mardi 3 janvier 2017

L’archipel du soleil
(Roman) Atlantide
AUTEUR : Bernard SIMONAY (France)
EDITEUR : GALLIMARD-Folio SF 539, 1/2016 — 320 p., 7.40 €
SERIE : Les enfants de l’Atlantide 2
COUVERTURE : Alain Brion
Précédentes publications :
● Rocher-Mondes Virtuels, 2/1995 — 468 p., 139 Frs — Couverture de Jean-François Pénichoux
● In Les enfants de l’Atlantide, Rocher, 9/2005 — 470 p., 22.50 € — Couverture de Mark Harrison
● Points-Fantasy 1483, 5/2006 — 512 p., 7.50 € — Couverture de Guillaume Sorel
Les autres titres de la série :
1.Le prince déchu
3.Le crépuscule des géants
4.La Terre des morts
→ Après avoir été invité dans Le prince déchu, premier tome du cycle des Enfants des l’Atlantide à suivre quête identitaire de Jehn, membre d’une tribu du néolithique parti à la recherche des démons qui ont enlevé sa femme, et confronté à la révélation des immenses pouvoirs qu’il détient inconsciemment, Bernard Simonay continuent d’explorer le lointain passé de la Terre. Un passé au parfum d’imaginaire puisque, dans ce second tome, Jehn devra revenir sur sa vie antérieure, nous plongeant par là même en plein cœur d’un mythe atlante revisité par la plume de ce précurseur de l’héroic fantasy francophone. Nous voici donc auprès de Astyan et Anéa, un jeune couple d’origine divine, mais élévés dans une tribu primitive qui finissent par rencontrer leurs pères qui leur indiquent qu’ils sont les Titans, l’un des dix couples choisis pour diriger les cités Atlantes. C’est dans ce nouveau rôle que, près de six mille ans plus tard, ils seront amenés à lutter contre les adeptes du nouveau dieu Ophius qui a choisi la voie de sa science dégénérée pour venir à bout des Titans. Propulsé dans cet Age d’or fantasmé qui, selon certains, aurait précédé l’Age de Fer des préhistoriens, nous allons suivre à travers les figures emblématiques de Jehn/Astyan, l’amoureux fou d’Anéa, la reine de Poséidonia, la fabuleuse épopée de ce continent perdu aux confins des mémoires jusqu’à sa fin cataclysmique. La poursuite d’une saga atlantidéenne faisant pénétrer le lecteur au cœur même de ce paradis perdu gangrené, comme plus tard la plupart des civilisations humaines, par les démons de la perversion, les intrigues, complots et autres trahisons. Un cycle qui s’est poursuivi avec Le crépuscule des géants et La Terre des morts continuant de narrer les aventures fascinantes d’Astyan le dernier Titan.
Autres couvertures :