mercredi 7 décembre 2016

Vent rouge
(Roman) Aventures Fantasy
AUTEUR : Jean-Luc BIZIEN (France)
EDITEUR : GALLIMARD-Folio SF 561, 10/2016 — 293 p., 16.90 €
SERIE : Katana 1
COUVERTURE : Camille Alquier
Précédente publication : Le Pré-aux-Clersc-Pandore, 5/2013 — 336 p., 16 € — Couverture de Xavier Ribeiro
Critiques : www.actusf.com (Bastien Roche)
→ Le seigneur Thoshiro avait vu juste en essayant de protéger sa femme, Dame Kachiko du regard concupiscant du daimyo, le roi dragon. Mais, il avait été obligé de répondre à l’invitation donnée par ce dernier et, dés qu’il l’avait vu, le daymo l’avait voulue. Dés lors le roi dragon avait capturé, puis décapité Tashiro, non sans le laisser assister à la destruction de son château par le terrible et maléfique vent rouge déchaîné par le daymo. Cependant l’oppresseur n’avait pas obtenu ce qu’il désirait, car Dame Kachiko avait réussi à échapper aux ninjas venus pour la capturer. En fuite avec le vieux guerrier Hatanaka, elle mourut d’épuisement après avoir donné la vie à un garçon, Ichirô. Celui-ci est élevé dans la tradition des moines guerriers par Hatanaka, qui finit par lui apprendre à son adolescence qui il est réellement. Dés lors Ichirô ne pense plus qu’à se venger du démon à l’origine de son statut d’orphelin. Pour cela, alors qu’il a recueilli Buta, jeune paysan doté d’une force de colosse, mais banni de son village à cause de sa couardise, il décide de s’inscrire au concours de recrutement de samouraïs organisé par le daymo afin de s’approcher du démoniaque personnage. Mais, alors que les épreuves doivent se dérouler à l’aide du Bokken, un sabre à en bois destiné à épargner les combattants, Ôno, le jeune samouraï recruteur, le remplace par le Katana, dont les coups sont synonymes de mort. Et il défie Ichirô. Pas assez expérimenté pour ce genre de combat, ce dernier subit de nombreuses blessures avant de perdre conscience. Il se réveille pourtant encore en vie, car, bizarrement, Ôno l’a épargné et il a été déposé sur un charnier d’où Hatanaka s’empresse de l’extirper. Fou de rage le daymo est désormais sur les traces de Ôno, qui s’est raillé au groupe de fuyards, et il a envoyé un ninja redoutable pour s’occuper du jeune recruteur.  Rejoint bientôt par Jotarô, le voleur, et Aiko, le  ninja, le petit groupe va rebondir de péripéties en péripéties dans la plus pure tradition des récits de combats japonais alternant affrontement d’arts martiaux et cascades spectaculaires. Maîtrisant parfaitement son sujet grâce à une parfaite connaissance de la civilisation nippone de la période des samouraïs, Jean-Luc Bizien, auteur reconnu dans le domaine de la jeunesse, mais aussi dans celui des romans de fantasy, des thrillers et des romans historiques, nous offre un diptyque plutôt destiné à un public avide de récits d’aventures où les héros ne s’embarrassent guère de réflexions philosophiques, tout en n’excluant pas une introspection minutieuses des caractères des différents personnages. Empruntant divers éléments fantastiques, il les distille dans une sorte de japon médiéval (geisha, samouraïs, etc…) cependant nullement marqué par la localisation géographique et étend habilement un voile de mystère sur le lien qui unit le jeune orphelin aux quatre compagnons de route qui désormais partagent sa tumultueuse destinée. Une réédition chez Pocket accompagné du deuxième volume du cycle, Dragon noir, les deux sous d’accrocheuse couverture de Camille Alquier.
Autre couverture :

Aucun commentaire: