lundi 16 juillet 2012

Les contes de Terremer
(Gedo senki ou Tales from EarthSea) Dessin animé
REALISATEUR : Goro MIYAZAKI (Japon)
AVEC LES VOIX DE : Armelle Gallaud, Georges Claisse, Boris Rehingerplus
DUREE : 1h55 (Japonais)
SORTIE EN FRANCE : FILM : 4/2007/DVD & DVD Collector : 10/2007/Blue Ray : 12/2012
→ Les aventures du jeune Arren, prince du royaume d'Enlad, qui va s'allier aux forces du grand magicien Epervier, pour rétablir l'équilibre du monde rompu par une sorcière maléfique. Dans le combat qui s'annonce, Arren et Epervier croiseront la route de Therru, une mystérieuse jeune fille. Ensemble, ils dépasseront leurs peurs et uniront leurs destins pour mener le plus fascinant des voyages. L'adaptation du troisième tome du cycle de Terremer d'Ursula Le Guin qui, si elle a apprécié ce film d'animation, ne considère pas qu'il est conforme à son roman. Le premier film réalisé par Goro Miyazaki, le fils du maître de l'animation japonaise Hayao Miyazaki (Princesse Mononoké, Le voyage de Chihiro, Le château ambulant). Un récit que Hayao avait vainement tenté d'adapter dans le milieux des années 80, mais il s'était heurté au refus d'Ursula le Guin.
Inspiration Livres : Terremer 3.L'ultime rivage, de Ursula K. Le Guin (Opta-CLA Aventures Fantastiques 18, 1977)
Adaptation Livres : L'art des Contes de Terremer, de Goro Miyazaki (Glénat, 7/2007)
Adaptation Bandes Dessinées : Les contes de Terremer T.1,2,3,4 (Glénat, mars-avril 2007) Dessins de Olivier Huet
Critiques : www.avoir.alire.com (Frédéric Mignard) - Chronic'art 35 (Guillaume Loison) – www.cinema-france.com (Sébastien Sosa) ; www.excessif.com (Caroline Leroy) – Le Film Français 3194, 2/2007 – iLesrockuptibles, 4/04/2007 ; Le Nouvel Obs Télé 2213, 05/07/2007 - Télérama 2986 (Cécile Mury)
« Les contes de Terremer : Miyazaki, le fils, conte un parricide » part Thomas Sotinel in Le Monde du 04/04/2007.
« Goro Miyazaki : les contes de Terremer et les fables du père » par Gérard Delorme in Première de mars 2007.
« Goro Miyazaki sort de l'ombre de son père » par Emmanuèle Frois in le Figaro du 04/04/2007.
« Miyazaki, le fils est né » par Didier Peron in Libération du 04/04/2007.
« Sur les traces de son père » par Alexandre Zalewski in Métro France du 04/04/2007.
« Tu quoque mi fili. Les contes de Terremer » par Carole Wrona sur le site www.critikat.com, 4/2007.
DVD COLLECTOR :
 
BLUE RAY :

dimanche 8 juillet 2012

L'opéra du dragon
(Théâtre)
AUTEUR : Heiner MÜLLER (Allemagne)
EDITEUR : Editions Théâtrales, 3/2000 — 75 p., 11,80 €
TRADUCTION : Renate et Maurice Taszman
Adaptations théâtrales :
Compagnie Carcara, Poitier, 1/2000 (pièce de théâtre)
● Johanny Bert, Théâtre des Célestin, Lyon, 9/2010 (specacle de marionnettes)
Les habitants d'une ville se sont eux-même placés sous l'empire du dragon par crainte du choléra. En contrepartie, l'énergumène à griffes et à écailles réclame son tribut de chair fraîche que les citoyens livrent sans rechigner. Jusqu'au jour où débarque Lancelot, sauveur acharné, déterminé à libérer la ville surtout depuis qu'il a vu les yeux d'Elsa, fille du grand archiviste Charlemagne promise au sacrifice. Sauf que les tyrannisés n'ont jamais demandé à ce freluquet de les débarrasser de leur «Dradra». La lecture d'un livret d'opéra, à quelques exceptions près, ne suscite pas toujours l'enthousiasme. Mais Heiner Müller, on s'en doute, nous convie à une tout autre expérience. Très librement inspiré d'une pièce d'Evguéni Schwarz (et d'un conte d'Andersen) écrite pendant la dernière guerre et qui ne connu qu'une représentation, Staline, qui se sentait visé, l'interdit., cet Opéra du dragon sent le souffre et crache le feu. En 1968, l'allemand Heiner Müller, l'un des dramaturges les plus importants (et les plus contreversés) de la guerre froide l'adapta pour un opéra au livret signé Paul Dessau.Texte "percussif", comme martelé sur l'enclume d'un Héphaïstos euphorique (iconoclaste, Müller fait de son Lancelot un nouvel Héraclès), reliques ciselées, griffées ou badigeonnées comme des graffitis sur le mur, l'économie de moyens, la sobriété incisive contrastent avec une inventivité constante. L'ironie est mordante, la liberté totale, la poésie omniprésente. Müller se joue des contraintes du genre, se les approprie pour produire cet opéra presque inmontable : donné en 1969 par le Staatsoper, il ne sera à peu près plus représenté, cette édition faisant suite à sa création à Poitiers, en janvier 2000, par la compagnie Carcara.
Heiner MÜLLER est un Dramaturge allemand né en 1929 à Eppendorf (Saxe) et mort d'un cancer d ela gorge en 1995. Directeur de théâtre, poète et anarchiste, Heiner Müller a liassé une oeuvre essentiellement composée de réécritures d'anciens mythes, tout en défendant une thèse précisant que capitaliseme et socialisme ont montré deux manières différentes de contrôler la production (économique) et d'assurer la discipline de travail ; et que depuis la « fin des idéologies » en Occident, les gens ont commencé à remettre en question la validité du conflit idéologique qui oppose ces deux courants de pensée

samedi 7 juillet 2012

Petit dragon
(Livre illustré) Jeunesse
AUTEUR : Lieve BAETEN (Belgique)
EDITEUR : Mijade, 9/2004 — 30 p., 7,95 €
TO : Kleine Drake, Verlag Friedrich Oetinger, Hambourg, 2000
COUVERTURE & ILLUSTRATIONS : Lieve Baeten
TRADUCTION : Laurence Bourgignon & Florence Meirlaen
Petit Dragon sait déjà tout faire comme un grand : il vole, il crache du feu... il ne lui reste plus qu'à apprendre à faire peur. Maman Dragon vole jusqu'au village et ramène un petit humain à son fils pour qu'il puisse s'exercer. Mais Robert n'a pas peur des dragons, tout au contraire, il ne rêve que de s'amuser avec eux. Dragons, petits et grands, on beau tout faire pour l'effrayer, rien ne se passe, et c'est finalement lui qui finira par les clouer sur place. Alors, faute d'être arrivé à terroriser un humain, Petit Dragon ramènera Robert chez lui et repartira avec tout au fond de son coeur la joie d'avoir trouvé un ami. Une approche des dragons bien loin des sentiers battus de la cruauté à travers un livre aux illustrations pleine page qui feront le bonheur des enfants. Lieve Baeten est un auteur pour la jeunesse et une illustratrice née en 1954 à Zonhoven, en Belgique

vendredi 6 juillet 2012


 Le petit dragon aux yeux rouges
(Livre illustré) Jeunesse
EDITEUR : Astrid LINDGREN (Suède)
EDITEUR : Hachette Jeunesse-Cadou 5208, 1986 — 37 p., 4,50 € — Couv. & ill. : Ilon Wikland
TO : Draken med de roda ogonen, Rabén & Sjögren, Stockholm, 1985
TRADUCTION : Christiane Lapp
COUVERTURE ET ILLUSTRATIONS : Ilon Wikland
Précédente publication : Duculot-Les Albums Duculot, 1985 — 37 p., 49 Frs
→ Deux jeunes enfants habitant dans une ferme découvrent avec surprise un bébé dragon vert parmi les cochons nouveaux-nés. Mais la truie ne voit pas d'un bon œil l'apparition de ce bébé un peu sauvage et refuse de le nourrir. Dés lors les deux frères lui apportent tout ce qu'il aime ; c'est à dire des morceaux de bougies, des bouts de ficelles, des bouchons. Et le petit dragon aux yeux rouge resta auprès d'eux jusqu'à un soir où, des larmes dans ses petits yeux rouges, il déploya ses ailes et s'envola à tout jamais vers le soleil couchant. Une jolie petite histoire, mise en lumière par les couleurs des illustrations de Ilon Wikland, le dessinateur estonien également associé à Astrid Lindgren pour sa célèbre série de Fifi Brindacier.
Autre couverture :

jeudi 5 juillet 2012

Thongor contre les dieux
(Roman) Heroic Fantasy
EDITEUR : Lin CARTER (Usa)
EDITEUR : Albin Michel-Epées et Dragons 12, 6/1988 — 186 p., 29 Frs
SERIE : Cycle de Thongor 4 dans la numérotation de l'éditeur, 3 dans la parution originale aux USA
TO : Thongor against the gods, Paperback 1967
TRADUCTION : André Graff
COUVERTURE  : Donald Grant
Réédition : in Thongor Tome 1, Mnémos-Icares, 3/2012 — Tr. : André Graff, révisée par Merlin Jacquet
Résumé voir Thongor Tome 1 (Editions Mnémos)
Les autres titres de la série :
1.Thongor et le sorcier de Lémurie ou Thongor et la cité des dragons
2.Thongor et la cité des dragons ou Thongor et la cité de la flamme
3.Thongor contre les dieux
4.Thongor et la cité des magiciens
5,Thongor à la fin des temps
6.Thongor contre les pirates de Tarakus
Thongor 1 (Omnibus)
Thongor 2 (Omnibus)
Thongor et la cité de la flamme
(Roman) Heroic Fantasy
EDITEUR : Lin CARTER (Usa)
EDITEUR : Albin Michel-Epées et Dragons 5, 9/1987 — 219 p., 26 Frs
SERIE : Cycle de Thongor 2
TO : Thongor and the dragon city, Berkley Medaillon Books, 1970
TRADUCTION : Henry Fagne (révisée)
COUVERTURE  : Jean-Pierre Ronsin
Précédente publication : Librairie des Champs Elysées-Le Masque Fantastique 1er série n°16, 2ème trimestre 1977 sous le titre Thongor et la cité des dragons — 224 p., 6,50 € — Tr. : Henry Fagne — Couv. : Jean-Jacques Vincent
Rééditions : in Thongor Tome 1, Mnémos-Icares, 3/2012 — Tr. : Henry Fagne révisée par Merlin Jacquet
Résumé voir Thongor Tome 1 (Editions Mnémos)
Les autres titres de la série :
1.Thongor et le sorcier de Lémurie ou Thongor et la cité des dragons
2.Thongor et la cité des dragons ou Thongor et la cité de la flamme
3.Thongor contre les dieux
4.Thongor et la cité des magiciens
5,Thongor à la fin des temps
6.Thongor contre les pirates de Tarakus
Thongor 1 (Omnibus)
Thongor 2 (Omnibus)
Thongor et la cité des dragons
(Roman) Heroic Fantasy
EDITEUR : Lin CARTER (Usa)
EDITEUR : Librairie des Champs Elysées-Le Masque Fantastique 1er série n°16, 2ème trimestre 1977— 224 p., 6,50 €
SERIE : Cycle de Thongor 2
TO : Thongor of Lemuria, Ace 1966 (repris sous le titre Thongor and the dragon city, Berkley Medaillon Books, 1970)
TRADUCTION : Henry Fagne
COUVERTURE  : Jean-Jacques Vincent
Rééditions :
Albin Michel-Epées et Dragons 5, 9/1987 sous le titre Thongor et la cité de la flamme — 219 p., 26 Frs — Tr. : Henry Fagne (révisée) — Couv. : Jean-Pierre Ronsin
in Thongor Tome 1, Mnémos-Icares, 3/2012 — Tr. : Henry Fagne révisée par Merlin Jacquet
Résumé voir Thongor Tome 1 (Editions Mnémos)
Les autres titres de la série :
1.Thongor et le sorcier de Lémurie ou Thongor et la cité des dragons
2.Thongor et la cité des dragons ou Thongor et la cité de la flamme
3.Thongor contre les dieux
4.Thongor et la cité des magiciens
5,Thongor à la fin des temps
6.Thongor contre les pirates de Tarakus
Thongor 1 (Omnibus)
Thongor 2 (Omnibus)
Thongor et la cité des dragons
(Roman) Heroic Fantasy
EDITEUR : Lin CARTER (Usa)
EDITEUR : Albin michel-Epées et Dragons 6, 8/1987 — 182 p., 26 Frs
SERIE : Cycle de Thongor 1
TO : The wizard of Lemuria, Ace 1965 (repris sous le titre Thongor and the wizard of Lemuria, Berkley Medaillon Books, 1970)
TRADUCTION : François Truchaud
COUVERTURE  : Jean-Pierre Ronsin
Précédente publication : Librairie des Champs Elysées-Le Masque Fantastique 1er série n°11, 4ème trimestre 1976 sous le titre Thongor et le magicien — 256 p., 6,50 € — Tr. François Truchaud — Couv. : Jean-jacques Vincent
Réédition : in Thongor Tome 1, Mnémos-Icares, 3/2012 — Tr. : François Truchaud, révisée par Merlin Jacquet
Résumé voir Thongor Tome 1 (Editions Mnémos)
Les autres titres de la série :
1.Thongor et le sorcier de Lémurie ou Thongor et la cité des dragons
2.Thongor et la cité des dragons ou Thongor et la cité de la flamme
3.Thongor contre les dieux
4.Thongor et la cité des magiciens
5,Thongor à la fin des temps
6.Thongor contre les pirates de Tarakus
Thongor 1 (Omnibus)
Thongor 2 (Omnibus)
Thongor et le magicien
(Roman) Heroic Fantasy
AUTEUR : Lin CARTER (Usa)
EDITEUR : Librairie des Champs Elysées-Le Masque Fantastique 1er série n°11, 4ème trimestre 1976— 256 p., 6,50 €
SERIE : Cycle de Thongor 1
TO : The wizard of Lemuria, Ace 1965 (repris sous le titre Thongor and the wizard of Lemuria, Berkley Medaillon Books, 1970)
TRADUCTION : François Truchaud
COUVERTURE  : Jean-Jacques Vincent
NB  : Le titre en page de garde est : « Thongor et le magicien de Lémurie »
Rééditions :
Albin michel-Epées et Dragons 6, 8/1987 sous le titre Thongor et la cité des dragons — 182 p., 26 Frs — Tr. : François Truchad — Couv. : Jean-Pierre Ronsin
in Thongor Tome 1, Mnémos-Icares, 3/2012 — Tr. : François Truchaud, révisée par Merlin Jacquet
Résumé voir Thongor Tome 1 (Editions Mnémos)
Les autres titres de la série :
1.Thongor et le sorcier de Lémurie ou Thongor et la cité des dragons
2.Thongor et la cité des dragons ou Thongor et la cité de la flamme
3.Thongor contre les dieux
4.Thongor et la cité des magiciens
5,Thongor à la fin des temps
6.Thongor contre les pirates de Tarakus
Thongor 1 (Omnibus)
Thongor 2 (Omnibus)

mardi 3 juillet 2012

Lin Carter Bibliographie

CARTER Lin (Usa) 1930 - 1988
Pseudo de Linwood Vrooman Carter
Ecrivain, éditeur et critique américain, grand admirateur de H. P. Lovecraft, Lin carter s'est surtout fait connaître avec Lyon Sprague de Camp pour son travail sur la suite des aventures de Conan inachevée à la mort de Robert Howard. Toutefois, il est également le créateur de héros célèbres de l'héroic fantasy, tel « Thongor », le barbare nordique, héros d'un cycle qui mêle avec bonheur aventures et magie.
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Séries
Thongor (Librairie des Champs Elysées / Albin Michel / Mnémos)
1.Thongor et le sorcier de Lémurie ou Thongor et la cité des dragons
2.Thongor et la cité des dragons ou Thongor et la cité de la flamme
3.Thongor contre les dieux
4.Thongor et la cité des magiciens
5,Thongor à la fin des temps
6.Thongor contre les pirates de Tarakus
Thongor 1 (Omnibus)
Thongor 2 (Omnibus)
Thongor Tome 1
(Recueil) Heroic Fantasy
AUTEUR : Lin CARTER (Usa)
EDITEUR : Mnémos-Icares, 3/2012 — 359 p., 23 €
SERIE : Cycle de Thongor Omnibus 1
TRADUCTIO : Révisées par Merlin Jacquet
COUVERTURE  : Alain Brion
SOMMAIRE :
Thongor et le sorcier de Lémurie (The wizard of Lemuria, Ace 1965 & Thongor and the wizard of Lemuria, Berkley Medaillon Books, 1970)
Précédentes publications :
Librairie des Champs Elysées-Le Masque Fantastique 1er série n°11, 4ème trimestre 1976 sous le titre Thongor et le magicien — 256 p., 6,50 € — Tr. : François Truchaud — Couv. : Jean-Jacques Vincent
Albin michel-Epées et Dragons 6, 8/1987 sous le titre Thongor et la cité des dragons — 182 p., 26 Frs — Tr. : François Truchaud — Couv. : Jean-Pierre Ronsin
Thongor et la cité des dragons (Thongor of Lemuria, Ace 1966 & Thongor and the dragons city, Berkley Medaillon Books, 1966)
Précédentes publications :
Librairie des Champs Elysées-Le Masque Fantastique 1er série n°16, 2ème trimestre 1977— 224 p., 6,50 € — Tr. : Henry Fagne — Couv. : Jean-Jacques Vincent
Albin michel-Epées et Dragons 5, 9/1987 sous le titre Thongor et la cité de la flamme — 219 p., 26 Frs — Tr. : Henry Fagne — Couv. : Jean-Pierre Ronsin
Thongor contre les dieux (Thongor against the gods, Paperback 1967)
Précédente publication : Albin michel-Epées et Dragons 12, 6/1988 — 186 p., 29 Frs — Tr. : André Graff — Couv. : Donald Grant
Ce 1er tome du cycle de Thongor publié par les éd. Mnémos s'impose comme unr etour aux sources de la barbarie héroique avec des héros tels que Conan le Cimmérien, Ka-Zar, l'homme de la préhistoire fantasmée, Kothar de Gardner F. Fox, Tarl Cabot de John Norman, et bien d'autres encore, qui ont fait les beaux de l'âge d'or de la Fantasy US aussi bien à travers les pulps, les romans ou les comics. A cette poque, Lin Carter, après avoir œuvré avec L. Sprague de Camp à la continuation du cycle de Conan du défunt Robert E. Howard, décida de se lancer lui-même dans l'aventure. L'Hyperborée ayant été magnifiquement abordée à travers l’œuvre de Clark Ashton Smith, il se concentra sur une autre approche des continents mythiques disparus (Mu, l'Atlantide), la Lémurie, afin d'y installer la silhouette massive d'un guerrier nordique alliant force et courage et qui, au fil de ses aventures, allait devenir le champion de la lutte de la Lumière contre le Chaos. Publié pour la première fois en France, d'abord à la Librairie des Champs Elysées (La Masque fantastique 1er série) puis repris chez Albin Michel (Epées et Dragons), cette série ne le fut que partiellement et dans une traduction souvent amputée. Aujourd'hui les éditions Mnémos nous proposent de découvrir le cycle dans son intégralité et dans des traductions révisées qui restitue les passages coupés lors des premières versions. Thongor le sorcier de Lémurie ouvre le bal. On y fait la connaissance de Thongor de Valkarth, farouche barbare venu des Terres Désolées, débutant sa lutte contre les forces du Chaos symbolisées par les Rois Dragons, les premiers occupants de la Lémurie vaincus par les guerriers humains des Premiers Royaumes lors de la guerre de Mille Ans. Mais ils n'ont pas disparu et, du fond de leur sournoise retraite, il s'apprête à ouvrir un portail à travers lequel les dieux sombres du Chaos pourront à nouveau se répandre sur le monde et régner sur la Lémurie. Pour les en empêcher Thongor devient le bras armé du vieux magicien Shrasjsha qui le lance dans une quête primordiale afin de retrouver l'Epée Etoile, une arme forgée par magie et enfermant dans son sein la force du Tonnerre, seule capable de terrasser ces divinités maléfiques. Une quête aux mille dangers durant laquelle il devra affronter toutes sortes de prédateurs, et en particulier pas mal d'espèces de dragons, ainsi que des tyrans sans scrupules, mais qui lui permettra également de se faire de nouveaux amis en la personne de Karm Karvus, le prince exilé de la cité de Tsargol et la belle Sumia de Patanga chassée de son trône par Vaspas Ptol, un druide jaune avide de pouvoir serviteur de Yamath, l'un des dieux du Chaos. Dans le second opus du cycle, Thongor et la cité des dragons, nous retrouvons ce trio charismatique à bord du navire volant le Némédis que Thongor a emprunté à emprunté à l'alchimiste Oolim Phon lors de son évasion de la ville de Thurdis réalisé avec l'aide d'Ald Turmis de Zangabal, un ancien compagnon d'armes. Grâce à l'apui du magicien Sharajsha, ils ont pu faire échouer les plans des Rois Dragons visant à faire venir d'au-delà les étoiles les plus lointaines les Dieux Noirs du Chaos. Naufragés après une tempête, ils sont capturés par un clan d'Hommes-Bêtes, et échappent de peu à la mort, sauvés par l'intervention des guerriers de Phal Thurid, l'impitoyable sark de la cité de Thurdis, lancé à sa recherche pour retrouver le Némésis, premier fleuron d'une hypothétique flotte aérienne. Promis aux supplices de Thalaba, l'horrible nabot qui tient le sark sous sa domination grâce aux lotus du rêve, Thongor s'échappe une nouvelle fois grâce à l'aide de son ami Ald Turmis. Cependant, il ne tarde pas à tomber entre des mains encore plus redoutables, celles de Xothun, le roi vampire de la cité perdue d'Omm. Des épreuves dont,il triomphera une fois encore pour se diriger vers un destin royal. Le dernier roman présent dans le ce volume, Thongor contre les dieux, nous permet de retrouver Thongor juste après sa victoire sur Yamath, l'un des seigneurs des Ténèbres. Ayant libéré la cité de Thurdis de l'oppression de son sark sanguinaire, il est également à l'origine de la chute des druides jaunes de Patanga, une ville sur laquelle désormais il règne aux côtés de la princesse Sumia devenue son épouse. C'est justement elle que trois de ses plus farouches ennemis, Yelim Pelorvis, le druide rouge qui règne sur Tsargol au nom de Slidith, le dieu du Sang, Numadak Quelm, le prêtre du culte hors-la-loi de Yamath, le dieu du Feu, et Arzang Pome, l'ancien sark de Shembis, le royaume du sud, détrôné par Thongor qui l'avait remplacé par son compagnon Ald Turmis, ont décidé de faire enlever pour abattre le guerrier nordique invincible en approche frontale. Pour cela il font appel à Zandar Zan, l'une des meilleurs voleurs de la cité de Tsargol. Ayant réussi à soustraire Samia à la vigilance de ses gardes, le kidnappeur sera cependant traqué par un Thongor bien décidé à délivrer sa bien aimée. Une course-poursuite qui nous entraînera dans les fabuleuses Montagnes du destin, ainsi qu'à la rencontre de Shangoth, le jeune prince des tribus Nomades, et qui se terminera par un affrontement final entre les armées Coalisées de Thongor conduite par sa garde personnelle des Dragons Noirs, et les guerriers de Tsargol, l'ancienne cité de Karm Karvus. La fin d'un premier tome dont les péripéties ne sont pas sans rappeler celles du John Carter d'Edgar Rice Burroughs, et qui nous permet de remonter à la source de la Fantasy, point de passage épique et obligé dans lequel allait s'engouffrer de nouveaux bâtisseurs de mondes démésurées à l'écriture plus approfondie, comme les Moorcock d'Elric, les Leiber du Cycles des Epées, les Le Guin de Terremer, et plus récemment des Hobb (L’Assassin Royal) Martin (Le trône de fer), qui œuvrent certainement dans une autre catégorie, mais qui n'empêchent pas de jeter ce coup d'oeil nostalgique permettant de redécouvrir et comprendre quelles furent les influences dont s'inspirèrent la nouvelle génération d'auteurs anglo-saxons, en attendant la publication du second opus qui comprendra : Thongor et la cité des magiciens, Thongor à la fin des temps et Thongor contre les pirates de Tarakus. Pourvu en appendice d'un Glossaire des mots lémuriens, il est à noter que ce livre inaugure chez Mnémos la parution de livres connectés, c'est à dire possédant un quatrième de couverture un info-lien utilisant un QR code (Quick Responsable Code). Une fois flashé avec un terminal mobile équipé d'une connexion 3G ou wifi cet info-lien lu par une application gratuite scan permet à toute personne en librairie d'avoir plus d'informations sur le livre que ne peut en donner le quatrième de couverture : résumé plus long, biographie, critiques, avis, etc... Enfin, en ce qui concerne les Dragons, Lin Carter sembke particulièrement les apprécier. Il y a le Grakks, faucon-lézard ou Dragon de l'Air, et le Dwark, le Dragon de la jungle de Thongor le sorcier de Lémurie, mais aussi le Larth, le dragon des mers de Thongor et la cité des dragons, sans oublier que les premiers habitants de la Lémurie, ceux contre qui les humains se battirent durant le guerre de Mille Années, étaient les Rois Dragons que lin Carter nous présente ainsi dans Thongor et le sorcier de Lémurie : « Au commencement, avant l'apparition de l'homme le monde entier était dominé par des reptiles géants, des dragons titanesque qui mugissaient et se battaient entre eux. Or, parmi ces dragons de l'aube, un race de reptilien intelligent apparut. On les appela les Rois Dragons. Il possèdaient une intelligence froide, avide, habile et inhumaine. Aucun homme ne pouvait en suivre les raisonnements compliqués et tortueux. Aucun homme ne pouvait comprendre les émotions étranges et ténébreuses qui bouillonnaient dans leur sang ophidien et froid. Ils étaient plus petits que leurs congenères titanesques et ressemblaient à l'homme par leur forme et leur taille, mais leur durée de vie était plus longue. Ayant soumis le monde de l'ancienne Hyperborée à leur loi, ils utilisèrent la grande force de leurs frères reptiliens pour bâtir des cités monolitiques de pierre noire au sein desquelles ils pratiquaient une sombre sorcellerie. Et quand les hommes apparurent, ils les combatirent durant la guerre de Mille Années où ils finirent pas être vaincus. »