dimanche 25 novembre 2012

Anne Rice Bibliographie

RICE Anne (Usa)

Née en 1941 à la Nouvelle-Orléans sous son vrai nom de Howard Allen O'Brien, Anne Rice a commencé à écrire dans les années 70 une courte nouvelle sur le thème du vampire qui a débouché sur la fameuse sage des Chroniques des vempires immortalisé par le film de Neil Jordan, Entretien avec un vampire (1994). En parallèle avec cette série elle créa également dans le domaine du fantastique La sage des Sorcières, elle baorda aussi le roman historique avex La voix des anges et le roman érotique avec les infortunes de la Belle au bois dormant. Elle réside toujours à la Nouvelle-Orléans dont le cadre fascinant à inspiré plusieurs de ses romans.
Pseudonyme : A.N. Roquelaure & Anne Rampling
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Séries
Les chroniques des vampires
1.Entretien avec un vampire
2.Lestat le vampire
3.La reine des damnés
4.Le voleur de corps
5.Memnoch le démon
6.Armand le vampire
7.Merrick
8.Le sang et l'or ou l'histoire de Marius
9.Le domaine Blackwood
10.Cantique sanglant
Les infortunes de la Belle au bois dormant (Robert Laffont)
1.L'initiation
2.La punition
3.La libération
Les nouveaux contes des vampires (Plon)
1.Pandora
2.Vittorio le vampire
La Saga des Sorcières (Laffont/Pocke)
1.Le lien maléfique
2.L'heure des sorcières
3.Taltos
Songs of the Seraphin (Lafon Michel)
1.L'heure de l'ange
2.L'épreuve de l'ange
Livres
La momie (Pocket Terreur)
Le sortilège de Babylone (Robert laffont)
Le violon (Plon)

 La saga des sorcières
(Romans)
AUTEUR : Anne RICE (Usa)
EDITEUR : Pocket-Romans étrangers , 10/2012 — 992 p., 10.50 €, 800 p., 9,80 € & 640 p., 9,10 €
TO : The witching hour, 1990 / Lasher, 1993 / Taltos, 1994
TRADUCTION : Annick Granger De Scriba
COUVERTURE : Sylvie Dupuis
→ Pour les amateurs de littérature de l’imaginaire lorsque l’on évoque le nom de Anne Rice résonne avec les célèbres Chroniques des vampires (12 volumes au total) immortalisé par le Entretien avec un vampire film du réalisateur américain Neal Jordan sorti en 1994 et adapté du premier roman de la série. Mais, quand on aura survolé rapidement son approche de la littérature érotique à travers Les Mésaventures de la Belle au Bois Dormant (3 tomes chez Robert Laffont), on découvrira avec bonheur qu’elle a également traité une autre thématique majeure du domaine du Fantastique, celle des Sorcières. Les éditions Pocket nous propose aujourd’hui de retrouver sous ne élégante couverture noire orné des dessins stylisés de Delphine Dupuy les trois volumes de la série Le lien maléfique (1er publication, Robert Laffont 1992), L’Heure des sorcières (Laffont, janvier 1995) et Taltos (Laffont, janvier 1996). A travers les romans de cette trilogie, Anne Rice nous raconte l’histoire de la famille Mayfair qui a le redoutable privilège d’abriter en son sein d’indéniable sorcières, génération après génération.
Dans Le lien maléfique, premier roman du cycle, nous découvrant Deirdre Mayfair, dernière descendant de cette ancienne et puissante famille que la plume sensuelle et évocatrice de l’auteur insère dans le décor envoûtant d’une vieille maison de la Nouvelle Orléans aux pierres dégoulinantes de sombres souvenirs et de malédictions latente. Deirdre est vielle et n’a plus toute sa raison depuis qu’on lui a enlevé sa fille Rowan pour la soustraire à sa funeste influence. Et derrière les grilles enserrant le jardin de cette antique demeure Aaron Ligther, l’envoyé de la mystérieuse société secrète Talamasca, épie et consigne les moindres de ses faits et gestes, comme l’ont fait ses prédécesseurs avant lui. Un Aaron qui entrera également en contact avec Rowan devenue une brillante neurochirurgienne qui exerce à San Francisco. Une jeune femme qui mènerait une existence plutôt normale si les gens envers qui elle avait ressenti une profonde animosité n’avaient pas trouvé subitement la mort, comme son père adoptif et un homme qui l’avait agressé. Se bornant à des rencontres sans lendemain, sa vie prend un tournant décisif lorsqu’elle sauve Michael Curry de la noyade cet artisan renommé est comme elle originaire de la Nouvelle Orléans et, depuis qu’il a rencontré Rowan, il est assailli par d’étranges visions qui le poussent à retourner dans a ville natale où bien sûr Rowan le suivra après avoir appris la mort de sa mère. De quoi faire redouter à Aaron qu’elle soit à son tour victime du lien maléfique symbolisé par Lasher, un esprit tortueux et maléfique qui hante la famille Lasher depuis le XV° siècle en héritant des pouvoirs de sorcellerie que les femmes du clan se transmettent en même temps que leur fortune colossale et une splendide émeraude verte depuis qu’elles ont quitté leur Ecosse natale où elles dont apprendre à survivre à de nombreuses persécutions.
L’Heure maléfique, second volet de cette trilogie, nous retrouvons Rowan revenue à la Nouvelle Orléans avec Michael Curry devenu son amant et de qui elle attend un enfant. L’occasion de cette naissance est trop belle pour l’esprit Lasher qui trouve que les femmes Mayfair se détournent trop de la magie. Avec la grossesse de la treizième sorcière, la puissante héritière des pouvoirs de Deirdre Mayfair, il sent que l’heure est venue pour lui de rétablir son ascendant sur cette fabuleuse famille. Dés lors il concentre tous ses pouvoirs pour s’incarner dans le nouveau né qui, en quelques heures, acquiert sa taille adulte , tout en se mettant à parler et à marcher. Rendu diaboliquement intelligent par l’intermédiaire de l’esprit qui l’habite, cet enfant animé par une jalousie dévorante ne rêve que de devenir le plus puissant sorcier du monde. Prêt à tout pour parvenir à ses fins, il n’hésite pas à violer sa propre mère qui accouchera d’Emaleth, une autre enfant qui parle, et à s’enfuir avec eux. Michael, aidé d’Aaron et des la puissance du clan Mayfair met dés lors tout en œuvre pour les retrouver. Cependant Lasher pourrait bien n’être pas simplement un esprit maléfique, mais aussi le descendant des Taltos, ces géants celtiques de la légende qui s’unissent avec les sorcières depuis des générations afin de perpétrer leur espèce. Entre-temps, Mona jeune fille surdouée de 13 ans, reçoit l’émeraude des héritières Mayfair et se rapproche insensiblement de Michael grièvement blessé dans sa traque.
Taltos nous permet de retrouver les personnages de la série pour une conclusion dramatique à souhait. Lasgher a été tué par Michael et Emaleth par sa propre mère, Rowan, qui comme beaucoup d’héritière de la famille, a sombré dans une folie temporaire. Mona s’impose dés lors comme celle qui doit prendre la tête de l’empire Mayfair. Toutefois, elle est également enceinte d'un futur enfant-qui-parle, déjà prénommé Morrigan. Déterminé à la protéger coûte que coûte des mauvaises influences de la Nouvelle Orléans, elle s’enfuit dans le bayou avec sa cousine Mary-Jane sans soir si Rowan et Michael laisseront vivre son enfant. En même temps nous découvrons Mr Ash, géant philanthrope gérant son immense fortune de sa demeure de New York. Alors qu’il croit être le dernier survivant de son espèce, il apprend que l’un des siens serait apparu en Écosse, là où jadis il dirigeait son propre clan avant l’arrivé des Romains. Il décide de partir aussitôt sur ses traces et sa trajectoire l’amènera à croiser celle des membres de la famille Mayfair, ces femmes dotés de pouvoirs exceptionnels avec qui sa race semble liée depuis de nombreuses générations. Avec ce dernier roman, Anne Rice nous plonge jusqu’aux racine de ces héroïnes étroitement mêlées au légendaire celte (avec les concordance des Deirdre ou Morrigan), tout en continuant d’explorer les méandre ensorcelants fruits des amours des humains entre les esprits. Elle y conclut une série riche d’un fantastique mystique et baroque où transparait sa prédilection pour les personnages d’enfant atypiques (Lasher et Emaneth répondant à la Claudia d'Entretien avec un vampire) et sa passion pour la Nouvelle-Orléans,, la ville où elle réside, finement décrite à travers la maison vivante siège de la famille Mayfair.
Des sorcières qui feront des apparitions dans d’autres romans hors cycle tels que Le domaine Blackwood, Cantique sanglant et Merrick, ce dernier mettant également en scène des protagonistes du cycle des Chroniques des vampires.

China Mieville Bibliographie


MIEVILLE China Tom (Gb)

China Tom Mieville est un auteur britannique né en 1972 à Norwich, au Royaume Uni. Qualifiant son travail de weird fiction, il aborde aussi bien la science-fiction, l’horreur et le fantastique, ainsi que la fantasy, genre qu’il tente de faire sortir des clichés commerciaux imposés par les successeurs de Tolkien à travers le mouvement de jeunes auteurs nommé « Weird ». Diplômé de Cambridge et de la London School of Economis, après une jeunesse passé à Londres, il partit travailler en Egypte et au Zimbabwe. De retour au pays natal, il adhéra au Social Workers Party, et ne cesse depuis lors de développer ses idées politiques de gauches à travers ses interventions politiques (il est membre de la Chambre des Communes) et ses écrits, taxant notamment « Le Seigneur des Anneaux » de roman réactionnaire.
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Livres
Le concile de fer (Fleuve Noir)
Lombres (Au Diable Vauvert)
Perdido Stree Station T.1 & 2 (Fleuve Noir)
Le roi des rats (Fkeuve Noir)
Les scarifiés (Fleuve Noir)
The City & The City (Fleuve Noir)
Articles
● « Entretien avec China Miéville » réalisé par Thys sur le site www.elbakin.net à l’occasion de la sortie en Angleterre de Un Lun Dun, 3/2007.
 

Lombres
(Roman) Univers parallèles
AUTEUR : China MIEVILLE (GB)
EDITEUR : Pocket-Fantasy, 10/2012 — 568 p., 9,10 €
TO : Un Lun Dun, Ballantine-Del Rey, 2/2007
TRADUCTION  : Christophe Rosson
COUVERTURE ET ILLUSTRATIONS : China Mieville
Précédente publication : Au Diable Valuvert, 10/2009 — 637 p., 20 € — Couv. & ill. : China Mieville
Critiques : www.actusf.comm (Jean Rebillat & Jean-Luc Triolo) ; in Bifrost 53 (Emmanuel Beaujot) ; in Bifrost 58 (Philippe Boulier) ; www.cafarcosmique.com (Ubik) : www.khimairaworld.com (Jean-Luc Clerc) ; www.yozone.fr (Michael Espinosa)
Lombres de China Miéville (Un LunD un, 2007) dont nous devons la première traduction aux éditions Au Diable Vauvert en 2009 est ici repris dans le catalogue de la dynamique maison Pocket. Lombres, c’est d’abord l’histoire de la jeune Zanna pour qui les faits bizarres ne finissent pas de s’accumuler. En premier lieu ces étrangers qui lui adressent la parole avec déférence. Puis les animaux qui l’observent d’un air mystérieux. Sans parler du parapluie espion accroché au balcon de Deeba, sa meilleur copine. Et le summum est atteint lorsque un nuage nauséabond s’en prend à elle et tente de l’envelopper au cœur de sa sinistre grisaille. Somme toute une mise en bouche qui la conduira avec Deeba dans un cave abandonnée où, en tournant une vieille roue, les deux jeunes filles seront propulsées à Lombres, une Londres située de l’autre côté du miroir. Il s’agit en fait d’une Transville, sorte d’univers parallèle où échoue le Mool (Matériaux Obsolète d’Origine Londonienne) c'est-à-dire les déchets les plus énergiques de la grande cité britannique. Sous la lumière de l’Antisol et sur les berges de la Tisame, le fleuve qui traverse la ville, grandissent des maisons faites en matériaux de récupération et habitées par une population cosmopolite comprenant des humains, mais aussi des êtres fantastiques, mélanges incongrus de créatures vivantes et d’objets obsolètes à qui ont à redonné vie, regroupés en tribus qui obéissent à un chef comme la Princesse des Fax Foutus, Tesson, l’Empereur des Bris de Verre, ou Brokkenbroll, la Barraplussime, qui règne sur le peuple des Parapluies Cassay. Bientôt mise en présence d’Hemi, le garçon à demi fantôme du quartier de Fanthom Road, un inquiétant territoire de transition habité à la fois par les morts de Londres et de Lombres, puis accompagné par Caillet, la petite brique de lait qui ne lâche plus Deeba, Zanna ne tarde pas à apprendre qu’elle est en fait la Schwazzy, une jeune héroïne destinée à contrecarrer les plans du Smog, le dangereux nuage toxique qui a décidé de s’emparer de Lombres et de tous ses habitants. Engendré à Londres par l’interaction de toutes sortes de produits chimiques, celui qui n’était à l’origine qu’un vulgaire nuage de crasse est devenu un énorme cerveaux nuageux se nourrissant de toutes les fumées produites et animé d’une terrible malveillance depuis qu’il a réalise que ceux qu’il étouffait finissait incinérés et que leurs cendres, emportées par le vent, venaient grossir sa puissance. Cependant, les londoniens, grâce au savoir des Armets, de redoutables climatosorciers, avaient réussi à s’en débarrasser, le poussant à l’exil dans Lombres. Au cours de la première partie du livre nous suivons le périple des deux jeunes filles qui s’efforcent de rejoindre les Prophéçongurs perchés sur le Pont Absconditus, un ouvrage mouvant et suspendu, seuls susceptibles de répondre à leurs innombrables questions. Un voyage tourmenté durant lequel, embarquées sur un aérobus à impériale, elles devront affronter un essaim de Dame-Jeanne, des mouches géantes montées par les féroces Pirates de l’Air, avant de se réfugier au Royaume d’Ardoise, le pays des Tuilotes qui vivent sur des toits dressés à…un ou deux mètres du sol. Protégées par les poubelles-ninjas, les gardes du corps des Prophéçongurs, elles parviendront à rejoindre ces derniers. Mais une attaque de Comesmog, des êtres que le Smog a capturé et soumis à sa volonté en les forçant à respirer ses maléfiques émanations, plonge Zanna dans un profond coma. La seconde partie du livre débute alors, se focalisant sur Deeba, la Paschwazzy, qui, après un court détour par Londres, reviendra au cœur de la cité jumelle afin de démasquer les êtres qui ont partie liée avec le Smog, à la fois dans les méandres de Lombres, mais aussi au plus haut sommet du société de consomatteurs-pollueurs, et une jeune fille engagée dans une valeureuses quête initiatique au sein de Lombres, ville de recyclage par excellence, qui recomposent les déchets de toutes sortes, les transformant en hommes et en animaux qui contribuent à une fabuleuse galerie de personnages comme l’homme à la cage d’oiseau en guise de tête, le scaphandrier au corps d’eau de mer et de poisson, des explorateurs de bibliothèque cyclopéenne, ou un Grimoire doté de parole qui ne croit plus aux prophéties inscrites dans ses pages. Un roman mise en valeur par les nombreuses illustrations accompagnant le texte, un peu comme dans la série des Chroniques du Bout du Monde de Paul Stewart et Chris Riddell, qui rendent à merveille l’atmosphère de non sens dont Miéville a imprégné l’ensemble de son livre. Une percée réussie dans l’univers de la jeunesse pour un auteur déjà connu en France à travers sa production pour adultes (Perdido Street Station, Les Scarifiés, Le roi des Rats, Le concile de fer) faisant à nouveau preuve de l’originalité réjouissante qui caractérise son écriture à travers un livre qu’un critique à parfaitement résumé par cette simple phrase : « Offrez Lombres à un gamin et pensez à le lui emprunter quand il aura fini de le lire ». gouvernement britannique. Des efforts qui lui feront croiser la route des terribles girafes carnivores, des non moins redoutables fenêtres-araignées, et d’autres monstruosités bien décidées à s’en prendre directement à elle ainsi qu’à la poignée d’amis qui l’accompagne. Un roman foisonnant d’inventivité dont l’indéniable noirceur est nuancée par une bonne pincée d’exubérance et de délicieuses rasades d’humour. Puisant allègrement dans la matière de l’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll comme du Neverwhere de Neil Gaiman, ce livre raconte l’affrontement manichéen entre le Grand Méchant Smog, incarnation parfait de la dérive de notre société de consomatteurs-pollueurs, et une jeune fille engagée dans une valeureuses quête initiatique au sein de Lombres, ville de recyclage par excellence, qui recomposent les déchets de toutes sortes, les transformant en hommes et en animaux qui contribuent à une fabuleuse galerie de personnages comme l’homme à la cage d’oiseau en guise de tête, le scaphandrier au corps d’eau de mer et de poisson, des explorateurs de bibliothèque cyclopéenne, ou un Grimoire doté de parole qui ne croit plus aux prophéties inscrites dans ses pages. Un roman mise en valeur par les nombreuses illustrations accompagnant le texte, un peu comme dans la série des Chroniques du Bout du Monde de Paul Stewart et Chris Riddell, qui rendent à merveille l’atmosphère de non sens dont Miéville a imprégné l’ensemble de son livre. Une percée réussie dans l’univers de la jeunesse pour un auteur déjà connu en France à travers sa production pour adultes (Perdido Street Station, Les Scarifiés, Le roi des Rats, Le concile de fer) faisant à nouveau preuve de l’originalité réjouissante qui caractérise son écriture à travers un livre qu’un critique à parfaitement résumé par cette simple phrase : « Offrez Lombres à un gamin et pensez à le lui emprunter quand il aura fini de le lire ».
Autre édition couverture :
 

Neil Gaiman Bibliographie

 
GAIMAN Neil (Gb)
Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaimain vit actuellement aux Etats-Unis où il a situé le cadre de sa série « American Gods » Il s’est illustré dans la littérature pour enfants et dans le fantastique et de nombreuses de ses œuvres ont été adaptées en Bd, comme « The sandman » ou au cinéma, pour le féerique « Stardust »
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Séries
Américan Gods
American Gods (Au Diable Vauvert)
*Le monarque de la vallée (nouvelle in De bons présages)
Livres
Coraline (Albin Michel)
De bon présages (J'Ai Lu/Au Diable Vauvert) avec Terry Pratchett
Des choses fragiles et autres merveilles (Au Diable Vauvert) Recueil
Entremonde (Au Diable Vauvert) avec Michael Reaves
L'Etrange vie de Nobody Owens (Albin Michel)
Miroirs et fumée (Au Diable Vauvert) Recueil
Neverwhere (J'Ai Lu)
Odd et les géants de glace (Albin Michel)
Pas de panique ! Douglas Adams et le Guide Galactique (Gallimard-Folio SF)
Stardust ou Stardust. Le mystère de l'étoile (J'Ai Lu/Au Diable Vauvert)
Tous malades (Bragelonne) avec Stephen Jones (Anthologie)
Nouvelles
A la fin (in De bons présages)
Alerte : animal à bout (in Miroir et fumée)
Amère smontures (in De bons présages)
Les autres (in De bons présages)
Le balayeur de rêves (in Miroir et fumée)
Le bassin aux poissons et autres contes (in Miroir et fumée)
Les bons garçons méritent des récompenses (in De bons présages)
Boucles (in De bons présages)
Le changement de mer (in Miroir et fumée)
La chambre dissimulée (in De bons présages)
Changements (in Miroir et fumée)
Le chemin caillouteux du souvenir (in De bons présages)
Cherchez la fille (in Miroir et fumée)
Chevalerie (in Miroir et fumée)
Comment parler aux filles pendant les fêtes (in De bons présages)
Corps étrangers (in Miroir et fumée)
Couleurs froides (in Miroir et fumée)
Le coup de l'inventeur de maladies (in De bons présages)
D'étranges petites filles (in De bons présages)
Devenir sylvain (in De bons présages)
Les épouses interdites des esclaves sans visage dans le manoir secret de la nuit du désir redoutable (in De bons présages)
La fille des chouettes (in Miroir et fumée)
Goliath (in De bons présages)
La Grand'roue féerique (in De bons présages)
L'heure de la fermeture
Instructions (in De bons présages)
Inventer Aladin (in De bons présages)
Le jour de l'arrivée des soucoupes (in De bons présages)
Le jour où nous sommes allés voir la fin du monde (in Miroir et fumée)
Lires les entrailles : un rondeau (in Miroir et fumée) poême
Ma vie (in De bons présages)
Mignons à croquer (in Miroir et fumée)
Moi, Cthulhu (La Clef d'Argent)
Le Monarque de la vallée (in De bons présages)
Les mystères du meurtre (in Miroir et fumée)
Ne demandez rien au Diable (in Miroir et fumée)
Neige, verres et pommes (in Miroir et fumée)
Nicholas était... (in Miroir et fumée)
Nourrir et manger (in De bons présages)
L'Oiseau-Soleil (in De bons présages)
On peut vous les faire au prix de gros (in Miroir et fumée)
Pages d'un journal trouvé au fond d'une boîte à chaussures laissées dans un bus Greyhound, quelque part entre Tulsa, Oklahoma, et Louisville, Kentucky (in De bons présages)
La Présidence d'Octobre (in De bons présages)
Le prix (in Miroir et fumée)
Le problème de Suzan (in De bons présages)
Qu'est-ce que tu crois que ça me fait ? (in De bons présages)
Quinze cartes peintes d'un tarot de vampires (in De bons présages)
La reine d'épées (in Miroir et fumée)
La route blanche (in Miroir et fumée)
La Saint-Valentin d'Arlequin (in De bons présages)
Saveurs (in Miroir et fumée)
Sizain vampire (in Miroir et fumée)
La souris (in Miroir et fumée)
Souvenirs et trésors (in De bons présages)
La spéciale des Shoggoths à l'ancienne (in Miroir et fumée)
Le Troll sous le pont (in Miroir et fumée)
Une étude en vert (in De bons présages)
Une fin de monde de plus (in Miroir et fumée)
Une vie meublée en Moorcock première année (in Miroir et fumée)
Vent du désert (in Miroir et fumée)
La vérité sur le cas du dépar de Mlle Fintch (in De bons présages)
Virus (in Miroir et fumée)
Articles de Neil Gailman
● « Du conte de fées » sur le site www.elbakin.net, 10/2207 (Tr. : Altan)
« Mon conte de fées, Stardust » sur le site www.elbakin.net, 10/2207 (Tr. : Altan)
Articles sur Neil Gailman
● « A la rencontre de Neil Gaiman » bibliographie in De bons présages
● « Entretien avec Neil Gaiman » par Stéphane Thiellement in Chimères 42, 1/1999.
● « Interview à propos de Neverwhere » par Benoît Domis in Ténèbres 5, 1/1999 (Tr. : Elton DeBiani)
« Une conversation avec Neil Gaiman » in De bons présages



Mes cheveux fous
(Conte graphique) Jeunesse
AUTEUR : Neil GAIMAN (GB)
EDITEUR : Au Diable Vauvert-Jeunesse, 11/2012 — 48 p., 18 €
TO : Crazy hair, HarperCollins, 5/2009
TRADUCTION : Charles Recoursé
COUVERTURE ET ILLUSTRATIONS : David McKean
Critiques : www.20mn.fr (Anonyme)
→ L’histoire de Neil Gaiman et des éditions Au Diable Vauvert est loin d’en être à ses débuts. Voici déjà de nombreuses années que cet éditeur dynamique de nos régions sudistes cultive dans son jardin des traductions de cet auteur majeur de l’imaginaire américain. American Gods, Anansi Boys, Des choses fragiles, Miroirs et fumées, De bons présages, Neverwhere, Stardust, Entremonde ou Coraline, sont autant de pépites découvertes dans cette mine au trésor des territoires du fantastique. Aujourd’hui il revient associé à un illustrateur talentueux, Dave McKean, avec qui il a déjà collaboré pour deux albums jeunesses pleinement réussi, J’ai échangé mon père contre deux poissons rouges et Des loups dans les murs, pour nous raconter un conte graphique terriblement échevelé. Car c’est à un voyage dans la chevelure, celle d’un garçon tout ébouriffé, qui provoque la surprise et la curiosité de l’insouciante Bonnie. Au fil des pages ce dernier va lui décrire dans une prose poétique le fascinant univers qui habite ses cheveux fous où des oiseaux nichent partout, où des tigres guettent des explorateurs aventureux, où des danseurs naviguent entre des pistes de toboggans sous l’œil gonflé d’air de montgolfières survolant le bateau des pirates filous. Interloquée, Bonnie à son idée pour mettre de l’ordre dans cette cacophonie capillaire. A coups de peines et de brosses elle s’efforce transformer cette forêt sauvage en un paisible jardin français, en dépit des avertissements du jeune homme inquiet. Et les cheveux se défendent par bras tentaculaire interposé entraînant la hardie petite fille vers un monde merveilleux où elle pourra jouer à loisir avec les extraordinaires occupants des lieues. Un album grand format dont les pages carrées expriment un véritable chaos visuel où viennent se perdre les dessins riches en couleur d’un Dave McKean passé maître dans l’art.

mercredi 21 novembre 2012

Le Trône de Fer intégrale 1
(Recueil) Aventures Fantasy
AUTEUR : George R. R. MARTIN (Usa)
EDITEUR : Pugmalion-Fantasy, 9/2012 — 1045 p., 22,90 €
SERIE : Le Trône de Fer
TO : Song of ice and fire 1.A game of thrones, HarperCollins-Voyager, 8/1996
TRADUCTION : Jean Sola
COUVERTURE : Affiche de la série
SOMMAIRE :
Le Trône de fer
Le donjon rouge
Précédentes publications :
Pygmalion-Fantasy, 9/2008 — 800 p., 24,90 € — Couv. : Stephen Youll
J’Ai Lu-Semi Poche, 1/2010 — 786 p., 14,90 €— Couv. : Marc Simonetti
Critiques : www.actusf.com (Yann Blanchard) ; www.noosfere.com (Florent M.)
Autres titres de la série :
1.Le trône de fer
2.Le donjon rouge
3.La bataille des rois
4.L’ombre maléfique
5.L’invincible forteresse
6.Les brigands ou Intrigues à Port-Réal (version poche)
7.L’épée de feu
8.Les noces pourpres
9.La loi du régicide
10.Le chaos
11.Les sables de Dorne
12.Un festin pour les corbeaux
13.Le bûcher d'un roi
Recueils
*Intégrale 1
*Intégrale 2
*Intégrale 3
*Intégrale 4
Nouvelles :
*Le chevalier errant
*L’épée lige
Adaptation jeu :
*Le Trône de Fer + extension La bataille des rois
Adaptation télévisée :
*Le Trône de Fer, par David Benioff et D.B. Weiss
→ Les éditions Pygmalion reprennent ici sous la forme omnibus le 1er tome de cette prestigieuses série, d'abord scindé en deux volumes lors de sa première parution en France en 2008. C’est donc l’intégralité du premier tome de la série qui nous est proposé ici sous une nouvelle couverture inspirée de l'affiche de la série télévisée américaine qu'a inspiré le cycle, diffusée chez HBO, puis reprise en France sur une chaîne du diffuseur Orange. Lorsque débuta en France la tradution du cycle par Le Trône de fer. La glace et le feu aux éditions Pygmalion, en 2008 George Raymond Richard Martin était surtout connu pour la parution de 2 romans, L’agonie de la lumière (unique titre de la collection Le Masque de l’Avenir de La Librairie des Champs Elysées, puis repris chez J’Ai Lu) et Le Volcryn (Futurama n°36) et 2 recueils de nouvelles Chanson pour Lya et Des astres et des ombres (J’Ai Lu). Avec cette nouvelle publication il allait entrer pour le public français dans le cercle fermé des grands créateurs de cycles et d’univers de Fantasy tels que Robin Hobb, Robert Jordan, Tad Williams, Raymond E. Feist, David Eddings et autres Terry Brooks, pour ne citer qu’eux. Ce premier roman, que l’on peut considérer comme un volume d’introduction, nous fournit les données essentielles sur le royaume des 7 Couronnes. Un univers moyenâgeux où la magie n’est plus qu’un souvenir entretenu par quelques vieux oeufs de dragons et des enfants de la forêt désormais insaisissables, tandis que la menace des Autres semble conjurée par le Mur colossal sur lequel veille la Garde de Nuit. Un monde cependant en proie à une autre tragédie : celle de l’ambition humaine. Car complots et mensonges, luxure et incestes, crimes et corruption, lâcheté et trahisons rythment ce récit centré autour de la conquête du prestigieux Trône de Fer. Pour défendre le roi son ami, le courageux duc Stark de Winterfell devra quitter ses sauvages terres du nord et se mêler à des intrigues de cour qui mettront en péril l’intégrité même de sa famille. Un roman qui a obtenu le prix Locus lors de sa parution et qui abandonne pour un temps la fantasy à la Tolkien afin de nous immerger dans un contexte plus proche des Rois maudits de Maurice Druon que des habituels péripéties du genre. Une histoire qui ne perd cependant pas au change, tant la densité psychologie des personnages est assez intense pour retenir le lecteur dans une toile d’aventures cruelles et fascinantes qu’on regrette d’abandonner. La seconde partie de ce recueil, Le donjon rouge, continue de nous plonger dans le passionnant entrelacs d’intrigues qui anime cette série. Pour aider le despotique roi Robert, son ancien ami, Lord Eddard Stark, seigneur de Winterfell, le monde de la Garde de Nuit toujours p^rte à repousser l’hypothétique menace des Autres qui se perd dans la nuit des temps, va se trouver dangereusement impliqué au sein d’abominables intrigues qui mettront à mal sa loyauté. Jouant le jeu d’une action démultipliée, Georges R.R. Martin nous invite tour à tour à assister aux efforts pathétiques de lord Eddard pour échapper aux manigances de la perfide reine Cersei, puis nous envoie sur les traces de Catelyn, l’intrépide épouse du seigneur de Winterfell, qui n’a pas hésité à s’emparer de Tyrion, le nain rusé, frère de la souveraine, afin de venir au secours de l’homme qu’elle aime. Frôlant les cimes de l’immense muraille nordique où le danger venu de l’extérieur monte en puissance, le récit nous entraîne également sur un autre continent où végètent deux prétendants au Trône de Fer, et où Daenerys, une jeune femme que rien n’arrête, conduit à merveille son destin dans un univers qui favorisait jusque là le sexe réputé fort. Un nouveau et fascinant voyage au cœur d’un univers de fantasy d’une envoûtante beauté où l’indispensable sens du merveilleux se marie harmonieusement avec l’ampleur de la fresque historique habilement retracée.
Autres couvertures :
 


dimanche 18 novembre 2012

Sophie Jordan Bibliographie


JORDAN Sophie (Usa)
Sophie Jordan est une romancière américaine ayant grandi au Texas. Après avoir été professeur d'anglais, elle s'est consacré essentiellement à l'écriture, oeuvrant à la fois dans le fantastique (le cycle de « Lueur de feu ») que dans les romances historiques et paranormales
Pseudonyme : Sharie Kohler
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Lueur de feu (Gallimard Jeunesse)
1.Lueur de feu 1
2.Soeurs rivales

Soeurs rivales
(Roman)
AUTEUR : Sophie JORDAN (Usa)
EDITEUR : Gallimard Jeunesse-Hors Collection, 10/2012 — 296 p., 15,50 €
SERIE : Lueur de feu 2
TO : Firelight 2. Vanish, HarperCollins Children's Books, 9/2011
TRADUCTION : Alice Marchand
COUVERTURE : Amber Gray
Autres titres de la série :
1.Lueur de feu 1
Dans le premier tome de cette trilogie, Lueur de feu, nous avions fait la connaissance de la Jacinda, une jeune draki, descendante des dragons et dotée comme eux du pouvoir de cracher le feu , ce qui la rend essentielle à la survie de son clan. Toutefois, Jacinda a révélé sa nature de dragon pour sauver Will, l'homme qu'elle aime. Mais, en faisant cela, elle a mis tout son peuple en danger. La punition qu'elle encours est terrible car on menace de lui couper les ailes, ce qui l'empêcherait définitivement de se transformer en dragon et de voler. Parallèlement, Tamra, sa soeur jumelle a pris conscience de sa vraie nature de dragon estompeur, c'est à dire capable d'effacer les mémoires des événements récents. Pour échapper à sa condamanation Jacinda devrait épouser Cassian, le fils de Séverin, le chef de clan. Mais, après avoir simulé son consentemment, elle part rejoindre Will avec Miram, la soeur de ce dernier, qui est enlevée par des chasseurs de dragons. Déterminés à la sauver Jacinda, Will, Cassian et Tamra partent vers la forteresse des Enkross où la jeune fille est retenur prisonnière. Bien entendu de nombreux obstacles se dresseront sur leur route mettant à lépreuve les liens d'amitié qui les unissent. La suite d'une série qui retrace les péripéties d'une jeune héroïne prise dans la toile d'un amour impossible au sein d'un univers plein d'orginalité lieu de rivalités féroces et de choix meurtriers où humains et dragons sont sans cesse en confrontation.
◊ Fantasmagoria ◊
(Livre illustré) Encyclopédie
AUTEUR : Julia BRUCE (Usa)
EDITEUR : Elcy, 9/2010 — 144 p., 19,90 €
TO : Fantasmagoria, Marshal Editions, 2009
TRADUCTION : Marie-Line Hillaret & Jean-Marie Merle
COUVERTURE & ILLUSTRATIONS : Collectif
Fantasmagoria va vous transporter dans le monde des dragons, des vampires ; des fées, des elfes, des fantômes, des loups-garous, des sorcières, des magiciens et d'autres créatures humaines ou merveilleuses. Depuis des milliers d'années, les êtres fantastiques, les pouvoirs surnaturels et les récits sur les dieux et les hommes les fascinent. Dans les pages de cet ouvrage abo,ndamment illustré, vous rencontrerez les êtres les plus étonnants de la planète, qu'ils soient humanoïdes, divins ou résolument démoniaques. Attention, préparez-vous à côtoyer des créatures terrifiantes, à entendre des histoires effroyables et à affronter le fantastique. Vous trouverez également des conseils pratiques : pourquoi être sur ses gardes lorsqu'on s'approche de l'eau clans le nord de l'Angleterre, comment réagir face aux loups-garous, comment reconnaître quelqu'un qui est possédé par le démon et comment se comporter face à un être malfaisant envahissant votre maison ? Sous titré, Un atlas des créatures fabuleuses, d'êtres enchantés et de monstres magiques ce livre se découpe en 9 grands chapitres : 1.Les fées et le Petit Peuple – 2.Les thamaturges – 3.Mauvais esprits, démons et morts-vivants – 4.Créatures humanoïdes – 5. Créatures à cornes et à sabots – 6.Les dragons – 7. Monstres quadrupèdes – 8.Oiseaux fabuleux – 9.Créatures aquatiques. En ce qui concerne le chapitre sur les dragons, le lecteur est invité tout d'abord à découvrir leur origine, puis sont passés en revue les Dragons chinois, Dragons japonais et Dragons grecs, avant une dernière approche consacrée aux Tueurs de dragons comme Sigurd, Saint-George et Susa-No-O.

jeudi 15 novembre 2012

George R. R. Martin Bibliographie


MARTIN George R. R. (Usa)

Né en septembre 1948 à Bayonne, dans le New Jersey, George R. R. Martin a publié sa première nouvelle en 1971. S’étant essayé a des genres aussi divers que la Fantasy, l’horreur et la science-fiction, il devint scénariste et producteur à Hollywood où il collabora a de nombreuses séries comme la célèbre « Twilight zone ». En 199O il commença à écrire son cycle épique du « Trône de Fer » destiné à devenir un classique de la Fantasy contemporaine.
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Le Trône de fer (Pygmalion/France Loisirs/J'Ai Lu/Bragelonne)
1.Le trône de fer
2.Le donjon rouge
3.La bataille des rois
4.L’ombre maléfique
5.L’invincible forteresse
6.Les brigands ou Intrigues à Port-Réal (version poche)
7.L’épée de feu
8.Les noces pourpres
9.La loi du régicide
10.Le chaos
11.Les sables de Dorne
12.Un festin pour les corbeaux
13.Le bûcher d'un roi
14.Les dragons de Meereen
Recueils
*Le Trône de Fer 1 (Tomes 1 & 2)
*Le Trône de Fer 2 (Tomes 3,4,5)
Nouvelles :
*Le chevalier errant
*L’épée lige
Adaptation jeu :
*Le Trône de Fer + extension La bataille des rois