lundi 17 juillet 2017


Crux 
(Roman) Techno-thriller
AUTEUR : Ramez NAAM (Usa)
EDITEUR : Pocket SF 7227, 3/2017 — 731 p., 11.40 €
TO : Crux, 2013
TRADUCTION : Jean-Daniel Brèque
COUVERTURE : Clément Chassagnard
Précédente publication : Presses de la Cité, 1/2016 — 7364 p., 24 € — Couverture de Clément Chassagnard
En 2040 , Kade, jeune et brillant scientifique, a créé Nexus 5, une nano-drogue permettant de connecter les cerveaux entre eux. Véritable révolution, grâce à ses vertus empathiques, elle débouche sur la naissance d’une conscience collective, une possibilité improbable de transformer pour les cerveaux les parties en un tout unique et démiurgique. Mais comme Oppenheimer avant lui, pour la bombe atomique, Kade s’est vite aperçu que son invention n’avait pas que des côtés positifs et que, dévoyée, elle devenait un redoutable outil de manipulation de masse. Aussi il a mis Nexus 5 à la disposition de tous, et il est devenu l’homme le plus recherché du monde. Alors que s’ouvre ce second volume de la trilogie Nexus, Kade a rompu l’accord qui le liait à l’ERD, l’agence  gouvernementale américaine tissant sa toile totalitariste sur le monde. Désormais seul des trois créateurs de Nexus encore en liberté, il a également résisté aux approches d’une post-humaine japonaise investie de formidables pouvoirs. Le voilà devenu un fugitif traqué par des chasseurs de primes sans état d’âme. Autour de lui, les post-humains, dorénavant capables de fusionner leurs esprits de façon durable, pouvaient être amené à se répandre sur le monde et à provoquer l’extinction de l’ancienne race humaine. De quoi susciter l’inquiétude des réseaux conservateurs de l’ERD prêchant pour l’immobilisme ambiant et la survie de leurs prérogatives. Un statu quo malmené par le Front de Libération posthumain qui entend bien utiliser le Nexus  en devenant une sorte de Daesh puissance mille qui transforme les individus en bombes à retardement avec, pour but ultime, l’assassinat du président des Etats-Unis. Tandis qu’il s’efforce de réparer le mal qu’il a engendré en débusquant toux ceux qui utilisent le Nexus à des fins malhonnêtes, Kade pourrait penser que Nexus 6, nouvelle version à l’accès strictement réglementée, serait susceptible d’endiguer la propagation malveillante de la nano-drogue. Mais celle-ci recèle déjà en son sein une menace encore plus terrible pour l’humanité. Thriller à l’intrigue endiablée surfant sur des thématiques parfois antinomiques comme la high-technologie, l’écologisme ou la méditation, ce roman dresse un tableau qui fait parfois froid dans le dos de ce que pourrait devenir notre proche futur sous l’impact d’un progrès pas pleinement maîtrisé ou plutôt, cyniquement exploité. Tandis que le premier volet, Nexus, va faire l’objet d’une adaptation cinématographique par la Paramount, le lectorat français pourra se précipiter sur le dernier, Apex (Presses de la Cité, avril 2017),  point d’orgue d’une trilogie qui a propulsé Ramez Naam, ingénieur informaticien né en Egypte ayant entre autres travaillé au développement d’Outlock et d’Internet Explorer, au sein du cercle très fermé des plus célèbres écrivains de SF américains contemporains.
Autre couverture :

Aucun commentaire: