dimanche 5 février 2017


Endymion
(Roman) SF / Série culte
AUTEUR : Dan SIMMONS (Usa)
EDITEUR : POCKET-Science-Fiction/Fantasy 7215, 8/2016 — 736 p., 11.40 €
SERIE : Hypérion 3
TO : Endymion, 1996
TRADUCTION : Guy Abadia
COUVERTURE : Jean Bastide
Précédentes publications :
● Robert Laffon/Ailleurs et Demain, 5/1996 — 576 p., 149 Frs — Couverture non illustrée
● Robert Laffon/Ailleurs et Demain, 12/1998 — 576 p., 149 Frs — Couverture de Jürgen Ziewe
● France Loisirs, 5/1999 — 578 p., 129 Frs — Couverture de Jürgen Ziewe
Endymion 1, Pocket/Science-Fiction-Fantasy 5681, 9/2000 — 352 p. 8.50 € — Couverture de Siudmak (Réédition 10/2007 — Couverture différente)
Endymion 2, Pocket/Science-Fiction-Fantasy 5751, 9/2000 — 352 p. 8.50 € — Couverture de Siudmak
● in Le cycle d’Hypérion 2, Robert Laffont-Ailleurs et Demain-La Bibliothèque, 10/2003 — 1290 p., 26 €— Couverture de Jürgen Ziewe Réédition
Nous voici propulsés 3 siècles après les événements qui se sont déroulés dans Hypérion. A la suite de l’écroulement de l’Hégémonie, l’Eglise Catholique, la Pax,  est devenue la puissance dominante de la galaxie. Le Vatican, qui dispose désormais des symbiotes cruciformes capables de ressusciter les morts, envoie ses Gardes Suisses, des commandos délites rompus à tous les combats, traquer les expros à travers l’espace. Mais ceux-ci ne représentent pas la plus grande menace pour l’Eglise. Enée, fille de Brawne Lamia et de John Keats le cybride, l’intelligence artificielle rebelle, s’avère représenter un dangereux messie susceptible de redonner l’espoir à tous ceux qui souffrent sous l’intransigeant coupe épiscopale et sa non moins funeste Inquisition. Alors qu’elle a disparu dans les profondeurs de l’un des Tombeaux, les labyrinthes temporels de la planète,  à la mort de sa mère, le pape Jules XIV ordonne au père De Soya de retourner sur Hypérion et de la capturer. Cependant Martin Silénius, l’ancien poète des Cantos d’Hypérion, dont Enée est la nièce, sauve Raul Endymion de la mort. Il l’envoie sur Endymion en compagnie de l’androïde Bettik afin de protéger la jeune fille des forces papales. En dépit de la disproportion des forces en présence, l’appuie du Gritche, le monstre qui protège les labyrinthes temporels, ils parviennent à s’échapper en traversant une porte distrans qui permet de passer instantanément d’une planète à l’autre. Toutefois le père De Soya ne s’avoue pas vaincu. S’engageant dans une traque impitoyable favorisée par les morts-résurrections successives que lui procure le cruciforme, il poursuit le trio Enée, Raul, Bettik tout le long du fleuve Thétys, dont chaque tronçon s’identifie à de nouvelle épreuve propulsant les fugitifs de planètes en planètes à travers des décors sans cesse renouvelées et des aventures marquées par le sceau du péril. Bientôt, en plus du père De Soya, ils devront composer avec Ménès, une adjointe qu’il a récupérée sur Terre et dont la redoutable efficacité révèle à son allié qu’elle n’est pas simplement humaine. Un découverte qui poussera De Soya à exprimer ses doutes sur la collusion entre les IA du technocentre et la papauté contre certaines IA rebelles, tandis que le mystère demeure sur les auteurs de la disparition de l’ancienne Terre propulsée dans le nuage de Magellan.. Une sorte de road movie fluvial digne des pérégrinations d’un héros de Mark Twain ou de celles du cycle du Fleuve  de Philip Jose Farmer, qui, tout en déroulant les poncifs d’un remarquable récit d’aventure, propose des réflexions philosophiques sur les fondements de l’Humanité et ceux des Intelligences Artificielles, tout en continuant de truffer ses pages, comme dans Hypérion, de multiples références littéraires. Un roman profitant de la narration à la première personne de Raul Endymion pour accentuer l’ancrage du lecteur au fil de l’intrigue, qui développe certaines problématiques esquissées dans Endymion, comme l’environnement mythologique du cycle, tout en posant de nouvelles et passionnantes questions qui devraient trouver leurs solutions dans les prochains volumes de cette fabuleuse saga de high-fantasy.
Autres couvertures :




Aucun commentaire: