samedi 4 novembre 2017

Un éclat de givre
(Roman) Postcataclysme
AUTEUR : Estelle FAYE (France)
EDITEUR : GALLIMARD FOLIO 585, 9/2017 — 336 p., 8,50 €
COUVERTURE : Sam Van Olffen
Précédente publication : Les Moutons Electriques-La Bibliothèque Voltaïque, 6/2014 — 256 p., 21 € — Couverture de Aurélien Police
Critiques : Bifrost 76 (Manuel Beer) - www.elbakin.net (Gillossen)
Estelle Faye nous avait déjà entraîné dans une fresque uchronique passionnante avec sa trilogie de La voie des oracles également reprise chez Folio et narrant les aventures d’une jeune femme doté de dons de divination dans un monde soumis à la férule de l’Empire romain, mais dans lequel surnage encore les divinités du passé. Cette fois elle revient avec un récit de postcataclysme porté par Chet, un héros quelque peu déjanté, à  la fois chanteur de jazz et facilitateur, c'est-à-dire doué pour mettre les gens en contact, véritable animal de survie qui enchaînent les jobs plus ou moins illégaux afin de boucler ses fins de mois au sein d’un Paris d’après la Fin du Monde devenue une cité tentaculaire et démembrée où les masses interlopes qui la composent ne subsistent que grâce à la nourriture fournie par les Frelots de la Bordure. Voilà notre Chet qui, après avoir succombé au charme de l’envoûtant Galaad, se trouve  embrigadé dans un sombre histoire de recherche de dealer, Echo en l’occurrence, l’un des vecteur de prolifération de la Substance, drogue redoutable provoquant de singuliers troubles de la personnalité et véritable bombe a retardement venant de très haut et portant en son sein les germes d’extermination de la ville. Pour trouver Echo, Chet n’hésitera pas à retourner dans l’Au-delà, quartier de haute insécurité où des bandes de savants fous se livrent à toutes sortes d’expérimentations sur les corps et les âmes des misérables déchets qui tombent entre leurs griffes. Dans ce Paris à l’atmosphère de Moyen Age, mais où es drones incontrôlés continuent de se prendre au hasard à la population, Chet le bisexuel et son chevalier blanc rebondissent de situations critiques en expériences désespérées, visitant au passage des lieux intemporels que les amoureux de l’ancienne Lutèce découvrant sous un vernis de fantastique, tel ce parvis Notre Dame aux mains du roi gitan, le sinistre Janosh La Lavorna, ce Jardin du Luxembourg aux plantes dévorantes, cette piscine Molitor repaire de sirènes et ces catacombes encore plus mystérieux qu’ils l’étaient de nos jours. Retrouvant au passage Tess, son ancienne amante, Chet semble évoluer comme un poisson dans l’eau dans cet univers post-apo où, à force de maltraiter la planète l’homme a fini par la pourrir, pour l’achever à coups d’exploitation de gaz de schiste, et entraîner sa révolte climatique ne laissant que des déserts où surnageaient quelques cités tentaculaire provisoirement épargnée par le retour au néant. Parcouru d’une sensualité qui transpire entre les lignes, porté par des descriptions fines et fantasmées issues du formidable travail de recherche auquel s’est livré l’auteur, enveloppé dans une trame narratrice qui alimente sans cesse l’intérêt du lecteur, ce livre bouillonnant d’originalité flirte harmonieusement avec SF, polar et Fantasy urbaine et démontre une fois plus qu’il faudra compter avec la plume de Estelle Faye dans la nouvelle génération des arpenteurs d’imaginaires.
Autre couverture

Aucun commentaire: