dimanche 23 décembre 2012

Brandon Sanderson Bibliographie


SANDERSON Brandon (Usa)
Né dans le Nébraska en 1975, Brandon Sanderson a écrit pendant de nombreuses années avant que l’éditeur américain Tor n’accepte son roman « Ellantris » qui le propulsa sur le devant de la scène des écrivains de Fantasy. Fort de succès, il a été contacté par la veuve du romancier Robert Jordan afin de poursuivre son cycle de « La roue du temps » resté inachevé. Une tache dont il s’est honorablement acquitté
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Série
Alcatraz (Mango)
Alcatrax contres les infâmes bibliothécaires
Alcatraz contre les ossements du scribe
Alcatraz contre les traîtres de Nalhalla
Elantris (Orbit)
1.Chute
2.Rédemption
*Omnibus
Fils-de-Brumes (Orbit)
1.L’Empire Ultime
2.Le puits de l’ascension
3.Le héros des siècles
4.L'alliage de la justice
Livres
Warbreaker (Orbit)
Articles
● « Interview de Brandon Sanderson, l’auteur d’Elantris » par Forandan sur le site www.elbakin.net, 1/2006.
● « Interview de Brandon Sanderson ! » par Thys sur le site www.elbakin.net, 3/2006.
● « Brandon Sanderson se livre à nos questions » par Thys sur le site www.elbakin.net, 12/2006.
● « Interview de Brandon Sanderson qui reprend La roue du temps » par Luigi Brosse sur le site www.elbakin.net, 10/2007.
● « Les premières lignes de Sanderson pour A memory of light, c’est pour bientôt ! » par Luigi Brosse sur le site www.elbakin.net, 2/2008
Warbreaker
(Roman)
AUTEUR : Brandon SANDERSON (Usa)
EDITEUR : Calmann Lévy-Orbit, 10/2012 — 560 p., 23,50 €
TO : Warbreaker , Gollancz, 12/2011
TRADUCTION : Mélanie Fazi
COUVERTURE : Sam Green
Warbreaker, entre bien d'autres choses, l’histoire de deux sœur, Vivenna et Siri. Toutes deux sont princesses du royaume d'Idris. Mais si la première, l’aînée, a été élevée dans le but de devenir un jour l’épouse de Susebon le Dieu-Roi du royaume rival d’Hallendren, l’autre est avant tout un esprit rebelle qui veut croquer dans la vie à pleine dents. Toutefois, lorsque le moment vient de sacrifier sa fille pour retarder les visées bellicistes d’Hallendren, contre toute attente, le roi d’Idris choisit Siri pour honorer le pacte passé avec son dangereux voisin. Car la légende raconte qu’Idris fut fondé par la famille royale d’Hallandren forcée à l’exil car elle avait refusé  de se plier à la magie biochromatique. Une magie basée sur les couleurs que l’on peut percevoir et ultiliser en tant que carburant lorsque on possède également la Respiration, cet ersatz de l’âme humaine, que l’ont peu donner ou recevoir, et sans laquelle il est quand même possible de vivre. Dés lors, celui qui catalyse dans son propre corps plusieurs Respirations et qui sait se servir des couleurs est désormais capable de redonner vie aux êtres humains, les transformant ainsi en redoutables guerriers. Tel est le cas de Susebron, l’un de ces êtres morts auréoles de gloire qui est revenu en dieux et vie confiné dans le Panthéon de T’Telir, la capitale de Hallandren aux côté de Chanteflamme, dieu cynique qui ne croît pas à la religion dont il est pourtant l’un des piliers et à l’exploitation du peuple qui en découle. Jouant avec bonheur de la dualité entre le monde coloré d’Alexandre et la grisaille d’Idris qui se bat depuis toujours contre l’hérésie biochromatique, exploitant avec brio la thématique de dieux ressuscités dont est invité à partager les plus intimes sentiments et les multiples contradictions, déroulant l’entrelacs d’une intrigue d’où émergent des personnages embrouillés dans leur propre complexité qui apprennent peu à peu à se connaître tels que Siri la sacrifié, Vivenna qui l’a suit à T’Telir pour tenter de remédier à la décision de son père, Chanteflamme, Dieu sceptique sur sa propre Divinité, Vasher, immortel rongé par le but de réparer une faute passé toujours accompagné de Saignenuit, sa mystérieuse épée, Brian Sanderson construit un roman fascinant dont l’idée fondatrice a germée pendant et après l’écriture d’Ellantris le premier roman publié de l’auteur (ed. Pygmalion). Un brillant moment d’écriture porté par l’originalité du système de magie réellement innovant dans l'univers de la Fantasy et par la facilité avec laquelle l'auteur nous colle sur les traces de ses personnages toujours capables de nous surprendre à chaque détours de pages. A noter que l’auteur a mis sur son site la version PDF de son roman accompagnée des versions primitives et de notes sur l'évolution entre elles. De quoi, pour ceux qui lisent couramment l'anglais, de s'imprégner encore plus de toute la richesse de son univers créatif et de ses fantastiques développements

Thomas Day Bibliographie


DAY Thomas (Fr) 1971

Thomas Day, de son vrai nom Gilles Dumay, est né à paris en 1971. Après avoir été très actifs au sein du domaine du fanzinat (articles, nouvelles, critiques) il dirige trois numéros de l’anthologie Destination Crépuscule avant de se faire un nom dans l’écriture avec des romans et des nouvelles où il explore toute la palette de son imaginaire empreint de violence, de sexe et de dimension épique, tout en devenant le directeur littéraire de la collection Lunes d’Encre aux éditions Denoël et en collaborant régulièrement à la revue Bifrost où il s’implique de plus en plus.
Pseudo de Gilles Dumay
Autres pseudo : Cid Vicious, Cahterine Chelsea McLachlan, Chris Saint-Dragoon, Enri-paco Huertas, Flesh, Flesh Hellbound, Francis Gardie, Guy Dime Sall, Henri-François Huertas, John K. Harrisson, Karim Mohamed Guelaoui, Le Concombre maghrébin masqué, Llana Slokomoski, Lucien N’Goa, Yamud Sellig
BIBLIOGRAPHIE (évolutive)
Série
La voie du sabre
1.la voie du sabre (Folio SF 115, 2002)
2.L’homme qui voulait tuer l’Empereur (Bifrost 32 & Folio SF 206, ,2005)
Romans
Les cinq derniers contrats de Daemon Eraser (Le Bélial, 2001 et 2011 sous el titre Daemone)
La cité des crânes (Le Bélial, 2005)
Le double corps du roi (Mnémos, 2003 & Folio SF 278, 2007) avec Ugo Bellagamba
Du sel sous les paupières (Folio SF 421, 2012)
L’école des assassins (Le Bélial, 2002) avec Ugo Bellagamba
L’instinct de l’équarisseur (Mnémos, 2002)
La maison aux fenêtres de papier (Folio SF 331, 2009)
Nous rêvions l’Amérique (Baleine-Série Grise 13, 2002)
Résident Evil (Denoël-Lunes d’Encre, 2002)
Rêves de guerre (Mnémos, 2001)
Le Trône d’ébène (Le Bélial, 2007)
Recueils
Stairways to hell (Le Bélial, 2002)
Sympathies for the devil (Orion 2000, Le Bélial 2004 sous le titre Sympathies for the devil – Redux, Folio SF 433, 2012)
This is not America (ActuSF-Les Trois Souhaits, 2009)
Women in chains (ActuSF-Les Trois Souhaits, 2012)
Nouvelles
A l’heure du loup (in Sympathies for the devil - Redux, Le Bélia 2004)
American drug trip (in This is not America, ActuSF, 2009)
Blanche neige au pays du grand méchant loup (in Starway to hell, Le Bélial 2002)
Cette année là, l’hiver commença un 22 novembre… (in Sympathies for the devil, Orion 2000 & This is not America, ActuSF, 2009)
Le dernier voyage de l’automate joueur d’échecs (Bifrost 42) ou L’automate de Nuremberg (Folio 2 €)
Démon aux yeux de lumière (in Sympathies for the devil, Orion 2000)
Dirty Boulevard ou La transgression selon Maneki Neko (in Starway to hell, Le Bélial 2002)
Le dragon des brumes (in l’anthologie Fantasy, 1998)
Du sel sous les paupières (in Futurs antérieurs, anthologie de Daniel Riche, 1999)
Eloges du sacrifice (in This is not America, ActuSF, 2009)
Eros-Center (in Women in chains, ActuSF 2012)
L’erreur (in Sympathies for the devil, Orion 2000)
Extermination Highway (in Starway to hell, Le Bélial 2002)
La mécanique des profondeurs (in Sympathies for the devil - Redux, Le Bélia 2004)
La notion de genocide nécessaire (in Sympathies for the devil, Orion 2000)
Nous sommes les violeurs (in Women in chains, ActuSF 2012)
Poings de suture (in Women in chains, ActuSF 2012)
Punishment Park (in Starway to hell, Le Bélial 2002)
Tu ne laisseras point vivre (in Women in chains, ActuSF 2012)
Une forêt de cendres (in Sympathies for the devil, Orion 2000)
La ville féminicide (in Women in chains, ActuSF 2012)
Sympathies for the devil
(Recueil)
AUTEUR : Thomas DAY (Fr)
EDITEUR : Gallimard-Folio SF 433, 10/2012 — 389 p., 7,50 € — Couv. : Georges Clarenko
COUVERTURE : Guillaume Sorel
SOMMAIRE :
Avant-propos
Une forêt de cendres
A l'heure du loup
L'erreur
La mécanique des profondeurs
La notion de génocide nécessaire
Démon aux yeux de lumière
Précédentes publications :
Orion Editions & Communication-Bifrost/Etoiles Vives, 6/2000 sous le titre « Sympathies for the devil » version légèremment différente (seulement 5 nouvelles au sommaire) — 228 p., 79 Frs — Couv. : Vincent Froissard
Le Bélial, 9/2004 sous le titre Sympathies for the devil – Redux — 288 p., 15 € — Couv. : Guillaume Sorel — Dans cette édition reprise aujourd'hui chez Folio SF la nouvelle Cette année là, L'hiver commença un 22 novembre a disparu ainsi que la préface d'Olivier Girard rempacée par un Avant-propos expliquant que les récits ont été remaniées, avec l'ajout de 2 textes : A l'heure du loup et La mécanique des profondeurs
Ils sont six. Paul of Perth, duc du Dragonshire, combattant le cercle de ténèbres qui broie la réalité et étrangle jusqu'à l'idée même du bien... Dernier Frêne, l'homme-arbre qui parcourt un monde à l'heure du loup et porte en sa sève l'espoir d'une renaissance...Darrell Jhune, qui a vu l'apocalypse dans les « douze dragons renversés » et doit réparer l'Erreur... Ozzie, mutante et tueuse impitoyable, qui doit apprivoiser la mécanique des profondeurs pour enfin trouver sa place dans un univers au bord du gouffre... Ismaël Kashoggi, missionnaire onusien chargé de recenser les tribus nomades de Mongolie pour la puissance extraterrestre Archonte et veut empêcher un génocide programmé...Loki, le démon aux yeux de lumière, qui a provoqué le Ragnarok en libérant le monde de dieux moribonds, pâles reflets d'eux-mêmes... Ils sont six, six pour six fins du monde. Sous vos yeux, six mondes vont prendre fin : le nôtre bien sûr, déserté par l'humanité, rendu aux hommes-arbres et aux loups ; celui des douze dragons renversés, étouffé par l'information continue ; celui des nomades mongols condamnés à la sédentarisation ; Amsterdam sous les eaux, hanté par le plus étrange des tueurs en série ; la Terre brûlée de Loki, grand farceur et agent provocateur un brin excessif. Six mondes vont prendre fin et tous ne renaîtront pas. Sympathies for the devil présente six textes parmi les plus puissants de Thomas Day et prouve que, outre ses talents de romancier, il est aussi un nouvelliste brillant. Il s'agit de la réédition d'un titre paru aux éditions du Bélial en 2004, lui-même reprise sous une version légèremment différente d'une receuil publié chez Orion/Biforst Etoiles Vives en 2000 avec une nouvelle disparue dans les deux rééditions (Cette année là, l'hiver commença un 22 novembre) ainsi que la préface d'Olivier Girard et deux textes en plus (A l'heure du loup et La mécanique des profondeurs).
Autres couvertures :
 
 

lundi 17 décembre 2012

Le Hobbit. Un voyage inattendu : Le guide officiel du film
(Livre illustré) Tolkien / Cinéma
AUTEUR : Brian SIBLEY (Usa)
EDITEUR : Fetjane, 11/2012 — 168 p., 20,90 €
SERIE : Bilbo le Hobbit
TO : The Hobbit : An unexpected journey official movie guide, HarperCollins, 11/2012
TRADUCTION : Maxime Berrée
COUVERTURE : Affiche du film
→ En ce début décembre alors que Peter Jackson va de nouveau émerveiller les yeux des fans de l’univers de Tolkien, les éditions Fetjaine, partie prenante du Groupe de La Martinière, s’associent à l’événement que représente la sortie du Hobbit un voyage inattendu, premier volet de la trilogie qui sera consacrée à l’adaptation cinématographique du roman Bilbo le hobbit. Brian Sibley, qui a déjà œuvré pour Le Seigneur des Anneaux au Pré-aux-Clercs (L'histoire du tournage de la trilogie, Le guide officiel du film), propose donc chez cet éditeur un passionnant Guide officiel du film. Maquetté sur papier glacé en grand format et accompagné d’un véritable foisonnement d’illustrations, ce livre permet de pénétrer sur la pointe des pieds dans le monde magique de La Comté créé par le génial professeur d’Oxford. Dans les premières pages du livre nous apprenons comment ce récit, qui raconte l’histoire de treize Nains, d’un hobbit, d’un magicien et d’un dragon est né. Puis Peter Jackson raconte comment il est passé du Seigneur des Anneaux au Hobbit, avant que le lecteur se trouve plongé dans une nouvelle approche de la Terre du Milieu. Martin Freeman, déjà célèbre pour sa remise au goût du jour du personnage du Dr Watson dans les nouveaux Sherlock Holmes, nous confie ensuite comment il en est arrivé à incarner Bilbo Bessac. Costumes, maquillages, effets spéciaux, retour des comédiens de la précédentes trilogie, notions de sorcellerie à propos de Gandalf, camp d’entrainement pour les nains, sont les chapitres qui suivent avec tout leur lot de révélations. La partie dessinateur met comme de juste en valeur, Allan Lee et John Howe, paysagistes attitrés des contrées sauvages de ce monde en perpétuelle ébullition, tandis que les pages s’attardent sur la description détaillée de la troupe des nains, puis sur le trio de Trolls, sur Gollum, bien entendu, sur Radagast, le sorcier qui parle aux animaux et sur le Grand Gobelin, le plus hideux d’entre tous. Enfin, après un détour du côté des prothésistes concepteurs d’une véritable fabrique de visages, et sur le fantastique arsenal dont sont dotés les guerriers envahissant ce film, l’ouvrage aborde l’indispensable approche 3D qui mettra encore mieux en valeur tout son côté épique, avant de nous faire saliver avec quelques mots sur le prochain volet, intitulé La quête d’Erebor. C’est donc à un fascinant moment de complicité que nous offre ce livre, à la fois présentation des personnages et making of du film, que l'on peut aborder tout aussi bien avant de l'avoir vu, afin de ne mieux en comprendre toute la complexité, où après, dans le but de trouver les réponses à certaines questions restées éventuellement en suspens. A noter que les éditions Fetjaine publient également un remarque L'art du voyage inattendu de Daniel Falconer, Le livre du film, de Jude Fisher, et La Martinière jeunesse, Le livre du film, Le monde des Hobbits et Le livre d'activité de Paddy Kempshall,
Oblium
(Roman) Space Opera
AUTEUR : Brian HERBERT & Kevin J. ANDERSON (Usa)
EDITEUR : Calmann-Lévy-Orbit, 11/2012 448 p., 22,50 €
SERIE : La constellation du Diadème 1
TO : Hellhole, Yot Book, 3/2011
TRADUCTION : Patrick Dussoulier
COUVERTURE : Manchu
Critiques : www.orbitbooks.fr (interview des auteurs)
Fond de l’Enfer n’a rien d’un Paradis et c’est bien pour cette raison que le gouvernement de la Constellation du Diadème a décidé d’y exiler les vaincus de la guerre civile qui ont osé s’opposer aux nobles corrompus qui dirigent d’une main de fer les 74 mondes de la Constellation. Planète stérile dont la civilisation extraterrestre a été anéantie par une catastrophe provoquée par la chute d’un astéroïde, éloignée des voies principales de communication, balayée par de terribles tornades et ravagée par de fréquentes irruptions volcaniques, Fond de l’Enfer est un voyage sans retour pour les laissés pour compte de l’humanité chez qui ont entendu supprimer tout espoir auquel se raccrocher. Mais c’est sans compter avec le général Adolphus, le fer de lance de la rébellion, qui n’entend pas abdiquer aussi facilement face à l’adversité. S’appuyant sur ses anciens partisans regroupés au sein de cet univers de parias, il met tout en œuvre pour développer une société viable sur cette colonie perdue. Bientôt cependant, la révélation d’un fascinant secret dissimulé au sein de cette planète maudite va devenir le point de départ d’une étrange religion qui attire désormais sur ce monde des gens issus des quatre coins de la Constellation. Dés lors Adolphus envisage de passer à la phase suivante de son plan de conquête du pouvoir : un complot visant à saper les bases mêmes des autorités qui l’on condamné à l’exil. Récit largement influencé par l’histoire de l’indépendance des USA, avec des analogies entre Adolphus et le général Washington, ainsi que par la conquête de l’Ouest américaine où la religion a tenu une place prépondérante, tout en abordant la thématique de la disparition d’une civilisation extraterrestre, ce roman mêle avec bonheur action, amour et aventure dans un perpétuel mélange d’intrigues d’où émergent des personnages à la profonde densité émotionnelle. Déjà habitué à travailler ensemble sur la suite de l’univers de Dune crée par Frank Herbert, le père de Brian, ces deux auteurs exploitent dans le début de cette trilogie toute la palette de leur processus créatif qui s’appuie sur de bonnes connaissances scientifiques, ainsi que sur une solide expérience en philosophie et religion comparée, le tout mis en musique par un art consommé de créateurs d’univers et de conducteurs d’intrigues. De quoi déboucher sur une vaste fresque inter temporelle digne des meilleurs space opera du genre.

dimanche 2 décembre 2012



La tentation des ombres
(Roman) Bit-Lit / Urban Fantasy
AUTEUR : Jaye WELLS (Usa)
EDITEUR : Calmann Lévy-Orbit, 11/2012 — 386 p., 15,80 €
TO : Silver-Tongued devil, Orbit 2012
TRADUCTION : Michelle Charrier
COUVERTURE : Craig White (photographie)
Autres titres de la série :
1.Métisse
2.Rouge sang, noir magie
3.Le démon de la vengeance
Quatrième opus de la série imaginée par la romancière Jaye Wells se roman nous replonge dans l'univers de Sabina Kane, un monde où les vampires et les mages ne s’apprécient pas vraiment. Alors, quand, comme notre bouillante héroïne, on est une métisse des deux races, son intégration dans cette société plutôt violente ne passe que par un seul moyen : devenir assassin. Un rôle que Lavinia, sa grand-mère qui l’a élevé, vampire en chef des Dominae, le conseil de guerre des vampires, lui a apprit sur le bout des doigts, au point de lui confier dans Métisse, le premier tome de la série, la périlleuse mission d’asssassiner Clovis, mi-vampire mi-démon, et chef d'un clan rival du Dominae. Dans le second tome de la série, Rouge sang noir magie, elle fait la connaissance de sa sœur jumelle Maisie, tout en tentant d’échapper aux tueurs que sa grand-mère à lancé sur ses traces. Au cour du troisième opus, Le démon de la vengeance, Lavinia, sa grand-mère vampire, qui lui veut définitivement beaucoup de mal, a kidnappé sa sœur, que Sabina doit retrouver avec l’aide du mage sexy Adam Lazarus et de Giguhl, un démon de la discorde auteur d’une piteuse tentative d’assassinat sur sa personne, tandis que les rumeurs de guerre entre mages et vampires atteignent leur paroxysme. Lorsque débute La tentation des ombres, 4ème volet de cette série Bit-Lit parfaitement réussie, Sabina pense pouvoir afin pourvoir perfectionner ses pouvoirs de mage dans un monde où la guerre a été évitée grâce à son intervention. Son problème avec sa grand-mère pour réglé, elle voudrait bien approfondir ses relation avec le beau mage Adam, tout en réconforant sa sœur traumatisée par sa captivé à la Nouvelle Orléans. Mais un mystérieux meurtrier qui sème derrière lui une pise de cadavres affreusement mutilés ne lui en laisse pas le temps. Afin de sauver la paix précaire qui vient de s’instaurer entre les diverses race sobscures, Sabina se lance dans une enquête dangereuse sans l’aide cette fois du démoon Giguhl, occupé ailleurs. Une traque qui la mène sur les traces d’un ennemi d’autant plus redoutable qu'il risque de lui être impossible de le tuer… S’articulant autour d’intrigues secondaires animées par des personnages tels que La Belle Bayadère, Max, Georgia, Rhéa et Oprhéus, ce roman continue de plonger les lecteurs de la série dans un univers d’urban fantasy qui conjugue remarquablement action, violence, humour et sensualité.
Terminus Saint-City
(Roman) Bit-Lit / Urban Fantasy
AUTEUR : Lilith SAINTCROW (Usa)
EDITEUR : Calmann Lévy-Orbit, 10/2012 — 358 p., 15,75 €
TO : A Dante Valentine novel. Saint City sinners, Orbit 2007
TRADUCTION : Célia Chazel
COUVERTURE : Michael Frost & Gene Mollica (photographie)
Autres titres de la série :
1.Le baiser du démon
2.Par-delà les cendres
3.A la droite du diable
Voici le quatrième opus des aventures de Danny Valentine, une guerière plutôt efficace, sinon pourquoi Lucifer en personne aurait fait appel à elle pour régler ses petits problèmes. Dans Le baiser du démon, premier titre de la série, elle traquait Santino, un démon réputé invincible. Dans le second, Par-delà les cendres, elle s’en prennait au tueur de psions qui sévissait dans sa ville de Saint-City. Puis dans le troisième, A la droiite du diable, elle a du s’occuper de 4 démons renégats échappées des Enfer. Ici notre mercenaire nécromancienne, revient à Saint-City, la ville de son enfance, celle qui a vu se développer ses talents de psion, ces êtres humains dotés de pouvoirs parapsychiques, au sein de la meilleur école du pays. Rappelée par son ami Gabe, elle doit désormais résoudre un meurtre qui s’est produit à quelques pas de chez elle. Toutefois, outre l’enquête dangereuse et compliquée qu’elle va devoir mener, il lui faut aussi se débattre avec la maelstrom de sentiments qui la traverse. D’abord oublier le meurtre de la fille de Doreen, sa défunte amante, conséquence du pacte conclu avec le Prince des Ténèbres, et puis s’éloigner de la protection de plus en plus envahissante de Japhrimel le Déchu, qui a retrouvé tous ses pouvoirs, et dont la présence envahissante commence à la remplir de doute sur ses véritables sentiments. Laissant derrière elle les souks envoûtant de l’Egypte Dante Valentine se retrouve plongée dans cet univers d’urban fantasy qui convient à merveille à notre manieuse de katana. Un monde où L'Eveil a précipité la chute des Eglises monothéistes par le biais de la révélation d’êtres surnaturels, déstructurant les peuples en diverses factions qui ont beaucoup de mal à se supporter. Dans cette ambiance cyberpunk où Dante, qui réssucite les morts avec l’aide d’Anubis, son psychopompe, nage comme un poisson dans l’eau, utilisant à la fois ses capacityés excpitonnels de combattantes, son intelligence et son tempérament endiablé. Toutefois, elle qui accorde difficilement sa confiance, risque d’être confrontée à un élément qui ne servira qu’a entretenir encore plus le côté sombre de sa conscience : la trahison. Tandis qu’évolue autour d’elle la faune hétéoclite qui peuple cet univers, démons, garous, nitchven, psions et autres dogues des enfers, Dany poursuit ses périlleuses investigations tout en apprenant à maîtriser ses nouveaux talents et nous entraîne avec elle à la découverte du fabuleux background de Saint-City, cette ville à nulle autre pareille dont les bas-quartiers exalent à foison ce doux arôme de perfidie et de relations malsaines. Placé à la fois sous le signe de la vengeance, mais aussi du mensonge ce nouveau roman nous décrit une héroïne plus que jamais seul face à ses passions contradictoires, forcée à prendre de difficiles décisions et confrontée à des sacrifices qui peuvent briser son âme de guerrière sans concession. De quoi faire le bonheur des fans de cette série qui outre, le funeste charisme de son héroïne, brille par la richesse de l’univers sombre et futuriste où elle évolue porté par la plume d’un auteur qui sait parfaitement jouer avec la palette des sentiments tout en dirigeant avec brio une intrigue dont les personnages ne sont à l’abri d’aucun rebondissement, même mortels, tandis que l’action bouscule tout sur son passage sans oublier un délicieux parfum d’humour noir qui flotte tout autour de pages.

samedi 1 décembre 2012


« Pierre Pierre le dragon »
Pièce de Théâtre
→ Pièce jouée par la compagnie A Force de Rêver au Théâtre le Local, 18 rue de l'Orillon, à Paris, en décembre 2012. Elle met en scène Pierre Pierre, un petit garçon pas comme les autres, car c'est en réalité un petit dragon qui sait voler et cracher du feu. Avec Guirlande, sa fiancée, et Lofo, son meilleur ami, il est emporté dans un tourbillon d'aventures que raconte Louise, la dame de la boutique étrange du quartier de Belleville. Une pièce de Miguel Angel Sevilla, avec Nathalie Sevilla comme conteuse, Dana Radulescu, comme illustratrice, et Thomas Valliccioni à la musique en tant que percussionniste.

◊ Chaperon Rouge et le dragon de Chine ◊
(Livre illustré) Jeunesse
AUTEUR : Pascal COATANLEM (Fr)
EDITEUR : Karibencyla-Le Théâtre des Monstres, 6/2012 — 32 p., 12,80 €
COUVERTURE & ILLUSTRATIONS : Joël Cimarron
Alors que tout le pays souffre de la sécheresse, Mère-Grand raconte au Chaperon Rouge l'histoire merveilleuse du dragon chinois Shen-long qui a le pouvoir de faire tomber la pluie. Le petit Chaperon rouge décide de tenter l’aventure et de partir à la recherche de ce dragon. Mais comme tout voyage au pays des contes, elle croisera sur son chemin un personnage mystérieux, Sun Wu-Kong , qui tentera de se servir d’elle pour arriver à ses fins. Chaperon rouge et le Dragon de Chine" est un album qui nous plonge au coeur des légendes chinoises, le tout mis en images par les splendides illustrations de Joël Cimarron.