jeudi 18 septembre 2008

LEWIS C(live) S(taple) (Gb)
Né én 1898 et mort en 1963, cet écrivain britannique fut à la fois critique, romancier, professeur de langue anglaise du Moyen Age et de la Renaissance à Cambridge et spécialiste des literatures de l’Antiquité. Représentant pendant longtemps l’une des figures marquantes de la scène littéraire anglaise, et grand ami de J.R.R. Tolkien, son œuvre, ancrée dans une profonde spiritualité, offre une combination unique de cruauté et de merveilleux ainsi qu’un subtil mélange de roman de science-fiction et d’essai métaphysique. On lui doit, dans le second domaine, la célèbre Trilogie cosmique, mais surtout, dans celui de la littérature enfantine les fameuses Chroniques de Narnia désormais adaptées au cinéma.
Au-delà de la planète silencieuse (Roman) Theologie Fantasy
Gallimard-Folio SF 301, 2/2008 — 266 p., 6,30 € — Ser. : La trilogie cosmique 1 — Out of the silent planet, Lane, London 1938 — Tr. : Maurice Le Péchoux — Couv. : Emmanuel Malin
Critiques : http://www.yozone.fr/ (Stéphane Pons)
Précédentes publications :
Sous le titre "Le silence de la Terre"
● Hachette Gallimard-Le Rayon Fantastique 12, 2/1952 — Tr. : Marguerite Faguer — Couv. : Anonyme
● in Opta-Club du Livre d’Anticipation 8, 3/1967, p.5 à 166 — ill. : Joop van Couwelaar (avec Voyage à Vénus & Cette hideuse puissance)
● CAL-Les chefs d’œuvre de la science-fiction et du fantastique, 1975 — 254 p. — Tr. : Marguerite Faguer — Couv. & ill. : Christian Broutin (cartonné)
● Retz-Les chefs d’œuvre de la science-fiction et du fantastique, 1975 — 254 p. — Tr. : Marguerite Faguer — Couv.: Pierre Faucheux — ill. : Christian Broutin (présentation différente brochée, couverture non illustrée)
● Neo-Fantastique/Science-Fiction/Aventure 32, 11/1981 — 191 p. — Tr. : Marguerite Faguer — Couv. : Nicollet
Sous le titre "Au-delà de la planète silencieuse"
● in La trilogie cosmique, L’Age d’Homme, 4/1997, p.&& à 292 — Tr. : Maurice Le Péchoux (avec Perelandra & Cette hideuse puissance)
● → Alors qu’il passe des vacances tranquilles dans la campagne anglaise, le Dr Ransom, professeur de philologie à l’université de Cambridge est kidnappé par deux scientifiques. Devenu un « malgré lui » (un humain quittant la Terre contre son gré) il est entraîné par les deux hommes sur Malacandra, autre nom de la planète Mars. Dans un précédent voyage les deux savants ont découvert trois races martiennes non-humains, mais intelligentes. Ils ont également été mis en présence de l’Eldil de Mars, une sorte de colonne luminescente. Voulant s’approprier l’or dont ce monde regorge les deux individus peu scrupuleux ont décidé d’offrir un sacrifice humain aux martiens en pensant que toute religion ne pouvait être barbare. Mais Ransom réussit à leur échapper. Engagé dés lors dans une sorte de plane topera à la Jack Vance qui lui permet d’explorer ce nouveau monde Ransom découvre par la bouche de l’Eldil, une sorte d’ange, que Malacandra n’a jamais été chassée du Paradis et que les trois races qui occupent sa surface y vivent en parfaite harmonie. Il lui sera aussi révélé que la Terre, la planète silencieuse, est tombée jadis sous la coupe d’un ange corrompu, le Diable. Pour que sa funeste influence ne contamine pas les autres planètes, elle a été entourée d’une ceinture protectrice de radiations. Conscient que l’arrivée des Terriens risque de bouleverser l’équilibre harmonieux régnant sur Malacandra, l’Eldil décide de renvoyer les trois hommes sur leur monde d’origine, ayant pris soin de s’assurer qu’ils ne pourront plus en repartir. Le premier volet du cycle de la Trilogie cosmique, premier représentant d’un genre que Jacques Bergier a baptisé du nom de théologie-fiction.
Les autres titres de la série :
1.Le silence de la planète (ou Au-delà de la planète silencieuse)
2.Voyage à Vénus (ou Perelandra)
3.Cette hideuse puissance

dimanche 14 septembre 2008

LECOUTEUX Claude (Fr)
Né en février 1943, après de brillantes études universitaires, Claude Lecouteux, docteur en études germaniques et docteurs ès lettres, devint un brillant médiéviste, tout en occupant des chaires à l’Université de Caen et à la Sorbonne. En parallèle, il mène une carrière d’essayiste avec, à son actif, une trentaine d’ouvrages parlant des êtres fantastiques et des croyances du Moyen Age
Elle courait le garou (Essai) Fantasy légendaire
José Corti-Merveilleux 36, 3/2008 — 239 p., 18 € — Couv. : La queue du tigre (Anonyme)
→ Sous-titré Lycanthropes, hommes-ours, hommes-tigres. Une anthologie, cet ouvrage propose une succession de textes réunis, présentés et annotés par Claude Lecouteux, déjà auteur d’une trentaine de livres sur les êtres fantastiques et les croyances du Moyen Age chez divers éditeurs. On y retrouve les témoignages les plus importants et les plus surprenants retraçant cette transformation de l’animal qui a toujours engendré la peur chez l’homme en une créature encore plus redoutable : le loup-garou. Après une introduction qui revient sur le cinéma et la littérature, le folklore, les noms du loup-garou, la tradition, les explications, les croyances et les procès, l’auteur entre dans le vif du sujet à travers 5 grands chapitres : I.Devenir loup-garou – II.Pactes diaboliques, magie et maléfices – III.Histoires d’habits, de peaux et de ceintures – IV.Révélations – V.Doubles et loups-garous. Chacun d’eux se subdivisent en de nombreux paragraphes qui nous décrivent les diverses transformations, pourquoi celles-ci surviennent, comment échapper au monstre et comment ne pas le devenir. Des textes empruntés à d’autres cultures nous parlent également des croyances en hommes-ours et hommes-tigres, démontrant que le loup n’est qu’une des formes des hommes-bêtes. En appendice, les actes des procès du XVI° et XVII° siècle prouve que le loup-garou était autrefois une réalité que l’on ne mettait pas en doute.

lundi 8 septembre 2008

BRUST Steven (Karl Zoltan)
Pseudo de Steven Karl Zoltan Brust
Né le 23 novembre 1955, cet auteur américain d’origine hongroise est surtout connu pour sa série « Vlad Taltos » mettant en scène les aventures d’un voleur dans un univers de fantasy
Yendi (Roman) Fantasy Détective
Gallimard- Folio SF 304, , 3/2008 — 323 p., 7,40 € — Ser. : Vlad Taltos 2 — Yendi Ace 7/1984 — Tr. : Guillaume Le Pennec — Couv. : Aurélien Police — Crit. : Khimaira 15 (Guillaume Vallet)
Précédente publication : Mnémos-Icares Fantasy, 1/2006 — 256 p., 18 € — Couv. : Guillaume Sorel — Crit. :
www.actusf.com (Jérôme Vincent) ; www.noosfere.com (Pascal Patoz)
→ Un nouveau volume du cycle de Vlad Taltos, un brillant assassin évoluant dans un univers original au sein d’intrigues mêlant polar et fantasy. Situé chronologiquement avant le premier tome de la série, Jhereg (Mnémos, 2005), ce livre nous permet de découvrir les premiers moments de la rencontre de Vlad et de la dangereuse femme qui partagera plus tard sa destinée. Mais, plus prosaïquement, il nous propulse en pleine lutte d’influence entre Vlad, l’apprenti gangster de la cité dragaeran d’Adrilankha où il est affilié à la Maison du Jhereg, et Laris, une autre membre du Jhereg, qui lorgne sur ses humbles possessions, un assemblage de bordels,de tripots et petits commerces. Forcé de ce défendre, Vlad peut compter sur l’aide de précieux amis, tels que le seigneur Dragon Morrolan, maître de la Citadelle Noire, Aliera e'Kieron, sa cousine de prestigieuse lignée, ou la grande Sethra Lavode Mais, très vite, cette petite querelle dégénère, se transformant en véritable guerre des gangs avec assassinats et coups bas en tous genres, au point que l’impératrice elle-même est obligé de s’en mêler. Une trêve est alors instaurée. Moment privilégié dont profitent les ennemis de Vlad pour le faire trucider par un mystérieux duo. Mais, n’ayez crainte, notre rusé assassin saura ressusciter. La suite d’une saga de cape et d’épées pleine d’humour et de suspense qui a servie à asseoir la notoriété de Steven Brust aux Etats-Unis en tant qu’écrivain de Fantasy de premier plan. Des livres qui datent dans leur parution originale, mais que le public français découvre avec plaisir, d’autant plus que les éditions Mnémos proposent également en ce qui concerne Steven Brust un roman écrit en collaboration avec la désormais incontournable Megan Lindholm, La nuit du prédateur, livre crépusculaire dans la lignée du Dernier magicien où la fantasy rime avec thriller et magie.
Les autres titres de la série :
1.Jhereg
2.Yendi
3.Teckla
4.Taltos
HETLEY James A. (Usa)
Né en 1947 dans le Maine, aux Usa, James A. Hetley fut architecte, instructeur de karate et, au retour du Vietnam, exerça divers métiers avant d’écrire son premier roman « Le royaume de l’été », dont le début de l’action se situe dans le Maine, avant de nous transporter sur l’un de ces autres mondes chers aux territoires de la Fantasy
Le royaume de l’été (Roman) Légendaire arthurien /Univers parallèles
Gallimard-Folio SF 306, , 3/2008 — 502 p., 7.90 € — Ser ; Le royaume de l’été 1 — The summer country, Ace, 10/2002 — Tr. : Pascale Tilche et Xavier Spinat — Couv. : Kaycee Kennedy — Crit. :
www.actusf.com (Pierre Demetz)
Précédente publication : Mnémos-Icares, 12/2004 — 375 p., 21,50 € — Couv. : Guillaume Sorel
Critiques : www.sfmag.net (Emmanuel Collot)
→ Le premier roman d’un vétéran du Vietnam qui, après une difficile reconversion dans la vie civile, opta avec bonheur pour l’écriture, et la fantasy en particulier. Une entrée en matière plutôt réussie, puisqu’il parvient à nous entraîner dans un univers arthurien qui donne froid dans le dos aux inconditionnels du légendaire celtique. D’abord cet univers s’appelle le Royaume de l’Eté, un nom plutôt mal approprié pour un monde pas du tout idyllique où, en guise de chevalerie, tous les coups bas sont permis. Comment y accéder ? Tout simplement en rencontrant sur Terre un certain Brian Arthur Albion Pendragon, une preuve vivante que l’univers arthurien a encore de beaux restes. C’est d’ailleurs ce que pensent Maureen, une jeune femme portée vers la dépression et la bouteille, ainsi que sa grande sœur Jo, qui tombent brusquement sur lui, et qui apprennent de sa bouche qu’elles sont en fait des descendantes directes des anciens celtes, avec magie en prime pour irriguer leurs veines. Et comme si ce n’était déjà pas assez compliqué, voilà Fiona, la sœur de Brian, qui fait irruption dans l’histoire et qui, secondée par le très malfaisant Dougal Mc Kenzie, enlève Maureen. C’est ainsi que Brian, Jo, et son boy friend David, débarque dans le Royaume de l’Eté en quête de Maureen. Très vite ils se trouveront imbriqués dans une suite de complots et d’intrigues fratricides impliquant toute une famille en guerre ouverte depuis pas mal de temps dans un conflit qui n’est pas sans rappeler celui des Princes d’Ambre, le cycle de Roger Zelazny dont James A. Hetley semble s’être par moment inspiré. Propulsés dans ce royaume de l’Eternel Eté peuplé par les descendants de Merlin et Mordred où une femme qui porte le Pouvoir et le Sang est l’objet de toutes les convoitises, ils deviennent de simples pantins agités au bout d’une ficelle et évoluent dans cette histoire en renonçant totalement à la panoplie habituelle des héros de fantasy, tout en acceptant de fort mauvais grâce l’étrange destinée dont ils ont involontairement hérité. Un ouvrage surprenant dont la découverte ne peut être que salutaire.

dimanche 7 septembre 2008

BRUST Steven (Usa)
Pseudo de Steven Karl Zoltan Brust
Né le 23 novembre 1955, cet auteur américain d’origine hongroise est surtout connu pour sa série « Vlad Taltos » mettant en scène les aventures d’un voleur dans un univers de fantasy
Jhereg (Roman) Fantasy détective
Folio SF 300, , 1/2008 — 364 p., 7,40 € — Ser. : Vlad Taltos 1 — Jhereg, Ace 1983 — Tr. : Guillaume Le Pennec — Couv. : Aurélien Police
Critiques : www .actusf.com (Jérôme Vincent) ; Khimaira 14 (Guillaume Vallet) ; www.yozone.fr (Hervé Thiellement)
Précédente publication : Mnémos-Icares Fantasy, 3/2005 — 299 p., 20 € — Jhereg, Ace 1983 —Couv. : Guillaume Sorel — Crit. : Bifrost 39 (André-Fançois Ruaud) ; Faeries 20 (Frédérique Mounier) ; Khimaira 3 (Christophe Duchet)
→ Auteur de fantasy peu connu en France, en dehors du Agyar paru chez l’Atlante, Steven Brust s’est assuré une confortable notoriété aux USA avec le cycle de Vlad Taltos (7 volumes parus) dont les éditions Mnémos publient ici le premier tome. Le succès de cette série s’explique essentiellement par le charisme du personnage central qui inscrit sa trajectoire dans la tradition des héros solitaires et rusés que n’aurait pas renié le fameux Souricier Gris de Fritz Leiber, dont les aventures vécues dans la ténébreuses cité de Lankhmar pourraient fort bien inspirer les péripéties de Vlad Taltos, le héros de ce livre, dans les ruelles d’Adrilankha. Assassin réputé pour son savoir faire, et sorcier à ses heures, Vlad est secondé dans ses entreprises par Loisoh, le jhereg, un petit reptile télépathe qui ne se prive pas de commenter ses actes avec un humour souvent caustique. Jusque là cependant Vlad avait réussi à se faire une place de choix au sein des différentes races qui peuplent Adrilankha. En particulier, il pouvait s’enorgueillir de la protection occulte de certains nobles Dragaerans, des êtres aux origines reptiliennes pouvant être le fruit de mystérieuses manipulations génétiques, qui méprisaient d’ordinaires les humains, et qui régnaient sur la ville par l’intermédiaire de puissantes Maisons. Or, un jour, l’un des Grands Conseillers de la Maison Jhered lui demande de retrouver celui qui a osé s’emparer du trésor de la Maison. Des investigations qui aboutissent à la possibilité d’assassinat de Lord Mellar en personne. Mais l’individu est l’un des protégés de la Maison Dragon à laquelle celle des Jhereg s’oppose depuis toujours. Aussi la querelle prend une tournure inégalée qui risque de plonger Adrilankha toute entière dans le chaos. Dés lors Vlad doit faire preuve de toute son agileté dans le maniement de l’épée, mais également faire appel à l’extraordinaire vivacité de son esprit pour espérer sortir indemne de cette périlleuse affaire. Prenant le problème des chambres closes à l’envers (comment en faire sortir une victime qui s’y trouve parfaitement à l’abri) Steven Brust pimente son intrigue d’un parfum de toman policier, tout en la faisant évoluer dans un background de magie et de sorcellerie soigneusement construit ménageant un habile équilibre entre action et suspense. De quoi assurément séduire des lecteurs qui se laissent facilement entraîner au sein d’un univers dont, au fil des pages, ils auront beaucoup de mal à s’extirper.
Les autres titres de la série :
1.Jhereg
2.Yendi
3.Teckla
4.Taltos

jeudi 4 septembre 2008

SIMONAY Bernard (Fr)
Né à Paris en août 1951, Bernard Simonay a largement été influencé par des auteurs tels que Robert Merle et René Barjavel. Précurseur de l’héroic fantasy en France, il essuya de nombreux refus avant que son premier roman, „Phenix“, soit publié par les éditions du Rocher en 1984. En couragé par le succès de cette parution qui trusta de nombreux prix, il se lança résolument dans l’écriture, continuant dans la voix de la Fantasy, mais abordant également avec bonheur d’autres genres tels que le roman historique ou le roman d’aventures contemporain.
La porte de bronze (Roman) Aventures Fantasy
Gallimard-Folio SF 296, , 1/2008 — 494 p., 8,40 € — Couv. : Paul Davies
Précédente publication : Rocher-Fantasy, 1/1994 — 359 p., 17,96 € — Couv. : Di-Maccio
→ La planète Aurévia a tout du monde idyllique. La nature et les êtres qui l’habitent vivent en parfaite harmonie, tout en ayant banni la violence de leur mode de vie. Un pacifisme et une félicité qui trouvent leur quintessence sur Koralya, une petite île de l’archipel de Nacre. C’est là que Darys et Ele’a partagent un amour que seul l’effacement, l’équivalent de la mort, pourra arrêter. Cependant d’étranges rumeurs parlant d’effacement de masse à la surface de la planète viennent jusqu’aux oreilles de ce peuple paisible. Des rumeurs corroborées par les dires de Markaan Trevoor, un naufragé qui, en arrivant sur Koralya, annonce que l’île de Parawa¨et tous ses habitants ont entièrement disparu. Des événements qui n’affectent pourtant pas l’existence quotidienne des compagnons de Darys, jusqu’à ce que le seigneur Ykhare de Shalymbadd débarque sur l’île. Riche et puissant, ce dernier porte tout de suite son intérêt sur Ele’a. Dés lors la vie du jeune couple va se trouver totalement bouleversée. Bientôt Ele’a se trouve entraînée dans une aventure épique la conduisant un peu partout sur la planète, que nous découvrons au gré de ses aventures, tandis que de sombres révélations se précisent peu à peu sur le grand péril qui guette ce monde. Il faudra à la jeune fille un grand courage et une forte détermination pour découvrir ce que cache le masque du mystérieux Ykhare. Un secret qu’elle ne pourra approcher qu’en franchissant la porte de bronze et en devant ainsi la détentrice d’une vérité inimaginable. Un roman entre science-fiction et Fantasy que nous devons à un auteur considéré comme l’un des précurseurs de l’héroic fantasy française, qui n’avait guère

mercredi 3 septembre 2008

JONES Julia Victoria (Gb)
Née à Liverpool en 1963 cet auteur britannique a d’abord travaillé pour une maison de disque dans sa ville natale avant de partir à San Diego, en California où elle travailla comme directeur de marketing avant de se lancer dans l’écriture et notamment dans le domaine de la Fantasy avec la série du « Livre des mots » qui a connu un succès international.
Le Temps des trahisons (Roman) Aventures Fantasy
France Loisirs-Fantasy, 2/2008 — 527 p., 14.95 € — Ser. : Le Livre des Mots 2 — Book of Words 2. A man betrayed, Warner Aspect, 4/1996 — Tr. : Guillaume Fournier — Couv. : Aleksis Briclot
Précédente publication :
Calmann-Lévy-Fantasy, 4/2006 — 527 p., 24,50 € — Couv. : Aleksis Briclot
● Livre de poche-Fantasy 27003, 9/2007 —851 p., 8 € — Couv. : Marc Simonetti
→ Forcé de fuir Château Harvell pour échapper au chancelier Baralis qui a vu poindre en lui une magie dangereuse et interdite, Jack, le jeune apprenti boulanger a rejoint dans sa fuite la jolie Melliandra, fille du seigneur Maybor, qui a décidé d’échapper au mariage forcé qu’on voulait lui imposer avec Kylock, le prince dégénéré de Château Harvell. Ce dernier a dés lors tourné son attention sur Catherine, la fille du Duc de Brennes, puissante place forte voisine. Devenu roi après le décès suspect de son père Lesketh, Kylock compte sur cette alliance pour fonder les premières bases d’un vaste empire et n’a pas attendu ce mariage pour lancer ses armées sur les Halcus qui harcèlent depuis longtemps les frontières de son royaume. Pendant ce temps Jack a perdu la trace de Mellie. La croyant morte il trouve un certain réconfort auprès de la jeune Tarissa et se réfugie dans un sentiment de vengeance encouragé par le contrebandier Rovas, qui lui serte de maître d’armes. De son côté Taol, le chevalier de Valdis, cherche à oublier sa responsabilité dans la mort du prophète Bevlin en se produisant dans l’arène de Brennes. Secondé par Chipeur, le jeune voleur, il finit par triompher de Blayze, le champion du Duc de Brennes et l’amant de sa fille Catherine. Désormais a service du Duc il est affecté à la garde rapproché de Mellie, recueilli par ce dernier alors qu’elle avait été vendue comme esclave, et destinée à devenir la future duchesse de Brennes, tandis qu’une ambassade menée conjointement par Baralis et le seigneur Maybor arrive à Brennes pour demander la main de Catherine. Et, au dessus de cette mêlée l’archevêque Tavalisc continue de tisser sa propre toile pour la sauvegarde des intérêts de l’Eglise menacée de tous bords par les attaques des chevaliers de Valdis. Cependant, c’est bien le perfide Baralis, dont le sort est étroitement liée aux démons à qui il a fait allégeance, qui manœuvre dans l’ombre, rejoignant la cause du ténébreux temple de Larne qui craint plus que tout au monde la venue de l’enfant de la Prophétie que recherche ardemment le chevalier Taol. Un enfant qui n’est autre que Jack, de plus en plus dépassé par la sombre magie qu’il sent gronder en lui et dont les éclats finissent par embrasser tout ce qui s’oppose à sa volonté. Le deuxième tome d’une trilogie épique caractérisée par un entrecroisement d’intrigues et de personnages hauts en couleur évoluant dans un décor de médiéval fantasy.
Les autres titres de la série :
1.L’enfant de la prophétie
2.Le temps des trahisons
3.Frères d’ombre et de lumière

lundi 1 septembre 2008

JORDAN Robert (Usa)
Pseudo de James Oliver Rigney Jr.
Pseudo = Reagan O’Neal, Jackson O’Reilly
Né en 1948 0 Charleston, en Caroline du Sud, , cet auteur américain fit de brillantes études dans le collège militaire de The Citadel où il est diplômé en physique. Après avoir travaillée pour la Navy en tant qu’ingénieur nucléaire, il part pour le Vietnam, où il reçoit de nombreuses médailles. En 1977 il commence à écrire, publiant des romans historiques sous le pseudo de Reagan O’Neal, et des westerns, sous celui de Jackson O’Reilly. Mais c’est dans Fantasy, sous la signature de Robert Jordan, qu’il connaît son plus grand succès avec le cycle de « La roue du temps ». Atteint d’une maladie orpheline rare il décède à l’âge de 58 ans le 17 septembre 2007
Les lances de feu (Roman) High Fantasy
France Loisirs-Fantasy, 2/2008 — 616 p., 9,95 € — Ser. : La roue du temps 14 — The wheel of time 7.Acrown of swords, Tor, 6/1996 — Tr. : Simone Hilling — Couv. : Laurence Verrier — Cartes : Ellisa Mitchell
Précédente publication : Fleuve Noir-Rendez-vous Ailleurs, 4/2007 — 403 p., 20 € — Couv. : Etienne Le Roux
→ Dans la traduction de cette suite du 7ème volume américain nous retrouvons la Sagette Sevanna qui compte bien utiliser une Aes Sedai capturée lors de la bataille que ces dernières viennent de perdre. Elle s’en sert pour se mettre ne liaison avec son allié Caddar, qui est en réalité le réprouvé Sammael. Le traitement des Aes Sedai prisonnières est également un sujet de profond désaccord entre Rand al’Thor, qui entend traiter ses ennemies de la Tour Blanche sans ménagement, et Perrin qui s’insurge contre cette justice qu’il trouve un peu trop arbitraire à son goût, ce qui provoque son bannissement. Pendant ce temps la quête entreprise par Nynaeve, Elayne et Mat pour retrouver la coupe du temps, se poursuit semée de multiples embûches et les conduits à Ebou Dar où Mat apprend à mieux connaître Brigitte, femme-lige d’Elayne, mais aussi héros des temps anciens entrant dans sa quatre cent douzième année. Et pendant ce temps Rand se prépare à l’affrontement final contre Sammael le réprouvé, le suppôt du Ténébreux, pierre angulaire de la prise d’Illian la cité nichée au cœur des montagnes. Une bataille qui l’entraînera dans les dangereuses solitudes du Shadard Logoth après avoir survécu à la traîtresse morsure d’un poignard empoisonné pour mieux affronter le terrible Mashadar, tandis qu’il reçoit l’aide d’un mystérieux inconnu capable de maîtriser le malefeu et qui semble en connaître plus que lui sur sa destinée. Un nouveau volume toujours aussi passionnant à suivre et continuant de nous abreuver de son cortège de palpitantes incertitudes en suivant la trajectoire d’une multitude de personnages ayant chacun un rôle bien déterminé dans la poursuite de l’intrigue.
Les autres titres de la série :
1.La roue du temps
2.L'oeil du monde
3.Le cor de Valere
4.La bannière du dragon
5.Le dragon réincarné
6.Le jeu des ténèbres
7.La montée des orages
8.Tourmentes
9.Etincelles
10.Les feux du ciel
11.Le seigneur du Chaos
12.L'illusion fatale
13.Une couronne d'épées
14.Les lances de feu
15.Le sentier des dagues
16.Alliances
JORDAN Robert (Usa)
Pseudo de James Oliver Rigney Jr.
Pseudo = Reagan O’Neal, Jackson O’Reilly
Né en 1948 0 Charleston, en Caroline du Sud, , cet auteur américain fit de brillantes études dans le collège militaire de The Citadel où il est diplômé en physique. Après avoir travaillée pour la Navy en tant qu’ingénieur nucléaire, il part pour le Vietnam, où il reçoit de nombreuses médailles. En 1977 il commence à écrire, publiant des romans historiques sous le pseudo de Reagan O’Neal, et des westerns, sous celui de Jackson O’Reilly. Mais c’est dans Fantasy, sous la signature de Robert Jordan, qu’il connaît son plus grand succès avec le cycle de « La roue du temps ». Atteint d’une maladie orpheline rare il décède à l’âge de 58 ans le 17 septembre 2007
Une Couronne d’épées (Roman) High Fantasy
France Loisirs-Fantasy, 2/2008 — 637 p., 9,95 € — Ser. : La roue du temps 13 — The wheel of time 7.Acrown of swords, Tor, 6/1996 — Tr. : Simone Hilling — Couv. : Laurence Verrier — Cartes : Ellisa Mitchell
Précédente publication : Fleuve Noir-Rendez-vous Ailleurs, 4/2007 — 417 p., 20 € — Couv. : Etienne Le Roux
→ Après Rivages ce fut au tour des éditions Fleuve Noir de reprendre en cours de route la publication de La roue du temps, la série qui a valu sa célébrité à Robert Jordan, tout en continuant de diviser en deux chaque tome original US. Dans cette réédition en poche nous y retrouvons Rand al’Thor, le Dragon Réincarné, qui, grâce à Perrin et aux Asha’man, les hommes doués pour la magie, a pu se soustraire au piège tendu par les Aes Sedai de la Tour Blanche qui, dirigée par la redoutable Elaida, rêvent de détruire la Tour Noire et de regagner leur unité perdue. Toutefois, il ne peut guère profiter de cette courte accalmie car la révolte gronde à Cairhien où Calavaere s’est proclamée reine, tandis que Perrin découvre, à sa grande stupeur, que sa femme Faile est désormais à son service. Désireux de faire le lien entre toutes les nations afin de contrer les armées du Grand Ténébreux, Rand al’Thor se rend sur place pour mâter les rebelles le plus rapidement possible, ce qui lui laissera le champ libre afin de se consacrer à une tache encore plus urgente : répondre aux attaques des réprouvés, ces anciens qui se sont ligués au Ténébreux et qui en savent bien plus que lui sur le Pouvoir Unique. De leur côté Mat, Elayne et Ninaeve sont partis à la recherche de la coupe des vents, un précieux artefact qui aurait le pouvoir d’agir sur les éléments et ainsi d’enrayer la désastreuse vague de chaleur que le Ténébreux a déchaîné sur le monde. On le voit, cette fascinante saga continue de dérouler son canevas d’intrigues que le lecteur est invité à suivre alternativement, au fur et à mesure que se développent les péripéties mettant en scène les principaux protagonistes de l’histoire. A noter que, cette fois, les 2 volumes correspondant à l’édition américaine en un seul tome ont été publiés simultanément.
Les autres titres de la série :
1.La roue du temps
2.L'oeil du monde
3.Le cor de Valere
4.La bannière du dragon
5.Le dragon réincarné
6.Le jeu des ténèbres
7.La montée des orages
8.Tourmentes
9.Etincelles
10.Les feux du ciel
11.Le seigneur du Chaos
12.L'illusion fatale
13.Une couronne d'épées
14.Les lances de feu
15.Le sentier des dagues
16.Alliances
FLEWELLING Lynn (Usa)
Pseudo de Lynn Elizabeth Beaulieu
Née en octobre 1958 à Presque Isle dans le Maine, aux Usa, Lynn Flewweling. Après des études pour devenir vétérinaire, elle occupa de nombreux emplois avant de se tourner vers l’écriture. Influencée par les écrits de Tom Stoppard, Mary Renault, Umberto Eco, Stephen King, Peter Straub, Ray Bradbury, and Anne Rice, elle est l’auteur de deux cycles à success “Nightrunners” et “Le royaume de Tobin”.
La troisième Orëska (Roman) Aventures Fantasy
France Loisirs-Fantasy, 2/2008 — 406 p., 9,95 € — Ser. : Le royaume de Tobin 5 — Tamir Triad 3. The oracle’s queen, Bantam-Spectra, 2006 — Tr. : Jean Sola — Couv. : Sandrine Gestin
Précédente publication : Pygmalion-Fantasy, 5/2007 — 333 p., 21,20 € — Couv. : Jean-Sébastien Rossbach
Réédition : J’Ai Lu-Fantasy 8730, 9/2008 — 8 €
→ Lorsque débute le cinquième volume de cette série (le troisième dans l’édition originale puisque la traduction scinde en 2 chaque tome US) le prince Tobin a vu son enveloppe charnelle consommé par un feu magique, révélant ainsi sa véritable personnalité : celle de Tamir, héritière légitime du trône Qui l’a arraché à l’usurpateur qui dirigeait le royaume de Skala sous un joug tyrannique. Reine guerrière en devenir, elle a le pouvoir d’accomplir la prophétie qui annonce que, tant qu’une fille de sang royal défendra et administrera le royaume, celui-ci ne courra aucun danger. Mais, Tamir, depuis sa plus tendre enfance, a menti à tout son entourage. A présent, elle aura du mal regagner leur confiance, alors qu’il lui faut gagner à sa cause son peuple, son armée, et même ses plus proches amis et partisans. D’autant plus que Korin, son ancien amour, passé sous la coupe de Lord Nyrin, un dangereux intriguant. Réfugié à Cirna, en tant que prétendant rival à la couronne, il fait peser sur Skala la menace d’une guerre civile. De son côté, Frère, son diabolique jumeau dont l’âme ne trouvera le repos qu’après avoir obtenu vengeance, continue de rôder dans les parages. Se débattant dans un tourbillon de complots et d’intrigues Tamir devra à la foi assumer sa nouvelle personnalité et faire preuve d’intelligence et de courage pour surmonter les nouvelles épreuves qui se dressent sur sa route. Un roman à l’ambiance particulière dont les ressorts psychologies sont traités sur un plan d’égalité par rapport à l’aventure proprement dite, posant à la fois des questions très actuelles sur la quête d’identité et ses multiples implications à la fois sociales et émotionnelles.
Les autres titres de la série :
1.Les jumeaux
2.Les années d'apprentissage
3.L'éveil du sang
4.La révélation