faille a été ouverte dans la Muraille Sainte, une gigantesque frontière de quatre-vingt mille kilomètres protégeant le territoire humain érigée mille ans plus tôt par des religieux profondément opposés à tout contact avec les Chiles et les Hodgqins. Désormais un flux ininterrompu de réfugiés se répand dans l’Aire Humaine mettant gravement en danger l’équilibre précaire entre les races qui y cohabitent. Bientôt, en de multiples points de cette frontière, la renaissance du phénomène de rejet et de xénophobie entraîne des troubles de plus en plus fréquents. Pour éviter que la paix précaire établie entre les trois espèces ne vole en éclats, une expédition scientifique est formée. Dirigée par Haka, un physicien chile, elle part étudier la fameuse brèche pénétrant ainsi dans des régions où aucun chile, aucun hodgqins, ni aucun humain de l’extérieur n’est jamais allé. Un périple dangereux qui les conduit aux sources d’un secret susceptible de remettre en cause toutes les hypothèses avancées sur les origines d’Omale, une coquille de matériaux inaltérables entourant l’étoile Héliale. Un nouvel épisode dans l’un cycles de prédilection de cet auteur qui a fait ses premières armes dans la science-fiction, réservant la fantasy à ses romans pour la jeunesse (notamment la série d’Alaet chez Degliame/Le Casdran Bleu). La deuxième partie du livre nous présente Les Omaliens, recueil de nouvelles dont l’action se déroule sur le ce monde bien particulier. A la lecture transparaît le plaisir que l’auteur a du éprouver en les rédigeant, tant il semble aimer retrouver ce back ground familier  où il évolue en parfait créateur d’univers, tirant les multiples ficelles des intrigues et des personnages qu’il a façonné. Ainsi, dans Aparanta, il raconte l’arrivée de trois rehs sur Omale, moment crucial appréhendé sous l’angle de vue de trois humains, un religieux, un capitaine de vaisseau spatial et un colon particulièrement intrépide. Un roseau contre le vent s’inscrit dans la veine voyages extraordinaires en nous proposant de suivre le parcours d’une expédition mixte rassemblant chiles, humains et hodgkins, dont le but, en s’enfonçant dans l’Inframonde, est de mettre à mal la théorie escopaliennes affirmant le caractère indigène des rehs. Bien entendu, les intégristes escopaliens n’entendent pas les laisser faire…La septième merveille d’Omale nous ramène a des préoccupations écologiques bien contemporaines en transportant une délégation commerciale humaine en quête de marchés juteux sur le lieu de construction d’un barrage chile fruit de la sueur et des efforts d’esclaves humains et de machines chiles. Or, des rebelles ont décidé de perturber cette mécanique bien huilée, un peu comme chez nous les contestataires du barrage de Sivens, mais d’une autre manière…L’affaire du Rochile est digne du Chien des Baskerville de Conan Doyle ou au mystère de la Bête du Gévaudan, car on mène l’enquête sur une Bête inconnue qui sème la terreur à proximité d’un village humain. Revenu d’un long séjour à l’armée, Ramin, se lance sur les traces de l’énigmatique monstre, nous faisant immanquablement penser au film Le pacte des loups de Christophe Gans. Croisées nous déroule en quelques pages des préceptes, des impressions, parlant de l’immortalité des dieux, de métaphysique et même… de recette des cuisine. Arbitrage, le texte qui suit, s’attache à la trajectoire d’Uzume le jar itinérant, sorte de médiateur chargé d’apaiser les tensions entre les groupes ou les individus. Sa nouvelle mission : arbitrer la fin d’une partie de fejij, un jeu chile sorte de jeu d’échec puissance dix, qui peut se dérouler sur plusieurs années et qui représente l’une des composantes fondamentales de l’existence chile. Enfin, Patchwork nous ramène du côté de l’enquête policière style profanateur de cadavres. On pénètre ainsi dans une morgue aux côtés d’un docteur hodgkins confronté à des cadavres affreusement mutilés et qui, à l’aide d’un ami policier, va mener l’enquête sur l’étrange secte responsable de ces horreurs. On le voit, la thématique brasse large, allant des descriptions méticuleuses de mœurs et coutumes à la Jack Vance aux explorations dignes des romans de Jules Verne. De quoi susciter le plaisir de tous les fans de ce cycle et de cet auteur, tout en invitant de nouveaux lecteurs à la découvrir, sans oublier que le nouvel opus de la série Les vaisseaux d’Omale est sorti en mars 2014 chez Denoël Lunes D’Encre, envoyant une expédition omalienne en direction des étoiles pour percer le secret des lunes captives.
Autre couverture :

Aucun commentaire: